Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
> Saone et Loire > SAONE ET LOIRE
22/07/2021 12:55
3487 lectures

SAONE-ET-LOIRE : L’opposition s’abstient sur les acquisitions foncières pour le parc ECLAT à Tournus

2,16 millions d’euros ont été votés pour acquérir 16 hectares. Un projet défendu par le Maire de Tournus et conseiller régional Bertrand Veau.
On comprend finalement mieux pourquoi Bertrand Veau, maire de Tournus, en mars dernier s’est présenté aux élections régionales avec la socialiste Marie-Guite Dufay, et pas aux élections départementales où au regard du son engagement pour les Régionales, il aurait été candidat et peut être élu pour Gauche 71.
Car ce jeudi, s’il avait suivi la ligne du groupe Gauche 71 il aurait été amené à s’abstenir sur la question financement des acquisitions foncières, à hauteur de 2,16 millions d’euros, pour un peu plus de 16 hectares, pour créer le Parc historique et de spectacles ECLAT à Tournus, la commune dont il est le Maire.

Cela aurait été compliqué puisque Bertrand Veau, à l’invitation d’André Accary, est venu dire sa flamme avec ECLAT pour un projet dont il est évidemment le premier défenseur.
Dans son intervention, au nom du groupe Gauche 71, le socialiste Jean-Luc Fonteray a dénoncé l’absence d’information depuis le lancement en 2019. Il a déclaré à l’adresse du Président Accary : «Sur ce dossier, vous commencez la nouvelle mandature comme vous avez terminé la précédente. S’agissant du devenir de terrains agricoles, soit vous mettez la charrue avant les bœufs, soit vous tentez le passage en force…»
Ce à quoi le Président Accary, lui a rétorqué : «Chez vous aussi pas de changements»
Ambiance, ambiance donc, entre une majorité qui file son chemin sur un dossier annoncé comme stratégique pour l’avenir de la Saône-et-Loire, et une Gauche 71 qui, sans le dire, ne veut pas froisser ses amis en proximité avec les associations environnementales et autres de défense qui se sont liguées contre le projet.
Jean-Luc Fonteray qui n’avait pas souhaité interroger Bertrand Vaux et Arnaud Coste, le spécialiste des parcs d’attraction, a expliqué pour justifier le vote de son groupe, qu’il s’agissait d’une abstention pas une méthode contestée par ses amis et lui.
A.B.

André Accary
«Il y aura la construction d’une vraie vitrine du département. Aujourd’hui c’est un moment important, puisque nous votons l’acquisition des terrains».

Bertrand Veau
Maire de Tournus
«Je me réjouis que l’on avance pour concrétiser ce projet. On est sur des rapports gagnant/ gagnant / gagnant / gagnant. Oui quatre fois gagnant.
D’abord le choix de Tournus qui a perdu beaucoup d’atractivité depuis 50 ans. Avoir été choisi pour ce projet, c’est une satisfaction. La Bourgogne s’est construite autour de petites villes.
Gagnant aussi pour tout le département de Saône-et-Loire, pour tous les usagers qui passent sans connaître la Saône-et-Loire. On a des trésors patrimoniaux et culturels. L’objectif est bien de les faire sortir, pour qu’ils découvrent et reviennent.
Gagnant aussi la Région, car le Tourisme est le premier levier de création d’emploi avec une Saône-et-Loire premier département touristique de Bourgogne – Franche-Comté.
Gagnants aussi tous les acteurs du monde économique. Des campings, des restaurants, des gites et même le BTP. L’annonce nous a permis de faire décoller notre projet de rénovation. Huit investisseurs sur dix le font grâce à ce projet ECLAT.
On n’a pas communiqué, pour éviter les spéculations. On va pouvoir co-construire avec tous ceux qui veulent développer le tourisme.
Oui on mobilise de l’argent, mais quoi qu’il arrive c’est un excellent investissement. Si le projet ne pouvait pas se faire, il y aurait des constructions.

Arnaud Coste
Président de Wikipark Management
«Ce projet a tous les ingrédients du succès. Avec un équipage idéal. Une collectivité enthousiaste. Un investisseur convaincu. Un ensemble collectif, en premier lieu le Maire de Tournus et vous les élus qui doivent être des ambassadeurs.
Le terrain a tous les ingrédients. Un emplacement autoroutier idéal et un emplacement stratégique. Le plus vif souhait est de l’ouvrir dans les calendriers prévus».

