Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
> Sport > FOOTBALL
25/09/2022 20:35
1655 lectures

FOOTBALL (Coupe de Bourgogne Franche-Comté) : Logique respectée entre Le Breuil et Saint-Bonnet-La Guiche

Le score paraît, à première vue, étriqué, mais Le Breuil a, dans l’ensemble, montré sa supériorité. Ce match pourrait, espérons-le pour Le Breuil, lancer la saison après les déconvenues en championnat et en Coupe de France. Il le fallait, mais il reste du travail.
Il le fallait, car le début de saison est à oublier pour les brogeliens, ou plutôt non, à analyser : onze buts encaissés en championnat, la note est lourde. Côté Charolais, le constat était guère meilleur, deux matchs, un seul but marqué contre sept de ramassés.
Quel match allait-on voir ? Un bon match, n’en déplaise aux pessimistes ! Des buts, des actions, des occasions à foison et une réelle volonté, des deux équipes, de développer un jeu qui, nous en sommes convaincus, devrait se révéler utile dès la reprise du championnat. Attention, la route est longue et, pour l’instant, en pente. Le Breuil n’a pas réglé ses problèmes offensifs, trop d’occasions vendangées et il n’aura sûrement pas tous les dimanches une équipe en face qui joue haut, très haut, laissant un tiers de terrain à des locaux tout heureux de l’aubaine.

Le Breuil a démarré comme il fallait, pied au plancher avec une première alerte sur ce qui sera, tout le long du match, un classique : centre de la droite de Teddy Chopin pour Grégoire Cirillo qui tire sur le gardien visiteur, Tom Gautier (5e). Ce même gardien accomplissait une magnifique parade sur sa ligne suite à une tête de Maxime Regnaudin (9e) et que dire du sauvetage dans les pieds de Marco Carvalho servi en profondeur par Romain Parizon (15e). Ce n’était qu’un prélude au but, Marco Carvalho, encore lancé par Romain Parizon, centrait pour Grégoire Cirillo qui, en deux fois, arrivait à envoyer le ballon au fond des filets. 1 à 0 (17e ).
Un but qui délivrait les violets, mais qui a eu la conséquence de réveiller l’USBG. D’abord sur corner, Etienne Monchanin reprenait, mais Yohan Lamalle, le gardien brogelien, sauvait sur sa ligne. Le tir de capitaine Pichard des 25 mètres n’était pas sans causer des problèmes au même Lamalle (22e) qui récidiva encore plus sérieusement sur un autre tir, aux 6 mètres, du même Pichard (28e).
Le Breuil retombait dans ses travers ! Marco Carvalho donna un moment de répit, lancé encore une fois en profondeur, son tir n’est pas cadré (31e). L’USBG mérita de revenir dans le match juste avant la pause, Maxence Barbier ne profita pas d’une mauvaise relance défensive, son tir, à gardien battu, ne trouva pas le cadre. 1 à 0 à la pause.
La reprise a été un copié/collé de la première. Le Breuil profitait à fond des boulevards laissés par une défense charolaise, volontairement haute. William Jardin trouva au centre Marco Carvalho, Tom Gautier détourna (47e). Le joueur de champ, improvisé gardien, avait une fois de plus montré ses très bonnes qualités, mais il ne pourra rien sur une action, classique, deux minutes plus tard : centre de Teddy Chopin pour William Jardin qui doubla le score (49e).
Le match était plié, pensait-on. Mais on pensait mal, car l’USBG revenait dans la course grâce à un petit exploit de l’ailier, Loïc Buchillet qui se joua de son défenseur pour trouver Etienne Monchanin seul au point de penalty. 2 à 1 (58e). Le Breuil, décidément, retombait à chaque fois dans ses travers, heureusement, l’USBG aussi.
Sur un coup-franc pratiquement en ligne de touche, Romain Parizon trouva Yannis Bouroga qui trompait Tom Gautier. 3 à 1 (65e). Le Match, cette fois-ci, était archivé, le temps d’une bévue sur un corner visiteur, que Maxence Barbier profita pour faire peur aux supporters locaux (3 à 2, 45e) et l’arbitre siffla la fin d’un match qui devra être profitable aux deux équipes.
Le Breuil devra peaufiner ses attaques et revoir sa détermination sur ses phases sans ballon. L’USBG respecte scrupuleusement la philosophie de jeu de son coach, Aurélien « Nin-Nin » Pierre : on joue haut parce qu’on aime le jeu. Espérons que tout ceci lance positivement la saison à deux équipes qui restent séduisantes, malgré leur classement.
 
Au Breuil, stade de Montvaltin, Le Breuil (R2) bat l’USBG (R3) 3 à 2 (1-0)
Arbitre Mickael Bray
Le Breuil : Lamalle, Chopin, Parizon, De Simone, Marciniak, Sandelion©, De Oliveira, Trabet, Regnaudin, Carvalho, Cirillo, Bachalas, Bouroga et Jardin.
USBG : Gautier, Monterrat, Lequin, Lauryssen, Bouiller, Pichard©, Buchillet, Sarrazin, Pierre, Monchanin, Barbier et Charvet.
Aurélien Pierre, coach-joueur de l’USBG : « On a fait un match plus que raisonnable du fait de nos deux défaites en championnat, on a repoussé une R2 dans ses retranchements, dommage qu’on manque d’efficacité, leur gardien est à féliciter. Je suis content de mes gars, nous n’étions que 12, sans vrai gardien. Il y a des défaites qui sont encourageantes, celle-ci en fait partie. La défense haute ? C’est ma volonté, je veux que mes joueurs jouent, qu’ils ne balancent pas, qu’ils prennent du plaisir. »
Vincent Rameau, coach du Breuil : « Oui, que « Nin-Nin » Pierre fasse jouer sa défense très haut ça nous a arrangés, mais on a très mal joué le coup. On ne plie pas le match malgré le 2-0, on se met en difficulté sur des phases défensives. Ceci dit, ce match a surtout servi pour donner du temps de jeu, gagner de la confiance, j’ai vu de bonnes choses avec mes gamins devant, moins bonnes avec mes anciens derrière, on laisse jouer, on manque d’agressivité. C’est un match qui va nous servir pour le moral, il me rappelle notre victoire l’an dernier contre Sanvignes qui avait lancé la saison. La victoire amène la victoire. »
Vincent Brucci

Une minute de silence a été respectée avant le coup d’envoi en honneur d’André Landriot, ancien président (pendant 8 ans) de l’ESAB dans les année 80