Recherche
06 62 80 46 68
Pour votre publicité sur Creusot-infos,
un seul numéro
> Sport > BASKET
12/02/2020 02:45
4230 lectures

BASKET (Jeep Elite) : L’Elan Chalon terrasse l’ASVEL deux fois dans les ultimes secondes

Une égalisation signée Gelabale a poussé l’ASVEL en prolongations. Et Roberts a fini le boulot dans un match où Armand a encore brillé comme un diamant.
Ils l’ont fait ! Les joueurs de l’Elan Chalon qui étaient à l’avant-dernière place après leur défaite sur le parquet de la Chorale de Roanne, viennent d’aligner trois victoires consécutives certes, avec leur nouvel entraîneur Julien Espinosa. Mais ils ont surtout mis à terre l’ASVEL, arrivé en co-leader du championnat avec Monaco et Dijon, et qui désormais ne l’est plus.
Battre une équipe d’Euroligue tient de l’exploit pour un club comme Chalon. Oui mais voilà, depuis le 1er février, impossible n’est plus chalonnais. Pour la troisième fois en trois rencontres l’Elan Chalon est allé chercher la victoire, contre l’ASVEL,  après avoir été mené au score tout au long de la rencontre.
Après avoir subi l’adresse de la bande à Parker, les joueurs de Julien Espinosa sont demeurés constants dans leurs efforts. Ils ont serré les dents pour s’offrir une remontada dont ils ont le secret, dans le quatrième quart temps, en infligeant un sévère 26-13 aux joueurs de Zvezdan Mitrovic qui avait affectueusement salué Julien Espinosa en début de rencontre.
Émoussés par l’accumulation des matches et des déplacements en Euroligue, les Villeurbannais ont très clairement craqué physiquement et mentalement.
Mais il a bien fallu du génie côté Chalon pour aller chercher l’égalisation et le droit de jouer une prolongation salvatrice et victorieuse.
Du génie oui, ou plutôt de la lucidité quand, alors que l’Elan était mené 87-84, à 19 secondes de la fin. L’Elan était revenu à 3 points après une antisportive de Payne que «Saint-Armand» s’était chargé de convertir impeccablement au tableau. Il fallait inscrire un trois points pour rêver. La première tentative échoua, mais Gelabale récupéra la balle, effectué un gros pas en arrière pour assurer l’égalisation dans un Colisée en folie.
De la folie dans les tribunes, mais aussi sur le parquet, avec un Robinson portant à 93-90 sur un panier bonifié par une faute, à 2’40. Un monde à jouer encore. Avec une perte de balle de Robinson, une faute pour Armand à 2’02… Et puis Maledon qui remet l’ASVEL devant (93-94), avant qu’Armand redonne l’avantage 95-94, avant de sortir pour sa 5ème faute à 44 secondes et laisser Lighty redonner l’avantage 95-96 à l’ASVEL.
C’est alors que ce diable d’Hesson, retrouvé, y alla d’un panier avec une faute pour porter à 97-96 à 30 secondes de la fin.
Dans un Colisée transformé en volcan, Jean-Charles hérita de deux lancers francs pour une faute de Roberts à 13 secondes de la fin. Mais il craqua pour un 0/2 qui sentait bon. Si bon, qu’une faute sur Roberts permit à l’intérieur chalonnais de réaliser un 2/2 pour un score de 99-96 à 11 secondes de la fin. Une dernière tentative de loin de l’ASVEL à 2 secondes de la fin n’y changea rien. L’Elan tenait sa victoire contre le Champion de France dans un Colisée ivre de bonheur et de longues minutes partagées entre joueurs et supporters, enfin réconciliés au terme d’une soirée historique. Un match précédant la Saint-Valentin pour une nouvelle histoire d’amour. Une victoire signée, comme un clin d’œil, le jour de la Fête de Notre Dame de Lourdes… Mais la victoire des joueurs de Julien Espinosa n’a rien d’un miracle. Car c’est avec leur tripes, leur abnégation, leur audace et leur enthousiasme que les Chalonnais ont fait vaciller puis tomber l’ASVEL. Pour un bonheur si grand que Saint-Armand est monté avec les supporters pour faire un clapping. Et si vous voulez savoir où Sean Armand va chercher son énergie et sa force, demandez à Jean-Loup le patron de Del Arte, où l’arrière américain a pris ses habitudes alimentaires !
Mais ce mardi c’est bien toute une équipe qui a fait triompher sa hargne. Notamment en captant 56% des rebonds (60% en offensif et 61% en défensif), à l’image des 8 captés par Camara. Avec aussi un Johnson évalué à 20, les 23 points d’Armand, la confirmation que Robinson pèse à nouveau sur le jeu, que Gelabale est là quand il le faut, ou que Ndoye gagne en volume… Cet Elan là est bien sur la bonne pente.

Alain BOLLERY

(Photos Manon BOLLERY et Alain BOLLERY)


Elan Chalon 99 – Lyon Villeurbanne 96
(16-33 ; 27-21 ; 18-20 ; 26-13 ; 12-9)
Elan Chalon : Armand 23, Gelabale 16, Johnson 14, Roberts 13, Hesson 11, Camara 10,   Robinson 9,  Klobucar 2, Ndoye 1, Niasse 0
LDLC Asvel : Jean-Charles 18, Maledon 15, Lomazs 13, Lighty 13, Diot 13,  Noua 10, Bako 6, Payne 6, Taylor 2, Strazel 0, Galliou 0