Recherche
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
POUR JOINDRE CREUSOT-INFOS
alain.bollery@orange.fr (à privilégier)
SMS et MMS au 06 98 82 18 88
> Saone et Loire > SAONE ET LOIRE
21/12/2020 15:40
7794 lectures

SAONE ET LOIRE : Quand le Député Rémy Rebeyrotte envoie des cartes postales à Marie-Guite Dufay et André Accary

Au cours d'une conférence de presse, le Député de nombreux sujets : Pandémie et Fêtes de fin d'année, activité parlementaire et bonnes nouvelles pour le Maires, lutte contre la haine sur les réseaux numériques... Mais il a aussi évoqué les prochaines élections avec des messages pas forcément subliminaux à Marie-Guite Dufay, présidente de la Bourgogne - Franche-Comté et à André Accary, président du conseil départemental de  Saône-et-Loire.

Si en cette fin d'année certains élus affichent de la lassitude autant que de la fatigue devant les répercussions de la crise sanitaire, le Député Rémy Rebeyrotte a lui de l'enthousiasme dans la voie. Le coup de mou, il l'a eu un peu pendant l'été. Mais il est vrai que l'actualité récente a été comme du miel. Avec la visite du Président de la République au Creusot, qu'il avait convaincu à venir à Framatome pour ses annonces sur le nucléaire civil et militaire. Avec aussi les décisions prises au niveau national et pas seulement par l'Assemblée Nationale, où son activisme n'est plus à démontrer.
Bref, en ce début de la trêve dite des confiseurs, Rémy Rebeyrotte a abordé beaucoup de sujets, au cours d'une conférence de presse qu'il a tenue, salle Lucie Aubrac, à Autun. Comme un symbole, tant l'ancien Maire d'Autun montre de la résistance sur certains sujets. Comme celui par exemple de résister à voir le Rassemblement National conquérir la Bourgogne - Franche-Comté.
«Continuer à être prudent pendant la période vaccinale»
«Déjà je lance un appel à la prudence dans le cadre de cette crise sanitaire, qui est difficile pour tout le monde. Appel à la prudence pour le réveillon. On a déjà la chance de pouvoir faire le réveillon de Noël. J’ai le sentiment que nos concitoyens font preuve d’une très grande prudence et ils ont raison. On est dans une période climatique propice à la reprise du virus. Les chiffres ne sont pas bons et en particulier en Bourgogne – Franche-Comté. Il faudra continuer à être extrêmement prudent pendant la période vaccinale. Car déjà elle va s’installer dans la durée.
1,2 million de doses sont en train d’arriver, pour commencer à partir du 27 décembre. Mais le processus sera long et va s’étaler. D’abord plus fragiles, soignants, personnes à domicile ayant des problèmes comorbidité connus, et ensuite l’ensemble de la population. Il ne faudra pas relâcher et limiter les rassemblements».

4 milliards pour les pertes de recettes des communes qui seront compensées par l'Etat
«On sort d’une période extrêmement chargée et on va reprendre en janvier sur le même rythme. Très chargée par le vote du budget. J’ai ramené la mission sur les relations avec les collectivités territoriales.
J’ai défendu deux amendements. Le premier pour 2020 et 2021 pour que l’écart entre la baisse entre la baisse des recettes et la baisse des dépenses, soit réduites. On a en moyenne une baisse des recettes des collectivités de 2%. C’est plus important dans des villes touristiques. Les communes ont une baisse de leurs dépenses de 1,2% Ces écarts seront entièrement compensés par l’Etat. Par exemple les baisses de recettes dans les transports seront compensées que ce soit en Ile de France, ou dans les transports urbains de la Communauté Urbaine, ou les TER en Bourgogne - Franche-Comté.
On a inscrit 4 milliards d’euros pour l’année 2020. Et ce sera l’équivalent pour l’année 2021. Il faudra regarder de près. La volonté est de neutraliser les effets du COVID pour les collectivités. Pour ne pas arriver à une augmentation active de la fiscalité locale.
Je remercie vraiment les élus locaux pour tout le travail qui a été fait ou continue à se faire dans la gestion du COVID. Il y a eu un grand travail en commun, entre l’Etat, les Préfets et les dirigeants des exécutifs.
Sur la vaccination il y  aura besoin de toute le monde, de tous les échelons. On a la chance en Saône-et-Loire d’avoir le centre départemental de santé».

