Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
> Saone et Loire > SAONE ET LOIRE
15/03/2021 16:30
3765 lectures

SAONE-ET-LOIRE : Quotidiennement aux côtés des plus faibles, ils réclament une augmentation de salaire de 300 euros et la prime Ségur

Ces salariés du secteur sanitaire et social se sont rassemblés sur la zone CORIOLIS pour exprimer leurs revendications.


Au quotidien on ne les voit pas. Car le quotidien ce n’est pas d’être vu mais d’être dans une maison, un appartement auprès de personnes déficientes ou handicapées, sans qui la vie serait bien compliquée.
Elles et ils interviennent sur tout le département, notamment à la demande des Papillons Blanc. Chalon sur Saône, Louhans, Bergesserin, Blanzy, Le Creusot… La liste est longue.
Ce lundi elles et ils ont été une petite trentaine à se retrouver devant une entreprise de la zone CORIOLIS à Torcy. Pour rencontrer son dirigeant qui est le délégué régional de NEXEM, à savoir Monsieur Fromont.
Nexem est l’interface pour celles et ceux qui travaillent différemment. La date du 15 mars n’a pas été choisie par hasard. «Car notre première convention date du 15 mars 1966», explique Martial Petit, délégué syndical CGT.
«Depuis les gouvernements se sont succédés, mais rien n’a vraiment changé pour nous», ajoute-t-il.
«Nous répondons à des missions de service public, mais nous sommes les oubliés du Ségur et du Gouvernement».
Alors ils ont des revendications : «Nous demandons 300 euros d’augmentation sur toutes les grilles. Mais aussi que l’on nous verse la prime Ségur de 183 euros qui n’a pas été versée», lance Martial Petit.
Ces salariés du champ du Sanitaire et du Social, mais aussi du médico-social, accompagnent des personnes dont on dit qu’elles souffrent soit d’un handicap, soit qui sont en rupture. «On ne peut pas accepter que depuis 20 ans nos salaires n’ont pas été réévalués», insiste Martial Petit. Il souligne encore combien «accompagner les personnes souffrant d’un handicap n’est pas toujours très simple. On a une mission éducative». Pas simple, mais tellement important pour elles et pour celles et ceux qui vivent avec. «Alors oui, même si Monsieur Fromont nous propose des réunions en visio , nous ont veut le rencontrer».  C’est pour cela qu’eux les isolées se sont retrouvés à Coriolis. Ils veulent que leur convention collective soit revue et améliorée.
A.B.


Creusot-infos.com - Mentions légales