Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
> Sport > RUGBY
28/01/2023 09:30
2309 lectures

RUGBY : Pourquoi le collectif Ovale Ensemble a décidé de démissionner du comité directeur de la FFR sans rien abandonner de son combat

Après la démission de Bernard Laporte, Ovale Ensemble s'explique sur sa décision.
Ce vendredi matin, au cours du comité directeur, les 9 élus représentant le collectif Ovale ensemble ont remis leur démission du comité directeur de la FFR et ont quitté la réunion. Cette décision a été prise en conscience et avec gravité par respect pour l’expression démocratique des clubs, par respect pour les valeurs éthiques portées par ce collectif et pour défendre l’intérêt supérieur du sport, du rugby et de tous les clubs en France.

Jeudi dernier, en dépit de la proximité de la coupe du Monde, les clubs ont clairement exprimé leur volonté de sortir de la crise que traverse la fédération et le rugby amateur par le biais d’une élection générale plutôt que par des stratégies dilatoires d’appareil imaginées en petit conclave des élus dans le seul but de protéger leurs intérêts particuliers. Loin, très loin de l’intérêt supérieur du rugby et du pays.

 
Ce matin, Amélie Oudéa Castéra, la ministre des sports et des jeux Olympiques et paralympiques, en ouverture du comité directeur, après avoir pris acte de la démission de Bernard Laporte de toutes ses fonctions fédérales, a clairement rappelé ce qu’était, pour les pouvoirs publics, l’intérêt supérieur du rugby, du sport et de notre Nation, au moment d’aborder deux épreuves d’envergure mondiale avec la coupe du monde en 2023 et les jeux olympiques et paralympiques en 2024.
 
Elle s’en est remise à la responsabilité des membres du comité directeur en leur demandant de choisir entre l’éthique, via l’article 15 des statuts de la Fédération qui conduit à une élection générale sous 6 semaines, et la technique, via l’article 21 des mêmes statuts qui vise à maintenir l’appareil en place dans une gouvernance a minima.
Piétinant la démocratie dont ils se targuent, rejetant dédaigneusement le vote des clubs, ignorant sciemment les rappels à l’intérêt général et à l’intérêt national émis par la ministre, faisant fi des difficultés extrêmes du rugby amateur confronté à des réformes et à des décisions qui le fragilisent toujours plus, augmentant jusqu’à son paroxysme une crise dont ils disent vouloir protéger nos équipes nationales, les élus de la liste de Bernard Laporte dorénavant rangés derrière Serge Simon et Christian Dullin ont refusé la voie de la raison et de la responsabilité.
 
Au lieu d’une élection sous 6 semaines d’une nouvelle gouvernance, capable de revenir à l’apaisement pour préparer les grandes échéances et la prochaine saison, ils ont préféré leur intérêt personnel en choisissant, contre l’avis des clubs, un président intérimaire sans légitimité électorale à un moment crucial pour le rugby français.
 
Ils ont aussi préféré réserver l’élection de juin aux seuls élus du Comité directeur faisant prendre au rugby français le risque d’une cohabitation mortifère en pleine coupe du Monde qu’ils disaient vouloir protéger.
 
Ne pouvant cautionner ces petits arrangements avec les règles et la morale, soucieux de ne pas mettre le rugby à l’arrêt avec une cohabitation qui serait une impasse, en présence et dorénavant en l’absence de Bernard Laporte, les élus d’Ovale Ensemble ont donc décidé de laisser les élus rangés derrière Serge Simon et Christian Dullin face à leur propre conscience, toute honte bue.
 
Nous nous réjouissons d’avoir été rejoints depuis lors par les représentants de la LNR qui, eux, agissent de façon responsable et digne.
 
Pour autant le combat ne s’arrête pas : Président de la Ligue Île de France de Rugby, Florian Grill reste invité au Comité directeur. Il continuera à diffuser les comptes rendus avec son éclairage pour informer les clubs.