André Accary
«C’est vrai que la période passée n’est simple, mais on a continué de travailler. C’est un projet départemental. L’objectif est d’inciter à revenir en découvrant les trésors et les richesses actuelles. Que ce soit la réussite de tous et qu’elle bénéficie à tous. Aujourd’hui on franchit un grand pas. Tout n’est pas bouclé et ficelé».

Bertrand Veau
«J’ai lu deux choses dans la presse qui étaient fausses. Le Président s’était engagé à ce qu’il n’y ait pas d’expropriation. C’est une promesse tenue.
On est en bord de Saône, on a vu qu’elle peut monter. On s’était engagé à ne pas aménager le lit de la Saône et ce sera le cas. La plupart des terrains sont constructibles sur cette zone».

André Accary
«On a rencontré des associations qui veulent travailler, pour construire avec nous le projet. Evidemment les services de l’Etat suivent de près la construction de ce projet. Je remercie tous les investisseurs qui nous font confiance depuis le début».

Frédéric Brochot
«On ne peut que se féliciter de cette convention avec la SAFER et de sa construction, avec l’ensemble du monde agricole».

Jean-Luc Fonteray
«Monsieur le Président,
Ce rapport concerne le foncier sur lequel doit s’implanter le projet de parc d’attraction ECLAT.
Sur ce dossier, vous commencez la nouvelle mandature comme vous avez terminé la précédente. S’agissant du devenir de terrains agricoles, soit vous mettez la charrue avant les bœufs, soit vous tentez le passage en force. En effet,  depuis l’assemblée départementale de décembre 2019, où un protocole d’accord a été adopté avec les opérateurs partenaires de ce projet, vous n’avez jamais évoqué l’évolution de ce projet s’agissant du montage, des objectifs comme des conditions de réalisation, qu’elles soient environnementales ou financières. Je vous rappelle  qu’à cette assemblée de 2019, sur la proposition de notre groupe, vous avez accepté un amendement instituant un comité de suivi, associant largement l’ensemble des partenaires qui pourraient s’inscrire dans ce projet. Ce comité n’a depuis pas été constitué et aucune information n’a été donnée en commissions d’élus.
Brusquement, nous devons délibérer sur un enjeu majeur, à savoir le foncier sur lequel doit s’implanter le projet de parc d’attraction ECLAT, et par les conséquences que l’on devine, même en terme sibyllin, pour le Département. Une opération, un meccano foncier est donc organisé avec la SAFER, pour, tout de même, la modique somme de 2,16 M d’€, et alors que nous ne connaissons même pas les évolutions du projet.  
Même si votre délibération demande  à la SAFER « d’exercer les missions sur l’ensemble du territoire, de veille foncière, de négociations et acquisitions d’emprises, de portage foncier, mise en réserves et gestion foncière », c’est à dire donne des missions plus larges que celles évoquées directement sur le projet ECLAT, nous comprenons bien que, globalement, alors que vous aviez évoqué que le département se limiterait à « une implication sur les aménagements et l’accessibilité » il est en fait , comme il est dit dans le rapport , dans la situation de « préfinancer » des opérations d’acquisitions de foncier.
S’agissant de la convention proposée avec la SAFER, organisme qui agit pour l’agriculture, comment parler pour le cas d’ECLAT, je vous cite, de « mieux valoriser un patrimoine naturel et agricole » ou de « concourir à la préservation des écosystèmes naturels et de la biodiversité » ? Alors que justement le devenir de terres agricoles est très sensible au vu de l’implantation du projet.
Dans les « considérants » de la convention proposée, vous écrivez « la collectivité envisage divers projets nécessitant des acquisitions foncières de terrains pouvant notamment être mis en valeur par des agriculteurs sur la commune de Tournus et alentours » ! Pourquoi alors ces « compensations » ne sont pas précisées, déterminées, ou au moins esquissées ?
L’engagement  que vous proposez dans ce rapport est très lourd pour le Département, dans la mesure où il y a un flou total quant au « qui fait quoi » dans le montage, et alors que la question du lieu d’implantation du projet ECLAT soulève beaucoup d’inquiétudes non levées par l’absence de concertation pourtant promise. Ces inquiétudes concernent la réflexion sur la suppression de terrains à vocation agricole, la réflexion sur la préservation de l’environnement déstabilisée par la superficie des équipements projetés, la réflexion sur les conséquences d’artificialisation et d’imperméabilisation des sols, la réflexion liée à une telle mutation des espaces,  et ce alors que seule une utilisation saisonnière de ces équipements a été annoncée.
Nous pourrions aussi évoquer toutes les inconnues qui à ce jour, pointent quant au devenir de ce projet :
-    quelle est la responsabilité du département vis-à-vis de ces acquisitions, quel en sera le coût final (opérations de revente voir d’échanges possibles dans les missions de la SAFER) ?
-    comment et dans quelles proportions les emprises acquises destinées  aux équipements seront transférées à la structure porteuse des équipements ?  quelle charge pour le département ?
-    le département, qui ne devait initialement qu’être responsable des accès, va-t-il devenir le porteur du foncier lié à ce projet, pour quels équipements et aménagements, selon quel cadre juridique avec la structure porteuse ?
-    quel est le lien avec le PLUI ?
-    quelle est l’évaluation du risque financier si le projet ne voit pas le jour et donc que le prix fort endossé à ce jour, pour éviter tout obstacle, ne soit plus d’actualité ?
Tout cela, nous l’ignorons.
Vous demandez un chèque en blanc à l’assemblée, tout cela alors que depuis plus d’un an et demi nous demandons, tout comme des acteurs concernés, une information et une concertation indispensables mais inexistantes à ce jour.
Nous ne pouvons que nous abstenir sur ce rapport, au vu des engagements non justifiés, et surtout non discutés, que prend le Département dans cette affaire. »

