Recherche
06 62 80 46 68
Pour votre publicité sur Creusot-infos,
un seul numéro
> Vie locale > LE CREUSOT
15/05/2020 03:17
2712 lectures

LE CREUSOT : Cécile Bertin, annonce «un peu plus de cirque et de danse à L’arc»

La directrice de L’arc, scène nationale au Creusot, se confie dans une interview à creusot-infos. Elle lève le voile sur la saison 2020-2021 qui sera lancée en septembre. Cécile Bertin annonce aussi une nouvelle politique tarifaire.
Quand elle avait été nommée directrice de L’arc au Creusot, c’était en 2019, Cécile Bertin avait relevé le défi de monter une saison en trois mois. «J’avais alors trouvé une équipe en pleine forme et plein d’envie». Une grosse année plus tard, Cécile Bertin s’est retrouvée dans une situation inédite avec l’obligation d’interrompre la saison en cours et de préparer la prochaine, sans pouvoir aller voir des spectacles et autres représentations, depuis la mi-mars.
Au sortir de huit semaines de confinement, Cécile Bertin fait le point dans une interview à creusot-infos.


Comment avez-vous géré la période de confinement ?
CECILE BERTIN : «Nous sommes seize dans la maison. Nous avons mis l’équipe technique en chômage partiel, de même qu’une collègue de l’accueil, car elle ne pouvait pas travailler à distance. Et nous avons énormément privilégié le télétravail. Avant de s’engager dans un déconfinement progressif. Tout le monde avait envie de revenir, car le cœur de notre métier, il est ici, même si actuellement on ne reçoit pas d’artistes».

Comment vous êtes-vous projetée dans la préparation de la saison 2020-2021 ?
 «Avec plutôt la volonté de reporter des spectacles qui ont été annulée à causée dans la pandémie, plutôt que de les supprimer».

Faire revivre la maison, ça va être compliqué ?
«Nous allons avoir une compagnie en résidence : La Compagnie du Hanneton de James Thierrée, un des petits fils de Charlie Chaplin, que le public de L’arc connaît bien. Ils vont utiliser le grand plateau pour leur nouvelle création, Room, qui mélange magie du théâtre, danse, cirque, avec de la musique.  Et il y aura deux dates au Creusot : Les 19 et 20 mars, pour deux représentations, quasiment pile un an après le début du confinement».

Qu’avez-vous reporté ?
«Le concert de Flavia Coelho, qui  était prévu le 4 avril et qui sera à l’affiche le 25 septembre ; Le spectacle de théâtre Les Naufragés, qui avait été programmé le 9 avril et que l’on retrouvera le 3 octobre ; Mais aussi la pièce de théâtre «Pas Pleurer», qui sera à l’affiche le 16 octobre».

Alors que la pandémie a bouleversé nos vies, quelles sont aujourd’hui vos ambitions pour L’arc ?
«Je souhaite rendre le lieu plus familial, qu’il soit à vocation pluridisciplinaire, avec plus de jeunes et plus de personnes âgées».

Quelle sera la tendance de la saison 2020-2021 ?
«C’est une saison au cours de laquelle on présentera un peu plus de cirque et un peu plus de danse»

C’est-à-dire ?
«Côté cirque nous aurons donc la Compagnie du Hanneton. Mais aussi un véritable bijou : Tesseract, avec un acrobate seul en scène, avec des effets vidéo… Ca sera un cadeau de Noël pour notre public. Je peux encore dire la Compagnie Le Puits, elle proposer un spectacle avec des parois verticales. Ce sera en janvier».

Et côté danse ?
«Le 14 octobre, on proposera Garden off Chance, une création avec beaucoup de lien avec le public. Un mélange de Mentalist-Danseur… Un proposera la compagnie californienne Alonzo King Lines Ballet, avec un mélange de danse contemporaine et d’art moderne. Ce sera le 5 décembre, sur fond de musiques californiennes».

Les amateurs de musique classique auront-ils un rendez-vous ?
«Oui, début juin 2021, avec l’Orchestre Victor Hugo de Franche-Comté, avec 90 personnes sur le plateau, dont 81 musiciens et 3 solistes, sur le thème d’Aimer à voix haute», sur du Mozart, du Strauss».

Quelles seront les expositions ?
«Nous sommes en train de monter une expo sur le thème de l’art brut, avec une maison de Lausanne, et l’idée d’avoir un spectacle en même temps. On devrait avoir deux ou trois expositions sur la saison».

Combien la nouvelle saison offrira-t-elle de rendez-vous ?
«Plus de quarante. Je précise que l’on va changer la politique tarifaire, avec la volonté de revoir la façon de réserver et donc de venir. Je veux que l’on facilite la venue du public. Il faut donc essayer d’adapter les tarifs. Il faut que les spectateurs reviennent. Pour la saison qui n’a pas pu s’achever, ceux qui le souhaitent pourront être remboursés. La soirée de lancement aura lieu le 25 septembre»
Recueilli par Alain BOLLERY