Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
> Sport > CYCLISME
06/05/2024 03:16
4162 lectures

CYCLISME (52ème Circuit de Saône et Loire) : Alexandre Jamet (Saint-Etienne) l'emporte pour 6 centièmes ! L'étape pour Victor Guernalec (Bourg)

creusot-infos vous explique tout sur cet incroyable sérieux avec la consécration rare d'un coureur qui aura pris le maillot de leader le premier jour, pour le conserver les 3 jours.
A l’arrivée rue Leclerc au Creusot de cette troisième et dernière étape, le Stéphanois a miraculeusement maintenu son maillot jaune, par règlement, sur le deuxième, Arnaud Tissières (Elite Fondations) et surtout pour 6 centièmes, pas grand-chose, sur Joris Chaussinand (Bourg) qui perd également la deuxième place.
Trois hommes en moins d’une seconde, du jamais vu. Uchon et le final dantesque n’ont pas réussi à les départager. Ce Circuit a été somptueux, Gérard Desbouys, le président de l’organisation, a déjà annoncé le prochain.
 
Plus jamais on ne dira que 6 centièmes, ce n’est rien, demandez au coureur le plus malheureux de la journée, Joris Chaussinand (Bourg) ce que peut représenter un seizième de seconde, il vous répondra sans hésiter : « La victoire au Circuit de Saône-et-Loire et sa deuxième place. »

Il aura manqué au Burgien un seizième de seconde pour battre Alexandre Jamet, maillot jaune depuis vendredi qui, cependant, termine dans le même temps qu’Arnaud Tissières. Le Suisse, lui, perd le Circuit par la somme des places cumulées sur les trois étapes. Incroyable.
Le directeur de la course et président du jury, Gilles Jalade, nous explique ces deux points du règlement : « Si deux coureurs arrivent, au classement général, ex aequo, comme dans le cas d’Alexandre Jamet et d’Arnaud Tissières, on ne prend jamais l’écart en centièmes, mais on cumule les places. Jamet cumule 38, Tissières 48, c’est bien le Bressan qui gagne le Circuit. Pour Joris Chaussinand, il lui manque effectivement 6 centièmes pour faire mieux que Tissières, et prendre la deuxième place ex aequo, dans ce cas-là, avec un cumul de places à 29, c’était lui le vainqueur du Circuit. » Plus jamais on ne dira que 6 centièmes ce n’est rien !
Le jeune coureur de Bourg-en-Bresse Ain pourra longtemps se demander où il a perdu ces fichus centièmes, à l’arrivée à Chardonnay où il a cessé de pédaler après la victoire de celui qui remportera, finalement, le Circuit ? Ou est-ce sur le final au Creusot où le coéquipier, Victor Guernalec, jouait la victoire d’étape et qu’il le protégeait ? Franck Brucci, du staff de l’équipe bressane, nous le confiera à l’arrivée :
« Au briefing, vendredi matin, avant le départ, j’ai prévenu les gars : sur le Circuit, une seconde, une place, ça compte. » L’ancien sociétaire de Creusot-Cyclisme avait vu juste, on pourra ajouter, maintenant, que les centièmes aussi.
Joris Chaussinand pourra, à peine, se consoler avec les maillots blancs du meilleur jeune et celui du combiné, même si le vert, celui des sprints, qu’il portait depuis deux jours, lui a été ravi par Mattis Lebeau (Charvieu) d’un point…Quand ça ne veut pas.
 
L’étape entre Autun et Le Creusot était très attendue, elle proposait tous les profils de difficultés et devait, avec la Porolle et surtout Uchon, créer des écarts, le responsable de l’itinéraire, René Grillot, à l’arrivée : « Que va-t-on devoir faire pour rendre le parcours encore plus sélectif ? »
Les deux premières heures de l’étape ont été effectuées à un rythme infernal, la moyenne a tutoyé les 48 km/h, c’est-à-dire une allure de professionnels. Le Circuit a proposé 60 à 70 coureurs de très haut niveau, la moyenne et les petits écarts s’expliquent par la participation de ces supers compétiteurs.
 
La boucle autour d’Autun était le terrain idéal pour les rouleurs, 18 d’entre eux ont profité de la montée d’Auxy pour prendre 35’’ au premier GPM, puis 50 sur le plateau. Ce groupe, sans prétendant au général, mettra en difficulté le peloton et les Stéphanois qui ont dû batailler près de 40 km pour revenir, à Reclesne. Aussitôt, six coureurs sortent en contre, là aussi, aucun classé.
De ce groupe, seul Julien Marin (Corbas) résistera à la meute sur la première grosse difficulté, à Runchy, mais au GPM de la Porolle, les grandes manœuvres allaient commencer, avec, comme d’habitude depuis le départ du Circuit, le passage au sommet du Canadien, Quentin Cowan, devançant le Rouennais Kylian Sénicourt. Ce dernier, accompagné de Victor Bohal (Dinan) se détachera peu avant Mesvres, mais la perle du Morvan allait mettre un terme aux initiatives des baroudeurs. Les « cadors » allaient prendre le relais.
 
Un homme annonça clairement ses intentions, sur la terrible épreuve d’Uchon, Victor Guernalec, le coéquipier de Joris Chaussinand, accéléra pour lancer son leader, suivi du montagnard canadien, Quentin Cowan. C’était le branle-bas de combat attendu avec une conséquence immédiate, le leader Alexandre Jamet perdra une vingtaine de secondes au sommet, le maillot venait de changer d’épaule. Joris Chaussinand montrait les crocs, il passa devant le meilleur grimpeur, un Canadien qui aura finalement trouvé plus fort dans sa discipline.
Le duo comptera 20 secondes d’avance, mais dans la descente, le groupe, d’une trentaine d’hommes, dont le maillot jaune, les rejoindra. Montcenis, les Hauts de Baudot (souvenir Antonin Landré) allaient devenir le juge de paix de ce 52e Circuit. A Montcenis, Léandre Huck (Rouen) rattrape Lary Valvarosi (Roanne) et Arthur Blanc (Corbas) partis en contre, mais dans les Hauts de Baudot, un homme impressionna tous les coureurs :
Victor Guernalec (Bourg) lâcha le groupe maillot jaune pointé à 15’’, rejoignit les fugitifs et les déposa, un véritable courant d’air annonçant la tempête. Revigoré par le numéro, le leader de Bourg, Joris Chaussinand, classé au départ à 9’’ du maillot jaune, sort du groupe avec Théo Thomas (Villefranche). Avec ce dernier, à seulement 600 mètres de la ligne, le duo bressan jouera la totale, la victoire d’étape au Creusot, le classement général. C’était suffisant à Victor Guernelec pour remporter la plus belle des étapes, pas pour son coéquipier, Joris Chaussinand à qui il va falloir expliquer pourquoi on peut perdre un des plus beaux tours amateurs de France pour 6 centièmes.
Vincent Brucci
(Photos Roland DOUARRE et Alain BOLLERY)