Recherche
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
POUR JOINDRE CREUSOT-INFOS
alain.bollery@orange.fr (à privilégier)
SMS et MMS au 06 98 82 18 88
> Vie locale > LE CREUSOT
28/01/2021 03:17
16370 lectures

NUCLÉAIRE CIVIL : EDF s’engage avec Framatome pour 6 réacteurs EPR standardisés... et 600 pièces forgées au Creusot

Après les annonces d’Emmanuel Macron le 8 décembre, c’est la bonne nouvelle du mois de janvier : EDF a officialisé son besoin de voir Framatome fournir 3 fois 2 réacteurs EPR 2, c’est à dire standardisés. Ce sont environ 600 pièces à forger par Framatome au Creusot et évidemment du travail pour l’établissement de Saint-Marcel. Et plusieurs décennies de travail. ACTUALISE.

C’était dans l’air du temps depuis de nombreux mois et avec le feu vert donné par l’ASN, l’Autorité de Sûreté du Nucléaire à Framatome et à son établissement du Creusot, on se doutait bien que les annonces ne tarderaient pas.
La première étape a évidemment été la visite du Président de la République, Emmanuel Macron, le 8 décembre dernier, à Framatome au Creusot. Le Président de la République, outre l’annonce de la construction d’un nouveau porte-avion nucléaire, n’avait pas fait mystère que la France avait besoin du nucléaire civil pour assurer son avenir énergétique, avec une production d’électricité non carbonée.
Une forme de feu vert donné à EDF pour se lancer dans un renouvellement plus important du parc nucléaire français, en dépit des difficultés du chantier de Flamanville qui finiront bien par être résolues...
Il y a quelques jours, EDF, lors d’un conseil d’administration, a confirmé ses engagements pour l’avenir. Framatome recevra, sans qu'il ne soit donné de date, les commandes de trois fois deux EPR 2. Si les lieux d’implantation de ces 6 réacteurs nucléaires n’ont pas été précisés, on sait cependant que deux paires d’EPR seront en bord de mer et la troisième paire en bord de fleuve.Il s’agira de réacteurs EPR standardisés, répondant au programme de standardisation Juliette qui a été mis en œuvre par Framatome. Très concrètement ces EPR 2 sont l’évolution de l’EPR de Flamanville dans la Manche.
L’idée d’EDF comme de Framatome est de fabriquer des pièces en séries. Quand on sait qu’un EPR rassemble une centaine de pièces forgées, la Forge du Creusot de Framatome va donc être mise à contribution de façon constante pendant plusieurs décennies.
C’est bien pour cela que l’on a parlé d’annonces à 30 ou 40 ans, à l’occasion de la visite du Président de la République.
Du côté de Framatome au Creusot et de sa forge, on a déjà travaillé dans la perspective des commandes d’EDF, avec des pièces forgées dites sacrificielles.
Il est cependant utile de préciser qu'à l’heure actuelle, aucune décision n’a été officialisée par EDF ou Framatome quant à la réalisation de composants d’anticipation pour le nouveau nucléaire français.
En revanche, le Conseil d’Administration d’EDF a récemment validé une ligne budgétaire (158 millions €) en soutien au projet Juliette sur 2021 et 2022. «Ce financement, associé à celui défini en propre par Framatome va nous permettre d’anticiper certaines fabrications», explique Alexandre Cretiaux, délégué syndical central CFDT.
Et d'ajouter : «Ce projet Juliette d’anticipation de certaines fabrications de composants lourds doit également nous permettre de maintenir nos compétences et d’améliorer notre performance industrielle. Il s’applique aux sites de Framatome Le Creusot, Saint Marcel et Jeumont.
Aujourd’hui ce projet est donc un « pari » fait par Framatome et défendu par EDF en attendant une décision officielle gouvernementale sur la création de nouvelles tranches nucléaire sur le sol français et de potentielles commandes EPR de clients étrangers. Avec ce projet, Framatome sera donc prêt à répondre en temps et en heure à nos différents clients».
La CFDT Framatome espère que les décisions formelles de l’Etat interviendront le plus tôt possible afin de donner de la visibilité à nos activités et aux salariés. Comme l’a rappelé le Président Macron lors de sa venue sur le site de Framatome Le Creusot, les décisions d’un ou plusieurs nouveaux EPR sur le sol français sont conditionnées au démarrage de l’EPR Flamanville.
«Enfin, rappelons, que le Groupe EDF est endetté à hauteur de 50 milliards d’euros et lance une réorganisation du Groupe par le biais du projet « Hercule » afin de pouvoir, notamment, financer la création de 6 réacteurs nucléaires en France», assure encore Alexandre Cretiaux, en complément de nos informations.
Alain BOLLERY
(Photo Alain BOLLERY)

Patrick Merliaud

«On est clairement sur la suite de ce que le Président de la République avait annoncé ou laissé entendre», réagit Patrick Merliaud, délégué CFDT et membre du comité social économique central. «Quand le Président de la République a fait ses annonces sur le nucléaire militaire lors de sa venue au Creusot, on savait bien que le nucléaire civil allait suivre. . C’est ce que l’on espérait, on n’en doutait pas, malgré notre impatience. Avec l’engagement d’EDF pour six réacteurs EPR 2, c’est dans la concrétisation qui arrive. On est en ordre de bataille pour l’investissement humain. D’ici la fin de l’année, ce sont 40 embauches supplémentaires au Creusot, où on va rapidement approcher la barre des 400 emplois. Ce qui veut dire que l’on aura doublé l’effectif en trois ans.  Maintenant le challenge c’est la transmission du savoir».
Patrick Merliaud parle encore du programme «Sizewell» qui, en Grande Bretagne, est la suite d’Hinkley Point au Royaume Uni. Il précise aussi que les premières fabrications pour le porte-avions ne devraient pas intervenir avant 4 ans».
A.B.