Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
> Vie locale > LE CREUSOT
20/05/2021 03:17
4692 lectures

LE CREUSOT : Interview du Maire David Marti

Dans une interview à creusot-infos, le Maire du Creusot revient sur l’événement Mitterrand, règle ses comptes avec Charles Landre, évoque les Régionales et les Départementales et se positionne clairement au sujet du Rassemblement National. Il parle aussi du complexe aquatique et du cinéma.
Quel bilan tirez-vous de l’événement Mitterrand qui s’est tenu au Château de la Verrerie ?
DAVID MARTI : «Au soir de l’événement j’avais affiché ma satisfaction. Avec un peu de recul, de tout évidence on peut dire que c’est un événement qui a fait parler de lui à l’échelle nationale, puisque tous les médias nationaux étaient au Creusot. En terme de perception c’est positif pour la ville. Mais j’ai surtout une grosse satisfaction par rapport à l’état d’esprit qui a présidé à ce rendez-vous. Les invités se sont retrouvés avec plaisir et en toute simplicité pour évoquer une page importante de l’histoire de la cinquième République et de la gauche, avec l’élection de François Mitterrand le 10 Mai 1981.

Cette journée c’était aussi le bonheur de se retrouver dans une période où on manque de moments comme cela, avec le plaisir d’échanger. C’est vrai pour le PS et pour d’autres partis.
En fait cet événement a été au-delà de ce que j’avais imaginé, car il était rassembleur, avec des personnes qui ne sont pas forcément dans mon parti, mais en responsabilité. En ce sens, on peut faire le parallèle avec l’expo Pierre Soulage. On m’avait demandé «Pourquoi au Creusot ?» et j’ai répondu pourquoi pas. On a créé cet événement Mitterrand car on avait envie de le faire, car il y a une histoire entre Le Creusot et l’ancien Président de la République. Le Creusot se devait de commémorer et on a été les premiers. On l’a fait avec peu de moyens et énormément de volonté. On a des ressources pour le faire».

Vous avez essuyé des critiques de la part de Charles Landre qui a évoqué le contexte sanitaire. Que répondez vous ?
«Les critiques viennent toujours des mêmes. J’ai eu des gens de tout bord qui m’ont appelé et félicité et qui dix jours après le font encore. Ce sont des messages qui viennent de la France entière. Les critiques ne me touchent pas. Ce sont toujours les mêmes incantations et des critiques simplistes. Il faut savoir garder raison. On n’était plus en période de confinement et tout ce qui a été mis en place, l’a été avec l’accord et les recommandations de la Préfecture. Monsieur Landre critique toujours, mais je rappelle qu’en conseil municipal j’ai été obligé de le reprendre et de le rappeler à l’ordre pour qu’il mette son masque. Ses attaques sont indécentes. Mais cela est dans la droite ligne de son comportement depuis le début de ce mandat…»

C’est-à-dire ?
«Au début de la pandémie, le Président de la République a dit «Nous sommes en guerre». Quand c ‘est le cas, des personnes ont le devoir d’aller au front, faire des propositions pour protéger. Nous les élus de la majorité nous l’avons fait, car c’était de notre devoir, jusqu’à distribuer des masques. Nous avions été critiqués et on était au comble de l’indécence. Quand on est un élu et que l’on se planque, c’est indécent. Je rappelle que d’autres villes les oppositions se sont mises à disposition.  Malheureusement au Creusot l’opposition n’est pas dans cet état d’esprit et elle n’avait pas eu la décence d’être citoyenne et engagée auprès de ceux qui livraient bataille. Mais les Creusotins ne s’y trompent pas et l’ont montré il y a un an à l’occasion des élections».

Justement, le mois de juin sera un mois d’élections. Avec déjà les Régionales. Vous soutenez Madame Dufay. Considérez vous que votre territoire est bien représenté et à quel niveau situez-vous les enjeux ?
«Déjà je trouve que la liste conduite par Marie-Guite Dufay et par Jérôme Durain pour la Saône-et-Loire est bien équilibrée et de qualité. Le territoire communautaire est à la place qu’il mérite, avec Laëtitia Martinez, Jean-Claude Lagrange et Gilda Sarandao. Le risque c’est l’abstention , notamment par rapport au contexte sanitaire. J’alerte nos concitoyens, car il y a des risques énormes…»

…Lesquel ?
«La Région ce sont aujourd’hui de grandes compétences et c’est majeur pour un territoire comme le nôtre. Nous avons travaillé étroitement, avec des contractualisations majeures. La Région s’est engagée à hauteur de 20 millions d’euros sur plus de 50 millions pour des projets structurants. On veut pouvoir continuer de travailler dans le même état d’esprit. Il était important que Marie-Guite reparte au combat et je mets en garde chacun, car oui le Rassemblement National va se mobiliser. Il faut nous aussi se mobiliser. Je ne me vois pas signer avec un Président de Région qui serait un élu du Rassemblement National. Cela ne serait pas possible. Les enjeux et les conséquences de cette élection sont énormes !»

