Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
> Sport > BASKET
16/09/2023 13:45
3344 lectures

BASKET : Anibal Castano revient sur le «fiasco de la France» à la Coupe du Monde

L'ancien arbitre international pose un regard acide...
Au sortir des J.O. de Tokyo, il y a un peu plus de vingt-quatre mois, il ne devait pas y avoir beaucoup de gens qui auraient parié un ancien deutschemark sur la Mannschaft de la balle orange (8ème au pays du soleil levant) pour désigner le futur champion du monde en terres de Manille.
Personne ... à part peut-être ELLE – cette magnifique « Équipe » d’Allemagne – qui s’accorda en préparation entre ses membres : modestes joueurs NBA, bon joueurs d’Euroleague et joueurs de la « pas encore » ligue majeure BBL... de n’en parler à personne ... mais de tout faire pour créer la sensation !

Je dois avouer à bien des égards ce que ce succès Allemand a de mérité, de fraicheur, de moral et d’enseignant pour ce qui nous sépare du « J.O. Time » de, dans quelques jours sur les bords de Seine...
Et que quelques-uns, locaux ou outre Atlantique cochant un peu précipitamment sur leurs carnets d’histoire pour une postérité annoncée... vont devoir revoir leurs copies pour espérer parvenir à planter leur « Flag » tout en haut de la tour Eiffel.
Car oui, je le dis bien fort : ce dithyrambique succès Allemand, d’une équipe orpheline depuis moins de cinq ans de sa star planétaire NBA Dirk Nowitzki, est assurément dû aux deux principaux ingrédients d’une recette que beaucoup ont oublié (je vais y venir un peu plus loin dans mon propos) et qui se composent des deux phares du sport de Haut Niveau et du sport tout court : « Humilité » et « Valeur Équipe » !
D’autres ont aussi utilisé ces « épices magiques » pour démontrer référence en la matière, qualité et valeur de basket ... Comme ces magnifiques Serbes, finalistes malheureux qui auraient mérité aussi de remporter ce titre et ainsi assoir une dominance Européenne en QI basket de plus d’un demi-siècle ... et qui ne se sont jamais plaint de ne pouvoir compter dans leur effectif du meilleur joueur du monde depuis trois ans (dixit NBA) en la personne de Nikola Jokic ...
Comme ces admirables Lettons, représentants d’un peuple de moins de deux millions d’habitants, ne s’étant jamais plaint non plus de l’absence de leur maître à jouer estampillé « Majeur » en NBA - Kristaps Porzinģis et obtenant une historique 5ème place à la saveur de l’or en bataillant comme des morts de faim sur le parquet de Djakarta.
Allemagne, Serbie, Lettonie... quel tiercé millionnaire pour les parieurs « On Line »... Donc oui, sous le charme de ces trois ambassadeurs de ce basket que j’aime tant et qui auront magnifié un certain décryptage des notions d’Humilité et d’Équipe : Une base immense de leur force autour du cœur et des talents qui composaient leurs groupes.
A l’autre bout... Deux équipes se sont retrouvées aux antipodes des deux préceptes « Équipe et Humilité » : Les Américains, sponsor mondial de notre sport qui auront passé presque autant de temps à chambrer, qu’à atomisé les cercles et oublié de défendre (240 pts encaissés sur leurs deux dernières rencontres).
Si personne ne leur conteste une certaine suprématie « Nbièenne », ils savent maintenant (et depuis quelques temps) que l’Europe a plus que progressé dans leur sport roi et que s’ils veulent conquérir Paris 2024, ils devront faire appel (ils l’ont compris et sont déjà en train de le faire) aux James, Curry, Durant et consort et surtout respecter leurs adversaires ... cela, sous peine de se prendre à la lumière du monde de l’Olympe : le boomerang du désaveu marqué par le sceau du mauvais emblème d’une certaine arrogance.