Pour le bâtiment
«Le deuxième amendement que j'ai porté a été le maintien de la réduction de la TVA pour le bâtiment. Le Sénat était revenu dessus. On l’a ramené à 5,5%. Cela à un moment où il y a transition écologique pour la fracture énergétique. C’est de la transition écologique concrète. Ce n’est ni punitif, ni déclaratif».

Des obligations contre la délinquance et une justice des mineurs plus rapide
«Ce qui a aussi marqué la fin de la période parlementaire, c’est mon travail avec Stéphane Peu, député de Seine Saint-Denis, sur la prévention de la délinquance. On a réussi à faire rentrer dans la loi, trois amendements à l’article 30.
1 – Les communes de 5000 à 10.000 habitants doivent maintenant se doter d’un conseil de prévention de la délinquance. Il faut que ces communes soient concernées, car on a un déplacement du phénomène de délinquance. On a de la pré-délinquance dans des collèges.
2 – Au-delà de 10.000 habitants, on va imposer un coordinateur de la politique de sécurité qui peut coordonner la police municipale.
3 – On va instituer le GLTD le groupement local de traitement de la délinquanc,e qui est à la main du procureur et qui regarde les situations individuelles. Il faut qu’ils puissent être utilisés dès qu’il y en a besoin. Cela préfigure de que l'on doit trouver dans justice de proximité, pour améliorer le lien entre le parquet et les élus locaux. Je précise que les Parquets vont pouvoir augmenter le nombre de délégués du Procureur. Le rapport sera remis à la Chancellerie en janvier. Cela nous aidera sur le nouveau code portant sur la justice des mineurs. On veut qu’elle soit plus rapide. Une convocation dans les trois semaines. Une justice des mineurs aussi plus réparatrice vis-à-vis des victimes et plus efficace en terme d'éducation».

«On ne peut pas injurieux, menacer, avoir des propos haineux, sans impunité»
«A la rentrée parlementaire en janvier on va avoir le texte sur la lutte contre les séparatismes, avec renforcement des principes de la République. Un des aspects va particulièrement retenir mon attention, ce sera le principe de la lutte contre la haine sur internet. Je suis plus optimisme que je ne l’étais. Il y a eu l’assassinat de Samuel, avec une prise de conscience que l’on ne peut pas tout accepter sur les réseaux sociaux, ce que l’on n’accepte pas dans notre vie sociale. On ne peut pas injurieux, menacer, avoir des propos haineux, sans impunité. C’est aussi parce que la commission européenne s’empare du sujet, qui va mettre les opérateurs devant leurs responsabilités. Il faut arriver à mieux traduire en justice, mieux faire cesser. Ces lois concernent directement les collectivités locales. J’ai rencontré le Ministre de l’Intérieur, pour que les Maires soient consultés sur la loi sur les séparatismes».

«Je vois mal un report au delà de juin»
Le texte qui va aussi nous occuper c’est le report des élections. Il est nécessaire. Ce sera plutôt fin juin. S’il y a troisième vague, la campagne de vaccinations aura avancée. Ca serait une période plus favorable. Je vois mal un report au-delà, car alors on serait à l’automne 2022. Ce serait délicat pour les départementales. Le rapport Debré préconise la fin du mois de juin».

