Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
> Vie locale > LE CREUSOT
06/05/2021 18:00
4618 lectures

Egalité hommes / femmes : Avec Elisabeth Moreno, ça décoiffe

L’échange voulu par la Ministre avec tous ses interlocutrices et interlocuteurs à la Mairie du Creusot a été intense par son contenu. La Ministre a retenu les messages et a fait passer les siens. Sans langue de bois.
Si certaines visites ministérielles ont un côté convenu, ce n’est pas le cas de celle qu’Elisabeth Moreno a effectué ce jeudi matin au Creusot. Plutôt que de visiter une entreprise et se limiter à deux ou trois échanges, comme c’est souvent le cas, la Ministre a préféré un échange très direct. Tout à la foi avec des collégiens, mais aussi avec des femmes qui vivent et respirent non pas seulement les différences entre hommes et femmes, mais aussi les tabous qui entourent l’insertion des femmes dans le monde du travail et encore plus dans celui de l’industrie.
Au Creusot on le sait, le concept industri’elles a fait ses preuves. Et encore plus les «industri’elles weeks» qui permettent à des collégiennes et collégiens de découvrir l’univers industriel.

La Ministre, accompagnée par le Préfet Julien Charles et accueillie par le Maire David Marti, s’est montrée enthousiasmée par les témoignages qu’elle a entendus. Elle a aussi lancé beaucoup de messages, car elle est persuadée que les choses peuvent bouger.
Le Maire David Marti, ayant été obligé de partir pour des raisons d’agenda, la Ministre a demandé à une collégienne de la Croix Menée devenir s’installer à côté d’elle pour apporter son témoignage. Il fallait oser. Elisabeth Moreno s’y est pris à deux fois pour convaincre la jeune fille. Une façon de dire, en subliminal, qu’il faut savoir oser.
Alain BOLLERY
(Photos Manon BOLLERY)
 
 

David Marti

Maire du Creusot
«L’enjeu pour les collectivités territoriales, sur l’égalité, touche plusieurs champs. La ville du Creusot est très engagée au niveau de cette égalité. Une loi oblige d’aller vers l’égalité complète, avec un travail au niveau des ressources humaines.
Il y a aussi la question des VIF, avec une crise sanitaire qui les accentuées. La ville du Creusot a été très en pointe dans le dispositif VIF qui s’est étendu au sein du CISPD. C’est un combat que nous menons avec beaucoup de moyens et une attitude très offensive.
On s’est aussi engagé dans le projet industri’elles, et nous faisons découvrir les métiers industriels aux filles dès le Collège. L’industrie pèse pour 40% des emplois. On veut que les jeunes filles découvrent ces métiers. Vous aurez les témoignages de jeunes femmes qui travaillent dans l’industrie.
Il faut renouveler le dispositif, pour qu’il prenne une autre dimension. Le dispositif sera élargi à Territoires d’Industrie, avec une élue, Valérie Ledun qui va le coordonner.
Notre industrie se développe sur des marchés peu concurrentiels et elle se développe avec en partenariat avec l’Université et notamment l’IUT. C’est pour cela que l’on crée un site technopolitain qui aura vocation à voir se développer des start-up».
 

Elisabeth Moreno

«J’ai passé les 30 dernières années de la vie. L’égalité passe par la possibilité de donner aux femmes de toucher leurs rêves du doigt dans les entreprises. Il n’y a pas de genre dans l’entreprise.
Vous avez su exploiter les potentialités industrielles en donnant leur place aux femmes.
La semaine prochaine, Marie-Pierre Rixain, porte une proposition de loi sur l’émancipation des femmes. C’est important, car on va devoir relancer notre économie. Les femmes ne demandent pas la moitié du ciel, mais elle sont la moitié de notre pays. L’égalise passe par toutes les sphères de la société.
Les femmes sont passées par exemple du stade de femmes d’agriculteur, à agricultrice. On ne peut pas continuer avec des femmes assassinées. Comme cet homme qui immolé son ex-femme.
La question de l’égalité ne peut se réaliser que collectivement.
Pendant le confinement, les femmes ont subi une charge importante. Le télétravail c’est compliqué, alors qu’il va se développer.
Industri’elles je trouve cela remarquable. Moi chef d’entreprise, il me manquait les connexions avec les écoles.
Il y a 1001 et métiers que l’on ne connait pas. Le sujet me passionne.
Cette guerre de l’égalité… Je reprends. Ce combat pour l’égalité est un combat que l’on ne gagnera qu’ensemble. Les inégalités on doit considérer qu’elles peuvent toucher sa sœur, sa mère, sa fille.
Je salue la force et la volonté des femmes».
 

