Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
> Sport > RUGBY
28/01/2024 18:25
5798 lectures

RUGBY (Fédérale 2) : Le Creusot a sorti la tête de l’eau et ne s’est pas noyé dans Le Puy

Malmenés par leurs adversaires et par l’arbitre, les Creusotins ont su faire front, serrer les dents, pour signer finalement une belle victoire. Avec notamment un 27-0 après la pause qui a coulé Le Puy.
Dans un match mal engagé, joué à 14 pendant minutes et à 13 pendant 60 minutes, Le Creusot qui a longtemps eu le sentiment de jouer à 14 contre 16 tant les visiteurs ont été abreuvés de pénalités, jusqu’à plus soif, a su finalement se faire violence pour signer une très belle victoire qui était la seule réponse possible après ses échecs à Chalon et à Andrézieux.
Que l’on ne se méprenne pas. Oui les joueurs du COCB ont fait des fautes. Mais comme ils ne sont pas spécialement sadomasochistes, on a quand même l’impression que depuis quelques matches il est victime d’une forme de maltraitance.

Comment expliquer ainsi que le 3ème ligne visiteur Fono ait été sanctionné d’un seul jaune, après avoir provoqué la première échauffourée, alors que Saipelé a lui pris un rouge pour avoir riposté et présenté l’addition, alors que Goyaux avait aussi lui pris un jaune, avant plus tard de prendre un blanc !
Comment expliquer que Le Creusot a été sanctionné pour des plaquages, et que Le Puy ne l’a pas été pour les mêmes plaquages dont un contre Galletier. On sait bien que les règles du rugby sont sujettes à interprétation. Mais c’est quand même gênant quand c’est tout le temps dans le même sens.
Ceci écrit, on retiendra que Le Creusot a su garder la tête hors de l’eau, n’a pas paniqué, et a su rebondir au cours d’une seconde période dévastatrice pour Le Puy qui a coulé sous les coups de boutoir des Creusotins qui ont enfilé 4 essais comme on enfile des perles en 28 minutes, avec un 27-0 qui a fait chanter les supporters.
Le Creusot a donc lancé sa deuxième partie de saison. Il lui reste à confirmer. Mais il devra composer avec les matches de suspension de Saipele et sans doute aussi de Goyaux.
Alain BOLLERY
(Photos Alain BOLLERY et Christophe BOUILLET)
 
Le film du match
4e : Échauffourée au milieu de terrain. Carton rouge pour Saipele, cartons jaunes pour Goyau et pour Fono, 3ème ligne du Puy.
7ème : Pénalité pour Le Puy. L’ouvreur Gras ouvre le score (0-3)
10e : Pénalité pour Le Puy, ratée.
11e : Pénalité de Gras pour Le Puy (0-6)
14e : Pénalité pour Le Puy
15e : Pénalité pour Le Puy ajustée par Gras (0-9)
17e : 1ère attaque à la main du COCB sur la gauche. Catinot met un coup de pied à droite. Delecolle aplatit. Catinot rate la transfo (5-9)
20e : Pénalité pour Le Creusot qui n’en profite pas.
23e : L’ailier Niel va à l’essai à droite. Gras transforme (5-16).
25e : Deuxième attaque du COCB à la main à gauche, puis au centre. Le ballon repart à gauche et Galletier plonge dans l’herbe. Catinot transforme (12-16)
27e : Pénalité pour Le Creusot.
30e : Carton blanc à Goyaux. Le Puy joue la pénalité à la main, mais perd la balle.
32e : Le Creusot joue à la main et attaque sur la droite. Ali passe le long de la ligne et aplatit. Catinot rate la transformation (17-16)
36e : Pénalité pour Le Puy, ratée.
40e + 1 : Pénalité pour Le Puy face aux poteaux. Gras ajuste (17-19)
42e : Pénalité pour Le Puy
47e : Pénalité pour Le Puy ratée.
49e : Attaque à la sortie d’une mêlée : Galletier termine le travail. Catinot transforme (24-19)
54e : Delecolle récupère un coup de pied dans l’en but de Carinot et marque. Catinot transforme (31-19)
57e : Carton blanc au 2ème ligne du Puy Marcon.
64e : Belle attaque à la main du Creusot et Delecolle conclut. Catinot transforme (38-13).
70e : Petit coup de pied de Catinot à droite et c’est Colmard qui inscrit le dernier essai du Creusot ; le bonus est acquis et bien acquis. Catinot rate la transfo (43-19)
77e : Pénalité de Catinot face aux perches (44-19).
78e : Essai de Fraisse pour Le Puy, non transformé (44-24).


Ils ont dit
Éric Catinot (entraîneur du Creusot) :
« C’est une énorme satisfaction de s’être sorti de ce guêpier, parce qu’on s’est retrouvé en infériorité numérique d’entrée face à une équipe très athlétique qui aurait pu faire le break en première mi-temps. Je suis fier des garçons mais je ne suis pas surpris, on a un groupe formidable, je l’ai toujours dit. J’espère que cette victoire va servir de déclic. On avait entendu qu’on ne faisait pas de grandes envolées au Creusot, aujourd’hui il y a sept essais à deux et le bonus…
Ça m’embête d’en parler encore , je suis désolé mais l’arbitrage… À la mi-temps il y a trois essais à un, il y a une équipe qui fait du jeu dans les espaces, l’autre qui combat et c’est l’équipe qui fait du jeu qui est pénalisée. Après il ne faut pas s’étonner s’il n’y a personne dans les stades… »
 
Vincent Delecolle (trois-quarts aile du Creusot) :
« On est rentré dans le match avec beaucoup d’agressivité, ça commence par une bagarre. Il y a un jaune de chaque côté, et aussitôt on prend un rouge par-dessus, donc on sait qu’on va être en infériorité. Mais on a bien répondu, même si on a beaucoup été pénalisé en première période. On tourne avec deux points de retard à la mi-temps, ensuite on a su faire la différence dès l’entame. »
Vous marquez un triplé aujourd’hui… « Oui, un triplé, c’est la première fois au Creusot, je suis arrivé cette année. Donc je suis très content et je remercie mes coéquipiers grâce à qui j’ai pu briller. »
 
Damien Comunello (entraîneur du Puy) :
« On fait une très belle entame, un bonne première période, on tourne en tête à la pause. Mais on se fait avoir en trois-quarts, Le Creusot est une très belle équipe qui a bien su réagir. On savait que ce serait dur, bravo à eux.
Nous en ce moment on a pas mal d’absents, de blessés, la semaine dernière on a battu Chalon de justesse. Comme vous le savez on monte de fédérale 3, on a su prendre des points lors de la phase aller, ce qui fait qu’on n’est pas menacé par la descente. Il faut rester humble et continuer d’avancer. »
Propos recueillis par Christophe Bouillet
et Rui Fernandes