Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
> Sport > RUGBY
03/05/2021 03:17
3797 lectures

RUGBY : «La Fédérale 1 est un objectif raisonnable, pour Le Creusot, sur deux à trois ans», estime Eric Catinot

Dans une interview à creusot-infos, l’entraîneur général du Club Olympique Creusot Bourgogne annonce la date de reprise des entraînements, fait le point sur la structuration du club et annonce de nouvelles ambitions, après deux saisons blanches.
Alors, à quand la reprise du côté du COCB ?
ERIC CATINOT : «C’est décidé, on va reprendre les entraînements le mardi 25 mai. Ensuite, jusqu’à la période qui précèdera la reprise du championnat, on s’entraînera le lundi, le mardi et le jeudi. Y compris pendant les vacances d’été. L’idée est que tous les joueurs puissent s’entraîner tout le temps jusqu’à la reprise de septembre, sauf évidemment s’ils sont partis en vacances».

Comment se sont passées les choses sur la dernière période ?
«On a arrêté assez vite les entraînements que l’on avait mis en place le samedi matin, car cela n’avait pas beaucoup de sens. On a préféré travailler à la saison prochaine avec des entretiens individuels avec tous les joueurs».

Et alors ?
«Notre idée était d’exposer le projet du club à tous les joueurs et de leur proposer de s’inscrire dans celui-ci. Car pour avancer, il faut de l’adhésion. On n’a pas voulu attendre la période des mutations pour rencontrer les joueurs. Et le résultat est plutôt très positif».

Des départs ?
«Oui deux. Fourie qui rentre en Afrique du Sud. Il est blessé et il sait qu’il ne pourra plus jouer ici au niveau de la Fédérale 2. Il a donc préféré retourner chez lui, au pays. Et puis on a le départ de Toti qui pour cause de blessures n’a pas joué beaucoup ces deux dernières saisons et pas seulement à cause du COVID. On aurait préféré qu’il reste, mais on respecte son choix».

Vous êtes donc satisfait…
«Oui, même si un ou deux départs sont toujours possibles malgré les paroles données par les joueurs… La vérité c’est que c’est la première fois depuis longtemps que Le Creusot va avoir un effectif stable. Après, comme je dis, c’est la parole des hommes, puisque les mutations n’ont pas commencé. La parole du club sera respectée. J’espère que les joueurs qui nous ont dit qu’ils restent pour s’inscrire dans le projet, eux aussi tiendront leur parole».

Justement, quel est le projet du club ?
«Le club continue de se structurer et franchement il a bien avancé. Aujourd’hui très clairement Le Creusot peut afficher des ambitions plus hautes. L’année dernière il était bien parti pour terminer à la 3ème place jusqu’à ce que le COVID arrête tout. Cette saison, au regard de ce que l’on a vu, je pense sincèrement que nous aurions terminé dans les trois».

Et la saison prochaine alors…
«Bien évidemment il faudra se qualifier. Pas pour figurer, mais bien en ayant de l’ambition. C’est le sens de notre projet sportif. Avec d’abord le développement individuel du joueur. Et des résultats. On a des joueurs, de jeunes joueurs qui ont le potentiel pour viser plus haut que la Fédérale 2.
Il faut franchir un palier. La Fédérale 1 est un objectif raisonnable sur deux à trois ans. On est là dans une logique de développement. Les clubs professionnels sont regroupés en Nationale. Les clubs de Fédérale 1 sont des clubs que l’on a affrontés comme Beaune ou Nuits. Il n’y a pas de raison que l’on ne se mette pas à leur niveau. Et puis ça va être les 120 ans du rugby au Creusot !»

Comment allez-vous travailler ?
«Le staff évolue. Déjà il faut sortir du schéma entraîneurs de la A d’un côté, et entraîneurs de la B de l’autre. Il faut que tout le monde soit dans la même logique de travail. Clément Martin nous rejoint, de même qu’Olivier Fribourg. C’est un retour il sera plus spécialement chargé des aspects de formation qu’il connaît bien. On a voulu uniformiser le staff. On ne veut plus de barrières, mais des passerelles. Les résultats de la B seront importants, mais ils seront seconds. On veut que tout le monde s’améliore et se retrouve dans le même élan, la même dynamique».

Attendez-vous des arrivées de joueurs ?
«On n’est pas parti sur la logique de remplacements poste par poste. Avec l’arrêt définitif de Jean-Baptiste Moreau, on va recruter une première ligne entière. Et on veut renforcer nos potentialités derrière, avec au moins deux joueurs. Je pense qu’on devrait recruter, à l’arrivée, de cinq à six joueurs supplémentaires».

Sur quoi voulez-vous miser pour franchir le pallier que vous souhaitez ?
«Cette équipe du Creusot, jusqu’à maintenant, n’avais pas un état d’esprit pour s’exprimer au bout du monde. Entendez qu’elle sait plutôt bien jouer avec le ballon, et ce n’est pas suffisant. Il faut, comme au basket, apprendre à jouer sans le ballon, et défendre la ligne. Elle est capable de le faire, mais pas assez souvent. Elle le fait trop par intermittence. On va donc travailler sur la cohésion du groupe. Notre système de jeu, les joueurs le connaissent. Il faut donc monter en gamme sur d’autres plans».

Quelle poule souhaitez-vous ?
«J’espère que l’on aura une poule plus centrée sur Rhône-Alpes que sur l’Ile de France. La saison dernière on devait se déplacer 7 fois vers Paris et 1 fois à Metz. C’est pas simple pour les joueurs qui majoritairement travaillent, car on rentre tard».

Avec les nouveaux vestiaires, vous allez avoir de nouveaux équipements. C’est important ?
«Déjà il faut préciser que Patrice Martin ne sera plus en charge de la préparation physique. Julien Loreau va la planifier et John Leroux la mettra en place. Les joueurs vont pouvoir bénéficier d’une salle de musculation. On veut aussi avoir des joueurs qui s’investissent dans la construction de la saison. Il faut développer une vie de groupe, car les individualités, ça ne suffit pas. Cela-dit, il est très clair qu’avoir de nouveaux équipements c’est motivant. Et avec Lionel et Julien nous sommes déjà motivés».
Recueilli par Alain BOLLERY

Creusot-infos.com - Mentions légales