Laissant le meilleur ou le pire pour la fin selon où l’on se place ... Nos Français passés « à côté » par d’abord leur propre faute – Joueurs et Fédération – ... en se mettant une pression inutile en annonçant « L’or et rien d’autre », entrainant la presse à hurler :
« Ramenez la coupe à la maison » ( « Une » de l’équipe la veille de la déroute Canadienne) ... En se préparant contre des sparring partner de seconde zone et leurrant son monde d’une image biaisée de favori... en faisant croire à leur toute puissance en atomisant de courageux Tunisiens et Vénézuéliens... pensant que ça allait impressionner ceux qui avaient choisi un autre format plus sérieux de préparation !
Par ces choix, l’équipe de France s’est naïvement éloigné des réalités et du requis d’une compétition majeure dure, intense et où les vertus défensives te rappellent à cet incontournable essentiel pour jouer les premiers rôles. Vincent Collet a raison : ce manque d’Humilité affiché aura constitué cette force et ce supplément d’âme transmis aux autres pour se faire punir. Parfois il faut juste penser à vouloir le graal et ne pas le dire... moins encore de le clamer si tu veux avoir une chance de l’obtenir.
Ensuite... L’Équipe bordel ! ... et d’abord cela... É.Q.U.I.P.E., car d’addition de talents incontestables ne fait pas une « Équipe » ... comme me donna l’impression en changeant de chaine dix minutes après le K.O. Letton en ce sinistre dimanche de fin d’été... le XV de France contre l’Australie dans son dernier match de préparation à sa coupe du monde ... Envie de se battre et pas seulement de gagner – Vincent Collet a encore raison... sauf que les mots ne suffisent pas si les actes n’y sont pas associés.
Alors ... qu’est-ce qu’on fait à l’horizon des cinq anneaux Olympiques en ligne de mire... Et si on essayait de voir dans le message Allemand une lueur, à défaut d’une source d’espoir et d’enseignements pour rêver (en silence) de rentrer en lévitation dans l’écrin de Paris 2024...
Il y a une place, il y a une chance... Il y a un potentiel, il y a du talent... oui, il y a un truc même si... les Batum et Nando arrivent au crépuscule de leur parcours, même si Fournier devrait s’inventer autre chose que trop soliste, même si Rudy n’a pas été trop inspiré sur ce coup-là, même si... même si... Et merde... laissons Embiid aux Américains, joueur brillantissime certes mais qui n’a pas dû passer 20 jours de sa vie sur le sol Français - A vaincre sans péril ne triomphe-t-on pas sans gloire? ...
Faisons aussi attention à ne pas mettre toute la responsabilité et le poids d’une histoire sur les 2.26m d’un gamin de 20 ans, fusse-t-il Wembanyama , tout le monde n’est pas Drazen Petrovic ! ... Ensuite, que chaque joueur ait par des preuves reconnues par le peuple de l’Exagone, plus d’intérêt pour le nom « France » écrit sur le devant de leur maillot à l’emplacement du cœur que pour leur propre nom écrit dans le dos juste au-dessus de leur numéro ... Et puis, surtout ... fouttons la paix à Vincent Collet – et pas à un autre – de recoller les morceaux, de faire son travail avec d’autres exigences !!!
L’entraineur de l’équipe de France ne connait pas moins le basket que Phil Jackson, Obradovic ou tous les techniciens présents aux Philippines ... c’est sur tout le reste qu’il doit être meilleur ... sur tout ce qui mène et a trait aux hommes, au caractère, à la sublimation, à la croyance et ... je n’en sors pas ... à l’Humilité et à l’Équipe !
Car non ... Nous ne sommes pas moins capables que les Allemands, les Serbes ou les Lettons... Nous sommes juste plus ressemblants « Aujourd’hui » aux joueurs du pays de l’oncle Sam ... et c’est pour ça qu’on a planté !
Bravo et Merci à nos amis Allemands pour la leçon donnée et un peu la même que nous devrions retenir !
Anibal Castano
(Photo Agence REUTERS)