André Accary
«Je rebondis  juste sur votre qualification «pas de changement». Vous aussi pas de changement. Vous auriez pu interroger le Maire de Tournus. Ce que je vous propose c’est de respecter le calendrier. On va continuer. Ca bous embête. On a envie d’une Saône-et-Loire qui réussisse et gagne, quand vous souhaitez l’échec. On souhaite que le projet réussisse avec ceux qui le souhaitent dans une démarche sincère».

Jean-Luc Fonteray
«Vous avez interprété en disant que je souhaitais l’échec. Mettez en place le comité de suivi».

Alain BOLLERY

Pour en savoir plus :
Le 10 septembre 2019, le Département de Saône-et-Loire annonçait un projet inédit : un parc historique de spectacles pour raconter les grandes heures de l’histoire en Saône- et-Loire, à travers des personnages célèbres, des légendes fabuleuses, des paysages typiques, des architectures remarquable, et un bâti inspiré de l’architecture bois du Moyen-Âge.
L’équipement culturel de loisirs et d’attractivité touristique, ÉCLAT, se veut être une vitrine incontournable des richesses de toute la Saône-et-Loire, une porte d’entrée attractive complémentaire aux o res existantes, un exemple en matière d’intégration environnementale et de développement durable.
ÉCLAT doit, dans un premier temps, accueillir 250 000 visiteurs, et 500 000 d’ici à 10 ans, nécessitant de prévoir une réserve foncière adaptée, par le biais d’un partenariat compétent et cohérent avec les caractéristiques des enjeux de la ruralité.
Dans cet objectif, le Département demande à la SAFER Bourgogne Franche-Comté d’exercer les missions sur l’ensemble de son territoire (veille foncière, négociations  et acquisitions d’emprises, portage foncier ou mise en réserves et gestion foncière). La convention cadre signée aujourd’hui entre le Département et la SAFER BFC acte cette demande de missions de concours technique foncières.
Pour permettre à la SAFER BFC d’acquérir à l’amiable, et en accord avec la communauté de communes Mâconnais- Tournugeois, un ensemble de parcelles (bâti, terrain à bâtir, terres naturelles et agricoles) représentant une surface d’un peu plus de 16 hectares dans la commune de Tournus, le Département s’engage à pré financer cette opération.
Avec cette acquisition de terrains, la concertation publique va pouvoir débuter cet automne avec les acteurs économiques et associatifs, les partenaires et toutes les personnes qui souhaitaient en savoir plus sur ce projet.
2 160 400 € versés par le Département à la SAFER BFC pour acquérir 16 hectares destinés au projet ÉCLAT à Tournus