Recherche
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
POUR JOINDRE CREUSOT-INFOS
alain.bollery@orange.fr (à privilégier)
SMS et MMS au 06 98 82 18 88
> Saone et Loire > SAONE ET LOIRE
25/09/2020 03:14
1049 lectures

TOURISME : La Saône-et-Loire a fait mieux que sauver les meubles, grâce à une vraie mobilisation

Le bilan est plutôt positif que négatif, même si tout le monde n'a pas été logé à la même enseigne...
Le Parc des Expositions de Mâcon a accueilli, jeudi matin, l'assemblée générale de l'agence départementale de tourisme (ADT). Un exercice en mode COVID, dans la droite ligne d'une saison touristique forcément marquée par la pandémie, ou plutôt ses conséquences, ou même ses avantages.
Car c'est un fait que le tourisme en Saône-et-Loire, au-delà de la période de confinement qui a vidé les caisses des acteurs touristiques, a plutôt tiré son épingle du jeu quand les mois de vacances sont arrivés.
Dire que toute le monde a le sourire en ce début d'automne n'est pas en adéquation avec le ressenti des acteurs du tourisme. Mais, avec le soutien du conseil départemental qui a mobilisé les millions d'euros, ils se sont battus.
On pourrait parler d'instinct de survie. Mais c'est bien plus. Sans doute que la pandémie a boostée des velléités conquérantes. Car bien entendu en cette été 2020 il fallait être capable de séduire encore plus et encore mieux les clients potentiels.
Preuve que tout le monde est mobilisé, Arnaud Dury, président de l'ADT a noté non sans plaisir que plus d'une centaine d'acteurs du tourisme ont pris part à l'assemblée générale, dont quatre vingts les autres années. Soit un bond de plus de 25%. «Ils étaient là pour dire leurs remerciements quant aux actions qui ont été menées pour les soutenir», relève Arnaud Durix. qui ne manque pas de relevé que le nombre d'adhérents qui était de 136 en 2015 est aujourd'hui de 320...
Pour cause de CORONAVIRUS l'ADT a modifié ses plans d'attaques, ses cibles... «On a beaucoup communiqué sur Lyon et les départements limitrophes, mais aussi à l’intérieur du département».
Et les résultats sont là : «La Saône et Loire a plutôt bien tiré son épingle du jeu. Juillet et Août ont été bons, voir supérieurs à 2019, mais cela ne compense pas les pertes des mois précédents.  Au niveau régional, la Saône-et-Loire et le Jura ont le plus bénéficié de l’engouement des Français». Heureusement, car la clientèle étrangère était baisse.
«La saison est sauvée, mais on navigue avec beaucoup d’incertitudes pour la fin de l’année», souligne pragmatique Arnaud Durix.
 Vice-présidente du conseil départemental, en charge du tourisme, Elisabeth Roblot ne manque pas de mettre en relief que  «le département a largement contribué à ce que saison se passe le mieux ou le moins mal possible. Le tourisme a dépassé les clivages. Il fallait un plan de relance immédiatement». Elisabeth Roblot en rappelant les chiffres, a souligné ses vertus. Et souligné aussi les implications partout en Saône-et-Loire : «Les ambassadeurs du tourisme ont reçu des kits de communication. Le concept route 71 va devenir le label de la Saône-et-Loire.
On a aussi installé 12 bornes interactives, dans les villages d’appellation. La route 71 ce ne sont pas que les vins, c’est tout le territoire».
Et l'élu de marteler : «On a voulu mettre le paquet pour que l’on parle de la Saône-et-Loire et pour qu’on la voit». Les tendances de l'été accréditent ce volontarisme.
Annie Gille pour les Gîtes de France a détaillé : «On a eu une augmentation des locations à partir du mois de juin.
Juillet a été pratiquement complet et on a enregistré +20% en août. Ca continue en septembre et automne. Notamment des week-end. Avec beaucoup de clients plus jeunes, en chambre d’hôtes. On remercie vraiment l’ADT et le conseil départemental pour les aides apportées. On s’en est sorti, parce qu’on travaille beaucoup avec le département. On a trouvé une nouvelle clientèle qui a trouvé le label gites de France.
 Yannick Rebet, gestionnaire du point de location de vélos à Cluny, affiche lui une vraie satisfaction : «On a vu des clients venir, avec activité normale à partir du 15 juillet. Il y avait une volonté d’être au vert, de partir se balader. Oui, il y a eu beaucoup moins d’étrangers que d’habitude ; Mai une grosse évolution sur les Français. Des gens à deux ou trois heures de chez nous qui viennent pour trois ou quatre jours.
On a surfé sur le désir de découvrir avec des vélos électriques. Il y avait un besoin d’accompagnement. Il faut afficher encore plus «Terres de vélo», a-t-il conseillé.
Ce à quoi Arnaud Durix a répondu : «Oui il est prévu d’aménager des boucles sur le Charolais – Brionnais, mais ce n’est pas pour tout de suite».
 Du côté de l'Hôtellerie de Plein Air, les campings, Philippe Marmin assure que «le bilan est mitigé, car nous avons vraiment démarré en juillet».
Si Jérôme Pouponnot, au nom des hôteliers mâconnais affiche une satisfaction pour le bilan estival, «avec une activité moins mauvaise que ce que l’on craignait, mais on n’est pas sur une bonne activité», il est catégorique : «Les aides du conseil départemental ont été indispensables. Car le pire est devant nous, car on a de grosses craintes».
Elle ne sont pas complètement partagés par Romain Sun, directeur de l'Hôtel Panorama 360° à Mâcon : «Les clients veulent des prestations. J’ai fait une très très belle saison, avec une clientèle étrangère stable. Pour les étrangers il manque sans doute quelques petits outils de communication», a-t-il relevé avec le sourire. Histoire d'encourager l'ADT à être encore meilleure en 2021. Mais elle a fait la démonstration en 2020 qu'elle était capable de se mobiliser au service de l'économie touristique.
Alain BOLLERY