Concernant les élections départementales, vous avez des élus de votre majorité sur plusieurs binômes concurrents. Quelle est votre position ?
«Il n’y a rien de nouveau. On a déjà connu cela par le passé. Ce n’est pas une difficulté. Pour les municipales, j’ai voulu rassembler au nom du Creusot et nous travaillons ensemble pour les intérêts du Creusot. Mais chacun peut vivre sa vie, avec ses convictions. C’est normal. C’est la démocratie. Pour ma part je ne cache pas mes intentions. Je suis de gauche et socialiste et je soutiens les binômes qui ont clairement annoncé que s’ils ont élus alors ils seront dans le groupe gauche 71. J’ai fait mon choix et je respecte les autres candidats. La pluralité existe, mais il faut que les choses soient claires pour tout le monde. Je vois pas partout les intentions des autres».

Dans une interview au JDD, François Rebsamen, le Maire de Dijon a clairement annoncé qu’il voterait Emmanuel Macron en cas de duel avec Madame Le Pen au 2ème tour de la Présidentielle, comme vous l’avez, vous même, aussi annoncé. Pour les élections départementales, dans certains cantons, dès le 1er tour il n’y a que deux binômes, dont un du Rassemblement National. Quelle est votre position ?
«Le cas ne se pose pas dans les deux cantons du Creusot. Mais ma position est très claire : Je ferai toujours barrage à l’extrême droite et ce sera sans état d’âme. Oui j’appelle à voter à gauche, à droite ou au centre, dans les cantons où c’est le cas dès le premier tour. Il ne peut pas y avoir des discours lisses. Je serai toujours opposé au Rassemblement National et c’est dès le 1er tour qu’il faut voter contre lui et donc voter en faveur des candidats qui se présentent contre lui, dans les cantons concernés *».

L’été approche, le complexe aquatique du Creusot ouvrira ses portes le 9 juin. Envisagez-vous de la gratuité pour le public en juillet et août, comme vous l’avez déjà fait ?
«On envisage une ouverture normale. Toutes les activités sont reconduites. Il n’y aura pas une gratuité totale sur le complexe aquatique pendant les vacances d’été. On fera peut-être un geste sur certaines journées. On veut s’adapter en fonction de la météo. S’il venait à faire très chaud, que les lacs autours du Creusot soient polluées, alors on s’adaptera. Avec les activités pour les jeunes, avec Creusot Vacances Jeunes, avec les Beaux Bagages, j’espère qu’on va passer un bel été au Creusot. En ce sens on va faire une opération tranquillité publique».

Quelle sera-t-elle ?
«Ses contours seront annoncés au cours du mois de juin. On travaille à préciser les choses. On veut faire une opération tranquillité publique pendant l’été, partout en ville, où il y aura du public. Je précise aussi qu’en l’état des restrictions sanitaires qui sont annoncées et qui imposent que tout le monde soit assis, il n’y aura pas de feu d’artifice le 13 juillet et très certainement pas non plus le 14 août».

Comment évolue le dossier du complexe cinématographique ?
«Comme je l’avais annoncé, le permis de construire a été déposé. J’étais et je reste en contact avec le groupe Pathé qui se met en situation de redémarrer. Le projet de complexe n’est pas remis en question et le permis a été validé. Avec le patron, on s’est donné rendez-vous à la rentrée. Plus les gens retourneront rapidement au cinéma partout, plus ce sera bon pour le dossier du Creusot. Je ne veux pas donner de date. Le calendrier sera défini en septembre».

Des informations sur la Coupe du Monde de rugby et la chance d’avoir une équipe au Creusot ?
«Nous sommes évidemment toujours candidat. Il faut attendre. On a des atouts qui me rendent optimiste. En attendant les choix qui seront faits, on va inaugurer les nouveaux vestiaires du Parc des Sports avant l’été. En espérant que la saison 2021-2022 sera complète pour notre équipe du Creusot qui se doit être ambitieuse».
Recueilli par Alain BOLLERY

* NDRL : Sept cantons de Saône-et-Loire sont concernés par un duel avec le Rassemblement National, dès le 1er tour

Creusot-infos.com - Mentions légales