Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
> Vie locale > LE CREUSOT
08/09/2023 03:17
8747 lectures

Hôtel-Dieu du Creusot : Du neuf pour la Maternité, pour la médecine et un objectif de près de 10.000 interventions chirurgicales par an

Directeur général de SOS Santé Mickaël Munier, et Stéphanie Béal, la nouvelle directrice de l’Hôtel-Dieu du Creusot, ont annoncé de nombreuses bonnes nouvelles et de nouvelles ambitions pour l’Hôtel-Dieu. continue d’être sur la ligne du «zéro reste à charge» pour les patients.
Portes ouvertes annoncées les 23 septembre et 16 octobre.
Aller de l’avant, toujours. Inlassablement. Dans l’univers de la santé, il faut être le plus possible en pointe. C’est le sens de l’acquisition du nouveau scanner, effectuée au début de l’été (lire notre article). Mais c’est le sens de la politique voulue par le groupe SOS Santé pour l’Hôtel-Dieu du Creusot.
Et Mickaël Munier, le directeur général du groupe, est catégorique : «S’il n’y avait pas eu l’acquisition du robot, alors la chirurgie aurait fermé». Pourquoi ? Tout simplement parce que tous les jeunes praticiens veulent aujourd’hui pouvoir effectuer des interventions chirurgicales avec un robot. Elles ne pèsent pourtant qu’entre 10 à 15% des interventions chirurgicales. Mais elles sont si précieuses pour certaines pathologiques, comme par exemple pour les opérations de la prostate ou encore en chirurgie gynécologique, que les robots sont désormais indispensables dans un établissement hospitalier.


Des équipes fournies en chirurgie et en médecine

En matière de chirurgie l’Hôtel-Dieu du Creusot affiche ses ambitions. «Nous visons, sous trois ans, le cap des 8000 à 10.000 interventions chirurgicales par an», assure Mickäel Munier, alors qu’actuellement l’Hôtel Dieu est sur la base de 5000 opérations par an.
Si l’Hôtel-Dieu veut faire plus c’est tout simplement pour atteindre le seuil d’équilibre.
L’activité chirurgicale s’appuie aujourd’hui sur des équipes fournies, avec par exemple un nouveau praticien en chirurgie digestive. Ils sont désormais trois. Et un quatrième devrait bientôt arriver.
En orthopédie, l’Hôtel-Dieu s’appuie sur deux chirurgiens et quatre en gynécologie, avec une arrivée prochaine d’un jeune.
L’Hôtel Dieu prend encore en charge d’endométriose.
L’Hôpital du Creusot a aussi d’autres objectifs. Le premier concerne la Maternité, dont on sait qu’elle rayonne désormais sur Autun. En ce sens, il travail avec le GHT, le groupement hospitalier de territoire, pour une meilleure prise en charge des futures mamans. Notamment avec des sages femmes et des obstétriciens qui se rendent à Autun, ou encore avec le SMUR dédié qui a été voulu par l’ARS. «Et tout cela, je le répète, sans reste à charge pour les patients martèle Mickaël Munier.

Des appartements d'hébergement familial

Avec Stéphanie Béal ils annoncent également une rénovation de la maternité, à l’horizon de la fin 2024 / début 2025. Elle va concerner la salle d’accouchement qui a besoin d’un sérieux lifting, mais aussi avec l’aménagement d’une nouvelle chambre confort. Sans doute juste à côté de la première, la numéro 10.
«On veut aussi aller vers la création d’appartement d’hébergement familial». Ils seront situés juste à côté de l’Hôtel-Dieu pour accueillir, par exemple, des femmes qui sont dans leurs derniers jours avant l’accouchement et qui peuvent venir de loin.
Pour ces nouveaux aménagements, l’Hôtel-Dieu va bénéficier d’une aide de la Fondation de France. Le directeur général de SOS Santé précise aussi que l’Hôtel-Dieu s’appuie désormais sur deux pédiatres pour assurer les consultations.
Dans un tout autre domaine, l’Hôtel-Dieu, qui dispose de 30 lites en médecine polyvalente et du même nombre en gériatrie, entend développer l’hospitalisation de jour. Pour par exemple des tests, mais aussi pour des pansements complexes.
En cardiologie, ce sont désormais quatre praticiens qui interviennent. «Et on va développer le service», annoncent en cœur Stéphanie Béal et Mickaël Munier. Avec une optimisation de la prise en charge.
L’Hospitalisation de jour est une priorité donnée par les autorités de tutelle, mais aussi de l’Hôtel-Dieu, qui veut la développer pour de multiples spécialités.
L’établissement creusotin dispose aussi d’une autorisation de cinq lites de soins palliatifs. Avec un médecin et une infirmière fraichement diplômés.
Alain BOLLERY
 
60% en ambulatoire
La progression a été énorme en quelques années. 60% des interventions chirurgicales se sont désormais en ambulatoire
 
L’Ophtalmologie en objectif
Si, on le sait, l’ophtalmologiste qui avait été recruté est parti, car l’établissement n’a pas voulu répondre à ses exigences financières, pour «rester sur le zéro à charge» pour les patients, cela ne l’empêche pas de travailler à un recrutement. L’Hôtel-Dieu a d’ailleurs conservé tous les équipements dans lesquels il avait investi
 
Embaucher pour des carrières
«On ne postule plus pour un poste, mais pour une carrière !» C’est avec cette philosophie que Mickaël Munier souhaite que le groupe SOS Santé imprime une nouvelle façon de recruter les collaboratrices et les collaborateurs. «On va s’engager pour favoriser les promotions, l’ascenseur social. On s’y engage et on va le mesurer». A l’Hôtel-Dieu comme dans tous les établissements du groupe SOS, une agent de service hospitalier peut ainsi devenir aide-soignante, une aide-soignante devenir infirmière…
 
Douloureuse facture énergétique
«83% des établissements hospitalier sont déficitaires», remarque Mickaël Munier. Car évidemment ils ont pris de plein fouet toutes les hausses liées à l’inflation. «Pour SOS Santé, l’explosion des coûts de l’énergie, c’est une facture supplémentaire de 7 à 8 millions !
 
Portes ouvertes les 23 septembre et 14 octobre
L’Hôtel-Dieu du Creusot ouvrira ses portes au public le samedi 23 septembre sur le site Foch et le 14 octobre, sur le site Harfleur pour ce qui concerne la diabétologie. Sur le site Foch, le public pourra découvrir le robot chirurgical qui sera sorti du bloc pour les besoins des portes ouvertes.