Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
> Sport > RUGBY
25/02/2024 18:40
9904 lectures

RUGBY : Allez oust Monsieur Galthié, du balai

Il est peut-être temps d’en finir avec un entraîneur, symbole du système Laporte, qui enfume tout le monde depuis tant d’années. Et dont l’histoire retiendra qu’il était à la tête d’une équipe de France finalement humiliée par l’Italie, même si elle n’a pas perdu. STOP : Il faut arrêter de marcher sur la tête.
Et si… Et si la décision d’Antoine Dupont, de préparer les Jeux Olympiques de Paris 2024, avec l’équipe de France de Rugby à 7, était finalement la pire des choses que Fabien Galthié a eu à subir depuis qu’il est le sélectionneur grand manitou du rugby français.
Et si Antoine Dupont était l’arbre qui cachait la forêt. Celui qui depuis trop d’années a permis à son entraîneur de briller par procuration. Comme si les performances du XV de France étaient celles de son sélectionneur, alors qu’elles sont d’abord la vérité du terrain.
Et cette vérité du terrain a voulu que Fabien Galthié se retrouve à la tête d’une équipe de France qui s’est vue trop belle, ou plutôt que son entraîneur a vue trop belle. Oubliant qu’Antoine Dupont était l’alpha et l’oméga des Bleus, que sans lui tout était plus compliqué. Et que son quart de finale joué, sans qu’il soit à 100% était peut être la première explication d’une défaite cuisante, qui a remis le rugby français à sa place.

Oh certes, sous Galthié il a remporté le grand chelem. La belle affaire, quand moins d’un an plus tard il est capable de faire match nul face à l’Italie. Une véritable humiliation. Car le nul – consolation des mauvais - n’a tenu qu’à un poteau, à la dernière seconde. L’Italie méritait la victoire. Et le résultat restera comme une humiliation.
Alors il est temps de se poser les bonnes questions. Aurait-on imaginé que Didier Deschamps soit maintenu à la tête de l’équipe de France de football si celle-ci s’était inclinée en quarts de finale de la Coupe du Monde ? La réponse est non et heureusement.
Entre les explications bien tardives devant la presse du chef à plumes Galthié qui, parait-il, pauvre chou, avait besoin de digérer la défaite de son équipe en Coupe du Monde pour s'exprimer...
Avec en début d'année, la défaite contre l’Irlande, la victoire miraculeuse en Ecosse avec une bouillie de rugby et la nul lamentable face à l’Italie, à qui il convient de tirer un coup de chapeau, il faut peut être tirer les bonnes conclusions.
On ne sait pas ce qu’il y a d’écrit dans le contrat de Fabien Galthié. Ce que l’on sait cependant c’est qu’il a déjà coûté bonbon à la FFR et au rugby français. Avoir pu lire dans Midi Olympique, de la bouche de Florian Grill, que Monsieur Galthié avait obtenu d’avoir 45 ou 46 joueurs à disposition, on est pris de vertiges. Et pourquoi pas 60... Le rugby français est au bord du gouffre. Les caisses de la Fédération sont vides avec un trou colossal que l'on va faire en partie payer aux petits clubs.
Comment cela est il possible après une Coupe de Monde qui a rempli tous les stades, qui a vu des sponsors cracher des millions d’euros au bassinet… On arrête là. Il y a en a bien qui se sont gavés. Et tout cela ce n’est pas l’actuel Président de la Fédération qui l’a décidé. L’ombre de Bernard Laporte et de Serge Simon plane sur la faillite du rugby français, avec un système dont Fabien Galthié, avec un staff pléthorique, est le dernier représentant.
Quitte à perdre, autant perdre avec des gens qui sont un peu moins gourmands, un peu plus humbles, un peu moins prétentieux.
Il fût un temps, pendant la Coupe du Monde, où la mode était d’avoir les lunettes de Galthié. Qu’on en prenne d’autres et qu’on regarde les réalités en face. Que l’on tire les bonnes conclusions. Allez oust Monsieur Galthié, du balai. Vous avez eu tous les moyens que vous avez voulus et exigés. Vous avez finalement enfumé tout le monde. Il est temps pour vous de retourner à Montpellier ou ailleurs. Le rugby français mérite mieux et en tout cas plus de considération et de meilleurs résultats.
Alain BOLLERY