Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
> Saone et Loire > SAONE ET LOIRE
30/09/2021 10:25
2849 lectures

André Accary : «La Saône-et-Loire a déjà payé sa part pour le doublement de la RCEA»

Le Président du conseil départemental confirme que la collectivité ne souhaite pas mettre un centime de plus. «Mais tous les chantiers seront lancés avant la fin 2023»
C’est David Marti, Président de la Communauté Urbaine Le Creusot – Montceau, qui mercredi soir a vendu la mèche (lire notre article) : L’Etat a demandé aux collectivités de remettre la main à la poche pour terminer le doublement des deux branches de la Route Centre Europe Atlantique, dans la traversée de la Saône-et-Loire.
Le Président de la CCM a annoncé qu’il n’était pas question que sa collectivité rajoute 1,8 million d’euros. Il a aussi expliqué que le Conseil Départemental a aussi décidé de refuser.

Ce qu’André Accary, président de la collectivité, a confirmé ce jeudi matin. Interrogé par creusot-infos, le Président Accary explique : «C’est après une visite du Préfet de Région Fabien Sudry dans le département, sur la RCEA, qu’il m’a appelé pour me dire qu’il y avait des problèmes pour boucler le budget de la mise à 2x2 voies. Et il m’a annoncé sur surcoût de 84 millions. C’est énorme par rapport au budget initial de 300 millions».
André Accary poursuit : «Dès le début de la discussion j’ai dit non ! Je rappelle que nous avons signé un contrat en 2018. Il a engagé le Conseil Régional pour 58 millions, le Conseil Départemental pour 58 millions également et la Communauté Urbaine Le Creusot - Montceau pour 10 millions. Et à cela s’ajoutent des millions pour les aménagements routiers à côté de la RCEA. J’ai saisi le Premier Ministre sur ce sujet lors de sa venue en Saône-et-Loire, au Creusot et à Autun, le 23 septembre. On ne changera pas le calendrier. Tous les chantiers du doublement de la RCEA seront engagés avant la fin 2023 comme cela était prévu par contrat».
Et le Président du conseil départemental de conclure : «C’est au Ministre des Transports et au Préfet de Région de trouver la solution du surcoût du financement».
Alain BOLLERY