Isaline Flament

Collégienne à la Croix Menée
«J’ai participé au projet de visites d’entreprise. Une semaine très enrichissante. J’ai pu découvrir une entreprise qui fabriquait des bornes musicales pour les personnes âgées.A l’heure actuelle j’envisage études scientifiques et je ne m’interdis pas de travailler dans l’industrie. Je ne m’interdis aucun secteur professionnel».


Laëtitia Martinez

adjointe au Maire du Creusot
«Ce témoignage permet d’illustrer le dispositif. C’est un sujet de long cours. Du quotidien, de tous les liens et de tous les enfants. Notre réflexion a été de dire qu’on avait une obligation d’exemplarité, pour les jeunes filles et les jeunes garçons.
Jeune je voulais être infirmière, et pas médecin car mon inconscient me renvoyait au métier d'infirmière en pensant que je pouvais pas prétendre à être médecin.
L’industrie ne correspond pas à la réalité, dans son image. Les sujets de mixité de formation sont essentiels.
Industri’elles c’est 10 ans déjà pour amener les jeunes filles à découvrir. Aujourd’hui c’est un rendez-vous annuel. La question de l’éducation est un levier».
 

Pauline Lalle

(Femme Egalite Emploi)
«45 entreprises sont accompagnées en Bourgogne – Franche-Comté. L’édition 2021 nous a contraint. Il y aura deux live sur Instagram d’une heure, avec quatre femmes qui prendront la parole. Ca sera depuis Le Creusot».
 
 

Noah Fréjus

Collégien Croix Menée
«Avec Industri'elles week, on a pu comprendre qu’il n’y a pas de mauvais choix pour les femmes et les hommes. Les femmes ont la patience pou travailler l’industrie. On a découvert les filières au Lycée Léon Blum. On a découvert que les filières ne sont pas réservées aux hommes. C’est que des lycéennes nous ont expliqué. Elles réussissent mieux que les garçons. Je ne me rendais pas compte des différences dans l’Industrie».
La Ministre : Si tu étais Ministre qu’est ce que tu ferrais ?
Noah : «Faire en sorte que les filles et les garçons comprennent qu’il n’y a pas de genre».
 

Céline Dufraine

Employée groupe Matière
«Mon arrivée dans l’industrie a été compliquée. J’y suis arrivée quand j’avais 30 ans. J’ai commencé en tant que soudeuse. On m’a ensuite fait passer au fraisage, puis placement,  puis peinture. Et pour finir on m’a proposé le contrôle qualité. Quand on me pose des questions je sais de quoi je parle. J’ai cinq enfants à moi et deux avec mon compagnon».
Question de la Ministre : Pourquoi êtes vous entrée en industrie ?
«Quand on m’en parlait j’avais le sentiment que c’était fermé»
 

Guillaume Mornat

Directeur de l'établissement Mathière du Creusot
«J’ai eu la chance de l’accompagner. Il n’y a pas de frein. On encourage les femmes à venir. Il y a 5 femmes sur 48 ouvriers.  Il n’y a pas de différence à manager.»
 

