Recherche
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
POUR JOINDRE CREUSOT-INFOS
alain.bollery@orange.fr (à privilégier)
SMS et MMS au 06 98 82 18 88
> Saone et Loire > SAONE ET LOIRE
20/11/2020 10:45
3662 lectures

Soutiens à l’agriculture : La Saône-et-Loire veut intensifier les approvisionnements en circuits courts

Le département de Saône-et-Loire se veut offensif pour soutenir la profession agricole. Avec des soutiens dans de multiples directions. Il s’agit de soutenir et de valoriser les achats en circuits courts, pour inciter à manger local.
«Nous devons anticiper les choses» a plaidé Frédéric Brochot. C’est ce qui est fait pour le stockage de l’eau. Ou encore pour l’abattoir d’Autun. «Il faut soutenir nos agriculteurs si on ne veut pas manger un jour que de la viande d’Argentine», a souligné André Accary.

«L’agriculture de Saône-et-Loire représente bien la France, avec de la diversité sur toutes les productions. Nos actions ont été en direction de l’agriculture. Mais pour que nos agriculteurs puissent dégager un revenu. Mais surtout l’attention que l’on porte, c’est la santé de nos agriculteurs, pour qu’ils puissent vivre décemment. Les coûts de production augmente, quand les cours à la vente stagnent ou baissent. Aujourd’hui on a une chute de la consommation de viande avec la fermeture des restaurants», a souligné Frédéric Brochot, en présentant la stratégie politique agricole que le conseil départemental entend mener.
Le vice-président en charge de l'agriculture devait poursuivre : «On doit aussi être présent au niveau environnemental et on a les premières demandes pour le stockage de l’eau, y compris pour les maraichers. Nous devons anticiper les choses et être aux côtés de nos agriculteurs».
Frédéric Brochot a ensuite détaillé le rapport d’orientation et d’avenant de prolongation de la convention relative aux conditions d’intervention complémentaires de la Région BFC et du Département en matiere de développement économique pour les secteurs de l’agriculture :
Depuis 2017 et suite aux lois Maptam et NOTRe, le Département s’est engagé dans le cadre de la convention régionale 2017-2020 qui s’appuie sur 5 axes symbolisant parfaitement son action et sa volonté d’être toujours mobilisé auprès des acteurs du secteur. Cette convention est prolongée jusqu’au 31 décembre 2022.
Les 5 axes de la politique agricole départementale
Agir pour inciter à « manger local » avec une alimentation saine et de qualité en favorisant le développement de l’approvisionnement de proximité : plateforme Agrilocal71. com (4,4 M€ de denrées alimentaires commandées ; 110 fournisseurs ; 70 acheteurs - collèges, lycées, Ehpad ; « J’veux du local » (352 références - producteurs et artisans, marchés, magasins de producteurs...)
Agir pour s’adapter au changement climatique avec le Plan pour la compétitivité et l’adaptation des exploitations agricoles (PCAE) : modernisation/adaptation des bâtiments d’élevage ; création du Vinipôle Sud Bourgogne ; prêt sécheresse de 13 M€ ; soutien aux nouvelles pratiques en faveur de la transition écologique et énergétique (plan arbres, aide pour la récupération des eaux de pluies...)
Soutenir l’agriculture, facteur d’attractivité pour le territoire à travers la promotion du territoire (subventions pour les événements agricoles ; pour les candidatures UNESCO...) ; en accompagnant la lière équine ou en développant l’agri-tourisme notamment.
Agir pour la solidarité et la santé en accompagnant les agriculteurs en di culté ou victimes de risques psycho- sociaux, en travaillant sur la recherche d’emploi et l’insertion par l’activité économique.
Agir pour accompagner les territoires en suivant le développement des projets alimentaires territoriaux et en adaptant son intervention aux actions de sensibilisation, formation, conseils aux agriculteurs.

L’AGRICULTURE EN SAÔNE-ET-LOIRE
1,1 milliard d’euros de chi re d’a aire annuel agricole 12 142 actifs agricoles dont 2 080 salariés permanents. 6 615 exploitations dont 4 983 moyennes et grandes 63% de la surface du Département entretenue.

Ils ont dit


Frédéric Cannard
«Le plan de remboursement du plan sécheresse est-il décalé ?»
André Accary : «On a traité la question avec la chambre d’agriculture et la FDSEA. La première échéance c’est fin 2021. En accord avec eux, on ne propose pas un report uniforme. Les agriculteurs souhaitent honorer le remboursement. Mais on a laissé la possibilité à ceux qui le souhaite de reporter d’une année»

Dominique Lotte
«Il serait bien que dans les conventions figure le CFA de Saône-et-Loire. Bernard Lacour m’a annoncé que la Région lance des audits avec agriculture et industrie. J’ai proposé la communauté de communes que je préside».
André Accary : «C’est effectivement un projet intéressant et on s’associera pour accompagner sur ce projet».

Evelyne Couillerot
«La question est préoccupante d’un aspect humain et économique. Même si on n’est plus en compétence, il est important que chaque collectivité prenne sa part. On s’est associé avec le Grand Autunois Morvan pour renforcer l’abattoir d’Autun, pour développer les circuits courts, au bénéfice de nos restaurations collectives. Cette démarche pourrait intéresser les collèges».
André Accary : «On a sans cesse demandé à cette profession de revoir son modèle économique. Oui cette profession là a besoin de nous pour son accompagnement. On peut régulièrement apporter un soutien.
Pour le stockage de l’eau, les premières demandes sont là, avec déjà 83.000 euros d’aides engagées.
Si on veut lutter contre les transports internationaux, il faut soutenir nos agriculteurs. A force de leur taper dessus, lorsqu’ils auront disparu, on aura de la viande d’Argentine. Je n’oublie pas les productions viticoles».
Frédéric Brochot : «Un investissement a été fait à l’abattoir d’Autun. Toutes les collectivités se sont serrées pour mener à bien ce dossier».
Alain BOLLERY