Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
> Vie locale > LE CREUSOT
02/12/2021 03:17
3173 lectures

Pierre-Etienne Graffard : «Il faut mettre en place une navette ferroviaire dans la communauté urbaine»

L’élu EELV du Creusot, dans une interview à creusot-infos, parle de la campagne présidentielle de Yannick Jadot, des impératifs écologiques, conteste le retour vers le nucléaire. Il prône aussi d’autres politiques localement, notamment pour les déplacements. Il conteste les décisions prises par la Communauté Urbaine pour les déchets.

Yannick Jadot c’était votre candidat ?
PIERRE-ETIENNE GRAFFARD : «Notre parti est sorti des Primaires avec un bon candidat, qui avait mon soutien. Yannick Jadot porte l’écologie sociale . Aujourd’hui notre pays a besoin d’actions concrètes. . Yannick Jadot est le seul à porter une vraie écologie politique pour l’adaptation de notre société pour stabiliser et réduire les émissions des gaz à effet de serre. Il porte une vision pour la France et pour l’Europe».

Pour lutter contre le réchauffement climatique, le nucléaire est redevenu tendance. Vous évoluez sur le sujet ou vous restez sur la même ligne ?
«Comme l’a dit clairement Yannick Jadot, on est pour la sortie du nucléaire. Tous les autres candidats sont pris dans le piège de la nostalgie d’une France très gaullienne, avec des recettes comme le nucléaire. On nous parle des EPR, mais les EPR c’est dans 15 ans, alors que l’urgence climatique est là.

Le Maire du Creusot, David Marti, défend le nucléaire alors que sa candidat, Madame Hidalgo dit le contraire à Paris. Il explique que les Français ne veulent pas de l’éolien. Mais les pro-nucléaire ne parlent pas de l’approvisionnement des centrale en uranium, avec une dépendance géopolitique. Ils ne parlent pas des déchets, de la nécessaire ressource en eau pour faire tourner les centrales. Je rappelle que Flamanville c’est aujourd’hui 20 milliards, alors qu’au départ ça devait être 3 milliards. Et puis, on ne parle pas de l’acceptation des risques par les Français…»

Mais alors, vous prônez quoi ?
«Yannick Jadot est très clair : On se donne 25 ans pour sortir du nucléaire et il faut augmenter et amplifier la transition énergétique, en allant vers des énergie plus vertes. Il faut aussi aller vers plus de sobriété, c’est à dire consommer moins d’énergies. C’est une nécessite, un impératif».

Avec quelles solutions ?
«Déjà en agissant sur les mobilités avec des politiques volontaristes et affirmée. Aujourd’hui l’économie tourne avec des stocks qui sont sur les routes, à l’image du trafic que l’on voir sur la RCEA. Il faut donner une vraie priorité aux transports ferroviaires. C’est le sens de la VFCEA qui doit rester une priorité. Il faut aussi en finir avec les flux tendus et les stocks zéro de la grande distribution. Il faut revoir les choses, pour éviter de faire rouler des camions vides ou quasiment vides comme c’est le cas aujourd’hui. Et puis il faut sortir de la logique Amazon».

Comment ?
«Aujourd’hui le dernier kilomètres parcouru vers le consommateur coût très cher à notre environnement. Il faut donc revoir les politiques de distribution et remettre en cause les livraisons immédiates qui impactent notre environnement. La prise de conscience elle doit être en ce sens et aussi du côté des consommateurs».

Et localement, quelles solutions souhaitez-vous élaborer ?
«Il faut déjà prendre en compte les difficultés des gens dans leurs déplacements quotidiens. La voiture électrique pour tous on n’y croit pas. Il faut que les collectivités soient inventives, pour proposer des alternatives de déplacements. Au niveau local, nous l’avons déjà) dit : Pourquoi ne pas envisager la mise en place d’une navette ferroviaire, un Tram/Train traversant la communauté urbaine de Génelard à Saint-Symphorien de Marmagne, qui passerait par Coriolis et la zone TGV et qui pourrait s’arrêter à la Villedieu pour desservir le site industriel du Creusot. Et en ce sens, pourquoi ne pas envisage la gratuité de cette navette pour les usagers…»

Sur un autre plan, vous êtres très critique sur la politique de la communauté urbaine pour le traitement des déchets…
«Oui, je le revendique, je ne soutiens pas la politique des déchets conduite par la Communauté Urbaine, son Président et portée par son vice-président…»

…Pourquoi ?
«Il faut distinguer les choses avec d’un côté la collecte des déchets et de l’autre leur traitement. Pour le traitement, on est au niveau de la fusion avec le SMET de Chagny. Je rappelle que la Communauté va récupérer les emballages et les plastiques et que les autres déchets vont partir à Chagny. Tout cela est présenté sous un aspect économique. Mais la réalité c’est qu’il s’agit d’une régression écologique ! Le gros problème pour ce qui concerne l’aspect économique, c’est que l’on aucune information. On espère que l’on va savoir et nous dire le coût du fonctionnement au SMET et de la transformation. Nos concitoyens sont mal informés. On aurait souhaité que les structures d’accueil des déchets soient ouvertes à la discussion dans toutes les collectivités, c’est-à-dire dans toutes les communes. Je rappelle que l’intercommunalité a pour conséquence les déchets, l’eau et les transports. Il aurait été judicieux de mieux parler des déchets».

Pour les brûler et produire de l’énergie ?
«Non. Brûler les déchets , c’est générer d’autres pollutions, dont celle de l’air. Je pense qu’il faut adapter l’outil aux besoins. Il faut arrêter de décider avec pour seul objectif la rentabilité».

Vous soutenez Monsieur Jaunet, vice président vert de la CCM, dans les politiques qu’il porte ?
«Je regrette que Creusot Montceau Recyclage ne soit pas devenu une alternative, pour réduire les déchets et continuer de les traiter, à ce qui est imposé».

Recueilli par Alain BOLLERY