Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
> Vie locale > LE CREUSOT
21/10/2021 16:15
6642 lectures

LE CREUSOT : Une ablation de l’utérus par les voies naturelles, robotisée, a eu lieu à l’Hôtel-Dieu, pour la 1ère fois en Bourgogne – Franche-Comté

Pour la 1ère fois en Bourgogne – Franche-Comté, l’Hôtel-Dieu du Creusot a été le cadre d’une première ce jeudi 21 octobre au bloc opératoire : Il s’agissait d’une intervention robotisée, pour l’ablation d’un utérus, en passant par les voies naturelles, c’est-à-dire par le vagin, sur une patiente âgée d’une quarantaine d’années.
Les bénéfices de la technique sont d’abord pour la patiente : Une opération beaucoup moins douloureuse, donc moins traumatisante, et une sortie de l’Hôpital dans la journée.
Elle peut avoir le sourire Eloïse Michel ! Cette jeune dijonnaise, actuellement interne à l’Hôtel-Dieu et qui se destine à être gynécologue obstétricienne a pu suivre et participer une première en Bourgogne – Franche-Comté. C’est-à-dire une opération robotisée, pour l’ablation d’un utérus, par les voies naturelles, que ni le CHU de Dijon, ni celui de Besançon, n’ont encore réalisée.
L’opération réussie a été pratiquée, jeudi matin, par les Docteurs Antoine Faron et Xavier Martin, au sein du bloc chirurgical de l’Hôtel-Dieu qui plus que jamais est en pointe, ce qui n’est plus à démontrer et où auront donc été réalisées deux premières en moins de deux semaines, après la pose robotisée d’un sphincter.


Finies les grandes cicatrices

Dans des temps anciens, mais finalement pas si éloignés, une hystérectomie, le nom savant et scientifique de l’ablation d’un utérus, se traduisait par une cicatrice abdominale qui dépassait largement les 10 centimètres, dans le meilleur des cas.
Et puis sont apparues les opérations sous le mode de la cœlioscopie, qui elle aussi pouvait être robotisés. Désormais à l’Hôtel-Dieu du Creusot pourront être pratiquées des ablations de l’utérus, en mode robotisé, mais en passant par les voies naturelles, c’est-à-dire par le vagin.
Et ce n’est pas neutre. Car pour la patiente l’opération est beaucoup moins traumatisante car beaucoup moins douloureuse. Sans compter qu’après l’opération le matin, sauf complications, la sortie en fin de journée devient une règle.
La nouvelle technique innovante utilisée par les Docteurs Antoine Faron et Xavier Martin est une réponse moderne, du 21è siècle, aux effets secondaires générés par des fibromes, avec des saignements, ou avec des couleurs persistantes… Les femmes qui en sont les victimes ayant le sentiment de porter un caillou dans le bas du centre.

Un minimum de 150 opérations par an à l’Hôtel-Dieu

Quand on considère que jusqu’à ces derniers semaines l’Hôtel-Dieu du Creusot était sur la base d’un minimum de 150 ablations de l’utérus par an, on mesure les progrès pour les patientes qui vont être concernées par la nouvelle opération robotisée menée par les voies naturelles.
«Outre une douleur moindre, on a moins de risques hémorragiques», souligne le Docteur Faron, précisant que l’opération dure entre 40 minutes et une heure. Et les deux gynécologues obstétriciens d’ajouter : «On gagne en précision pour les gros utérus». L’échelle suivant le problème allant de six à dix. Six étant la taille d’un utérus pour une femme qui n’a encore pas accouché. «Les interventions concernent des utérus en forme de poire, avec des fibromes qui peuvent atteindre le kilo».
Il convient de préciser qu’en moyenne quatre femmes sur dix développent un fibrome, souvent sans le savoir, car il n’est pas toujours invalidant ou ne génère pas toujours des problèmes, ce qui l’oblige pas à une intervention chirurgicale. «Ce sont les symptômes qui posent problème», souligne Eloïse Michel, qui maîtrise très bien son sujet.

«L’objectif c’est le confort de la patiente»

Pour les médecins gynécologues obstétriciens, qui sont tous formés à la chirurgie vaginale, la nouvelle technique ne présente pas un problème de formation majeur. «Je le répète, l’objectif, c’est vraiment le confort de la patiente», insiste Antoine Faron, très heureux de voir que le pôle de chirurgie gynécologique de l’Hôtel-Dieu du Creusot est en train de se développer en étant à la pointe des techniques. Les Docteurs Faron et Martin, n’ont pas manqué de montrer que les anciennes techniques utilisées étaient éprouvantes et pouvaient être blessantes et douloureuses pour les patientes !
C’est avec l’entreprise Applied que la technique de l’ablation robotisée des utérus a été développée. Son directeur régional, Olivier Cassier était présent, ce jeudi à l’Hôtel-Dieu .
Alain BOLLERY
(Photos de démonstration : Alain BOLLERY)




L'ancienne technique beaucoup plus douloureuse pour les patientes :