Recherche
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
POUR JOINDRE CREUSOT-INFOS
alain.bollery@orange.fr (à privilégier)
SMS et MMS au 06 98 82 18 88
> Vie locale > LE CREUSOT
01/04/2020 08:00
2434 lectures

SPORT : Ces sportifs qui continuent de s'entrainer en «mode confinement» (2)

creusot-infos donne la parole à ces sportifs creusotins qui en attendant la fin du confinement continuent de s'entraîner. Nous continuons donc de prendre des nouvelles des sportifs, aujourd’hui nous avons l’avis des professionnels et d’un coach. Ils ont toujours un message à passer.




Jean Baptiste Gereau, coach de Saint Sernin du Bois (football)


L’entraineur de l’équipe fanion de Saint Sernin, « JB », nous donne de ses nouvelles et nous livre les dispositions qu’il a « fortement » conseillées à ses joueurs. Comme très souvent chez l’ex creusotin, tout est plein de bon sens. Tout en continuant de travailler, en télétravail, de s’occuper des jeunes enfants à la maison et pour cause, madame travaille à l’hôpital, il se trouve du temps pour programmer les séances à distances à son groupe de joueurs et il en profite pour  les appliquer ! « Je ne sors pas depuis le confinement du 16 mars, j’évite au maximum, je ne vais pas chercher le pain tous les jours par exemple ! J’ai effectivement élaboré une préparation aux joueurs, pour bien déterminer si elles sont équilibrées, je me les applique. Dans ce programme, tout est fait pour que mes joueurs ne sortent pas, pas de footing ou de sorties dans les bois ! » On vous l’avait dit, plein de bon sens… « Le travail est surtout basé sur la musculation, le cardio (corde, montée d’escalier) mais aussi des exercices avec ballon, même à l’intérieur, c’est possible en faisant des jongles ou des petits circuits s’ils ont une cour. Normalement, tout doit être fait à la maison, sans sortir, il ne faut pas sortir. Je pense à toutes les personnes qui travaillent en ce moment, je pense également aux personnes qui sont en appartement avec leurs enfants, pour eux aussi c’est dur. J’ai une forte pensée pour eux tous. »
Alors effectivement, le sport passe un peu en arrière plan : « Pour notre championnat, je constate que le basket, le volley ou le rugby amateur ont stoppé leurs championnats, je pense que le football amateur va faire la même chose. Oui on joue la montée, on est très bien placés mais, sincèrement, ça passe en second plan, ce n’est que du foot, l’important c’est la santé des gens. Et puis il faut aussi penser aux entreprises, les plus petites et les associations, beaucoup ne vont pas se relever…Le foot, on verra ça plus tard. »
On vous avait prévenu, le bon sens ! Un message à passer ? « Prenez soin de vous et de vos proches. Restez chez vous. »
 
 

