Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
> Saone et Loire > SAONE ET LOIRE
20/05/2023 03:17
8671 lectures

Saône et Loire : Le Colonel Guillaume Dard promu auprès du Directeur de la Gendarmerie Nationale à Paris

Il est le patron des gendarmes de Saône-et-Loire depuis août 2020. Il a impulsé les créations de nouvelles casernes de gendarmerie dans le département.
Agé de 42 ans, le Colonel Guillaume Dard quittera la Saône-et-Loire cet été. Arrivé en août 2020, il est toujours le Commandant du Groupement de Gendarmerie de Saône et Loire. Il vient d’être promu au cabinet du Directeur Général de la Gendarmerie Nationale à Paris.
Une brillante promotion pour ce diplômé de l’école spéciale militaire de Saint-Cyr qui est marié et père de cinq enfants.
A sa sortie de l’école des officiers, il avait été affecté à l’escadre de gendarmerie de Marseille, pour commander le peloton d’intervention. Il avait ensuite été nommé à Tarbes, comme commandant la Compagnie de Gendarmerie.

Guillaume Dard avait ensuite effectué une année à l’école de guerre, à Paris, comme officier stagiaire. Il avait alors effectué un premier passage à la direction générale de la Gendarmerie Nationale à Paris, au service des ressources humaines. Cela avant d’être affecté, en Seine et Marne, à Melun, comme Commandant de promotion des élèves officies de la Gendarmerie, pendant trois ans, avant d’être affecté à Mâcon, à l’été 2020, où il aura donc effectué trois années comme patron de tous les gendarmes de Saône-et-Loire.
Le Colonel Guillaume Dard aura marqué de son empreinte son passage en Saône-et-Loire. C’est en effet lui qui a mené les premiers échanges avec André Accary, président du conseil départemental, pour les constructions de dix à douze nouvelles casernes de gendarmerie nationale en Saône-et-Loire.
Un plan de développement sans précédent depuis plus d’un demi siècle et qui vise à rendre la Saône et Loire plus attractive pour les gendarmes, ainsi qu’il l’avait expliqué le 30 mars dernier à Branges, près de Louhans (lire notre article).
Alain BOLLERY