Recherche
06 62 80 46 68
Pour votre publicité sur Creusot-infos,
un seul numéro
> Vie locale > LE CREUSOT
20/05/2020 03:17
3991 lectures

Philippe Matière : «On veut fabriquer au Creusot des plateformes pour l’éolien offshore»

PDG du groupe industriel familial, Philippe Matière s’est confié à creusot-infos. Pour détailler ses objectifs de développement sur Le Creusot, avec près de 5 millions d’euros d’investissements.
Le groupe Matière va fabriquer dans les anciens ateliers de NFM des structures de 3500 tonnes pour l'éolien offshore. Mais pas que. Pour David Marti «c'est une double bonne nouvelle pour Le Creusot».
Moins de trois ans après son arrivée au Creusot, le groupe Matière, dont le siège historique est près d’Aurillac, dans le Cantal, a donc vu son offre de reprise des ateliers de NFM Technologies, retenue par le Tribunal de Commerce.
«Notre implantation dans les anciens ateliers de FrancEole c’est 100% de réussite. Les ponts modulaires que nous fabriquons marchent bien, puisque nous avons un carnet de commandes de deux ans et demi», souligne Philippe Matière, le PDG du groupe industriel.
Et d’annoncer : «Nous cherchons à diversifier nos activités. Nous nous sommes ainsi lancés dans la fabrication d’ascenseurs à bateaux, pour les sortir de l’eau. Pour cela nous travaillons sous licence américaine, du groupe Bardex, en sachant qu’il y a deux technologies dans le monde»
Celle de Bardex consiste à remonter les bateaux avec des chaines, tandis que son concurrent suédois les remonte avec des câbles.
A côté de cette activité, Matière s’est positionné sur les ponts mobiles, les ponts d’écluses, les ponts levants, les ponts tournants, avec une référence : L’Ile Longue à Brest.
Pourquoi le groupe Matière s’est-il porté candidat pour reprendre NFM Technologies au Creusot ? «On recherchait des moyens de levage lourds pour des plateformes offshore flottantes pour l’éolien flottant en mer. Nous avons remporté un appel à projets lancé par l’ADEME. Ce sont de grosses structures pour lesquelles nous avons besoin de grosses installations» précise Philippe Matière. Et de donner un chiffre : Il faut compter de 3000 à 3500 tonnes pour une seule structure, devant supporter une éolienne de 330 tonnes avec un mât de 155 mètres de haut.
Le PDG du groupe Matière souligne : «Pour fabriquer une structure, il y a besoin de beaucoup de soudure, pour assembler des tubes».
Voilà donc pourquoi Matière a décidé de miser sur Le Creusot où l’entreprise NFM Technologies avait été mise en liquidation judiciaire. Le bâtiment est repris pour 1,05 million d’euros «et nous allons investir près de 4 millions d’euros, notamment dans des travaux, mais aussi pour le déménagement des machines».
Matière va laisser les 8000 m2 qu’il occupait dans les anciens locaux de FrancEole, pour reprendre les 21.000 m2 des ateliers de NFM Technologies.
«Actuellement nous avons 57 salariés en CDI et 20 intérimaires. Nous allons reprendre les 26 salariés de NFM et nous allons proposer aux salariés du bureau d’études à Lyon de nous rejoindre, car je vais implanter notre bureau d’études au Creusot. Les cinq personnes qui sont dans notre bureau d’études à Paris viendront au Creusot, mais opérerons beaucoup en télétravail !»
Philippe Matière précise encore qu’il s’est rapproché de Framatome : «Nous allons signer un protocole pour que les outils puissent être mis à disposition de Framatome quand le groupe nucléaire en aura besoin».
Alain BOLLERY
(Photos DR)

De 500 à 550 salariés
Le groupe Matière, qui avec ses différents implantations, s’appuie actuellement sur 500 salariés, va tendre vers un effectif total de 550 salariés, avec la reprise de NFM et ses développements à venir, dont Le Creusot va être l’épicentre pour les plateformes pour l’éolien offshore.
A.B.

David Marti : «Une double
bonne nouvelle pour Le Creusot»
Le Maire du Creusot, David Marti, ne cache pas sa satisfaction d’avoir vu l’offre du groupe Matière retenue par le Tribunal de Commerce : «Car Matière veut développer au Creusot une nouvelle et grande activité industrielle. C’est de la part d’une entreprise familiale qui a des références. Philippe Matière a de l’ambition et il a mis en avant les atouts du Creusot. D’abord la grandeur des ateliers, mais aussi les infrastructures routières, le port sur la Saône. Il m’a dit aussi sa volonté de profiter du possible embranchement ferré des ateliers. On a pu voir par le passé, que c’est un groupe qui a tenu parole avec la reprise de FrancEole. La reprise de NFM est donc une double bonne nouvelle : Industrielle et sociale. Industrielle avec les ponts modulaires et les bases offshore. Mais aussi le volet social, avec la reprise des salariés, couplée avec l’implantation du bureau d’études au Creusot. Très clairement le groupe Matière croit en notre territoire, car il en apprécie les atouts».
A.B.