Guerric Billet, professionnel Kick Boxing, vainqueur du dernier Glory en février


Beaucoup de supporters creusotins ont vu le dernier combat « pro » de Guerric Billet à la télévision, sur RMC Sport, fin février, le « Glory 75 », un championnat européen. Une très belle victoire aux Pays-Bas, face au polonais Artur Saladiak. Cette prestigieuse victoire ne confirme que le talent du jeune creusotin, « pro » depuis deux ans, elle annonce aussi une poursuite de carrière positive, il n’a que 24 ans, l’avenir ne peut que lui sourire. Alors évidemment, la pandémie touche aussi les professionnels, leurs activités, leurs combats programmés, mais aussi leurs entrainements et dans ce sport, il en faut énormément. « Tout est annulé, les combats et les galas, je pense à celui du Creusot du 4 avril à la Halle des Sports, lui aussi annulé. Alors dans ces conditions, on s’entraine, bien sur, mais sans savoir si on va bientôt combattre. Alors je m’entretiens, j’ai de la chance d’avoir mes frères qui pratiquent eux aussi du K1 (kick), le sac de frappes ne peut pas suffire, ce sont donc mes frères qui font mes sparring partners, nous faisons 8 à 10 rounds chez nous. En plus je fais du sac (à frappes) que j’associe à la musculation, le cardio, le gainage. Je profite de la sortie d’une heure pour mon footing et je termine par du renforcement musculaire, je ne peux pas perdre ma condition physique, ça va plus vite de la perdre que de l’obtenir. » Réflexion d’un sportif qui prend encore plus de sens quand ce sportif vit de son activité. Mais le champion n’oublie pas la crise, la pandémie et ses conséquences : « Mon activité, le sport, mes combats et ma carrière, j’y pense bien sur mais en ce moment je pense surtout à ma famille, mes proches, leur santé, je pense à tous ceux qui travaillent dans les hôpitaux, pour la santé et toutes les personnes qui doivent travailler, souvent pour nous, les artisans, les travailleurs qui poursuivent leurs activités. Ma saison est compromise, je le sais, mais en ce moment il y a beaucoup plus grave. »
Le boxeur en profite pour passer un message : « Tout ceci finira, j’espère le plus rapidement possible, mais nous ne devrons pas oublier, il ne faudra pas faire n’importe quoi après. Pour l’instant on doit mener un combat, ne baissez pas les bras, nous allons rebondir, j’en suis convaincu. Je veux saluer tous ceux qui travaillent, tous ceux qui prennent un risque pour nous. »
On s’associe pleinement aux salutations.
 
 

Louis Louvet, coureur cycliste professionnel chez «Saint Michel-Auber 93»


Dans la grande tradition creusotine du cyclisme, Louis Louvet est le dernier « pro » de la cité du pilon, puisqu’il est toujours licencié au Creusot Cyclisme. La saison avait déjà commencé, 10 jours de courses dont le grand prix de la Marseillaise ou le Tour du Haut-Var (il faut dire maintenant tour des Alpes Maritimes et du Var) et le néo-pro préparait déjà les belles courses, les classiques du printemps. C’est avec une journée d’avance que le jeune cycliste, 22 ans, s’est confiné chez ses beaux-parents : « Mon appartement n’est pas encore fini, une maison avec un jardin c’est mieux » On comprend facilement et puis pour les entrainements c’est surement recommandé : « Je me suis acheté un « home-trainer » qui est connecté, je roule virtuellement avec les autres, j’ai même participé, toujours grâce à ce logiciel, à des courses virtuelles. Je roule beaucoup, je fais 3 à 4 heures d’home trainer par jour. J’ajoute à ça des séances d’électrostimulation en plus des séances de musculation, gainage ou poids-corps. Le logiciel connecté pour mon home-trainer est vraiment formidable, c’est un Zwift, je le conseille aux amoureux du vélo qui doivent rester chez eux. Ça remplace sans problème mes séances d’intensité habituelles, mais malheureusement ça ne remplace pas mes deux sorties foncières de la semaine, elles doivent faire 5 à 6 heures. »
Le coureur, malgré son jeune âge, reste les deux pieds sur terre : « La pandémie va durer malheureusement longtemps, ça va de toute façon chambouler la saison, toute la saison, elle risque même d’être finie, du moins tant qu’il n’y aura pas de vaccin, de remède. On ne pourra pas reprendre. Ceci dit, il ne faut pas déprimer, je ne stresse pas, je suis pro, en CDD mais je relativise beaucoup par rapport à ce qu’il se passe dans les hôpitaux notamment. Heureusement que les gens qui doivent travailler sont là, je pense beaucoup à eux, ils prennent un risque pour nous, je les salue très fort. »
Louis Louvet veut aussi conseiller les très nombreux cyclistes amateurs : « Faites du home-trainer, continuez de rouler à la maison, le logiciel Zwift ne coute vraiment pas cher (une quinzaine d’euros par mois), je vous le conseille, ça vous dépaysera. Faites également un peu de muscu, gainage, toujours chez vous, mais ne sortez pas. D’ailleurs la question ne doit pas se poser, nous sommes en guerre et on ne peut se battre qu’en restant chez nous, alors restez chez vous. »
Vincent Brucci