Pour les territoires
«Je milite depuis toujours pour que les territoires bénéficient des nouvelles politiques mises en œuvre. Territoires d’industrie et en ce sens j’étais ravi que le Président de la République vienne au Creusot, pour définir la stratégie et confirmer les commandes et les orientations pour le nucléaire civil et militaire. Le Président de la République a fait des annonces importantes, dont la portée est à 30 ans, pour l'industrie au Creusot.
Les contrats de transition écologique qui vont devenir les contrats de transition écologique et de ruralité. Les cœurs de ville, pour lesquels Autun et Le Creusot en ont bénéficié, mais aussi les petites villes de demain, Etang, Chagny, Epinac, Verdun sur le Doubs. Les petites ville de demain, c’est environ 3 millions par petite ville.
Il y a aussi le développement des formations supérieures, au Creusot comme à Autun, conforté par le développement universitaire. Il faut que la formation universitaire sur le nucléaire annoncée par le Président de la République soit au Creusot !
On le trouve aussi dans la décentralisation des services de l’Etat avec l’accueil de 30 à 40 personnes qui vont quitter Paris pour venir s’installer à Autun. 66 sites sur 400 ont été retenus.
Ce sont aussi les grands projets culturels comme Bibracte, la cathédrale d’Autun, la sSène nationale au Creusot. Mais aussi les projets de santé, comme le village accueil famille à Couches, le SSR à Autun.
On essaye d’être en appui des communes, des entreprises et des associations, qui traversent une période délicate. Je pense à celles qui ont des salariés ou des charges fixes très élevées, comme les centres équestres, les SPA».

Régionales : «Je souhaite que ceux qui portent des idées de progrès se rencontrent»
«Les choses vont se décanter en janvier. Du côté de LREM on a un chef de file qui travaille activement sur la question. C’est Didier Paris mon collègue de Côte-d’Or. J’ai candidaté pour être tête de liste départementale pour contribuer à construire des alliances nécessaires pour construire un projet qui ne soit ni populiste, ni haineux. Un projet progressiste et de développement.
Nous retrouver avec Marie-Guite Dufay ? Je souhaite que tous ceux qui portent idées de progrès, de développement, de dynamique se rencontrent.
AGIR, le MODEM bien sûr. On peut aller au-delà. On peut travailler utilement avec l’UDI, avec Territoires de Progrès, avec le centre droit et le centre gauche. Ils ont une conviction européenne forte. On voit bien l’utilité de l’appartenance européenne.
Je crois de plus en plus que le clivage il est entre progressistes et démocrates d’un coté et populiste, de régression et autoritaire de l’autre. La question est bien de savoir si la Bourgogne Franche-Comté va se mettre au banc des régions.
Les Verts ? Il y a chez eux, une forte tendance pastèque. Verts à l’extérieur, rouges à l’intérieur. C’est-à-dire dans des logiques de repli, qui tendent vers une forme d’extrémisme, de régression. Je suis pour une écologie de progrès et pas de repli. Je ne sais pas ce qu’est la démondialisation dans un monde mondialisé. Je sais ce qu’est l’organisation au niveau d’un continent. On ne peut pas aller chez une idéologie grégaire. Il y une écologie à porter, c’est un bien commun. Ce n’est pas une nouvelle inquisition. Il faut entraîner tout le monde et ne pas être dans une logique de rupture».

Départementales : « La majorité et son président ont fait beaucoup de choses positives en dépassant des clivages»
On aura l’occasion de s’exprimer sur la question. On travaille dans une logique d’alliance. Dans la même que pour les régionales. Je ne cache pas que je considère que la majorité départementale et son président ont fait beaucoup de choses positives en dépassant des clivages, au bénéfice des habitants du départements. Sur la RCEA, les centres de santé, par exemple. On est dans une logique de prendre toute notre part dans ce travail, comme on l’a fait depuis trois ans.
Un des sujets importants, c’est une demande d’André Accary, c’est de passer au département la prise en compte du grand âge et de la dépendance.
Recueilli par Alain BOLLERY