Marion Lorio

Etablissement Alstom
«Je suis native du Creusot. J’ai terminé par une école d’ingénieur en génie industriel. Je ne rencontre aucune difficulté à travailler. Mon métier n’appartient pas à un genre. Il n’y a pas de barrière, il faut se donner les moyens. J’ai le job de mes rêves ! Oui je pense continuer jusqu’à la retraite».
Réaction de la Ministre  : «On a besoin de femmes comme vous dans les postes de direction . Vous devez être fière de votre travail. Je ne suis pas certain que vous serez épanouie comme aujourd’hui dans 30 ans».
 

Nathalie Chen

Ressources humaines Alstom

«La problématique que l’on a ,c’est que l’on a peu de candidatures de femmes. Il est important de leur expliquer que c’est possible. C’est le sens d’industri’elles week. Les femmes sont encore rares sur les métiers de monteur»

 

Marion Dullier

Framatome
«J’ai étudié à l’IUT. J’ai passé 11 ans chez Industeel. J’ai eu deux maternités. Je suis chez Framatome, où je m’occupe des compétences et j’avais effectué la visite d’Isaline. Je veux vraiment remercier la ville du Creusot avec tout le système de garde des enfants et de loisirs, car c’est essentiel quand on a des enfants et que l’on travaille».
Réaction de la Ministre : Les femmes ont souvent des procès d’incompétences, pour les empêcher d’avancer. Si vous avancez, c’est parce que vous êtes douée»
 
 

Abir Tefani

Framatome
«J’ai travaillé 1 an à Paris avant d’intégrer Framatome. Dans l’équipe projet, nous sommes trois femmes. Il ne faut jamais lâcher l’affaire pour intégrer une entreprise quand on est une femme !»
 
 

Amélie Tarnier

RH Thermodyn
«Cela fait 15 ans que je travaille à Thermodyn. La diversité est une vraie chance, une richesse. On a 14% de personnels féminins dans tous les métiers. Les femmes sont sous-représentées à l’atelier faute de candidatures. La problématique c’est d’expliquer les métiers dont on a besoin. L’alternance est quelque chose de formidable.
Le poids de l’héritage est très lourd. Mes parents étaient à l’éducation nationale. Je suis allée à l’école des Grésilles à Dijon. Pour mes parents je devais faire l’Education Nationale. Cela a été un combat de leur faire accepter de ne pas supporter l’héritage. Quand j’ai dit que j’allais être dans les ressources humaines, on m’a dit «tu vas licencier». Je leur ai expliqué que j’allais former et gérer. Industri’elles week, c’est pour cela que c’est important»
 
 

Laure Barrière

Thermodyn
«J’ai travaillé sur les turbines à vapeur. Maintenant je travaille sur l’intelligence artificielle. Je pense que ça peut apporter beaucoup aux employés. Je veux donner le choix aux filles. Il faut s’autoriser à échouer pour réussir».
Réaction de la Ministre : «Oui la transmission c’est essentiel. N’oubliez pas de tendre la main quand vous réussissez. En France on a une mauvaise perception de l’échec»
 
 

Aurélie Duvernay

(Haulotte)
«Je suis chez Haulotte depuis 16 ans et j’ai déjà découvert plein de métiers.



Stéphane Noirbuisson

Directeur Haulotte
«On a 22% de femmes et elles représentent un tiers du management»
Réaction de la Ministre  : «Une entreprise qui fonctionne bien est une entreprise équilibrée. La loi veut aller à 30% de femmes dans les postes de direction, contre 22% aujourd’hui. Une seule femme dirige le CAC40. Le leadership n’est pas réservé qu’aux hommes.  Cela fait 50 ans que l’on dit qu’il faut plus de femmes. Elles étudient plus, elles sont capables, mais elles n’arrivent pas à trouver plus. Il faut un coup de pouce, un appel d’air. Il y a trop de barrières» 
 

Elisabeth Moreno

«Le rôle des politiques c’est de rendre possible ce qui est souhaitable. Les expériences de vie vont nourrir les travaux au sein de notre ministère




Creusot-infos.com - Mentions légales