Recherche
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
POUR JOINDRE CREUSOT-INFOS
alain.bollery@orange.fr (à privilégier)
SMS et MMS au 06 98 82 18 88
> Saone et Loire > SAONE ET LOIRE
21/09/2020 03:17
6151 lectures

SAONE-ET-LOIRE : Dans le costume d'un patron, Bernard Cazeneuve a galvanisé les socialistes

Invité à Frangy-en-Bresse ce dimanche, l'ancien Premier Ministre et ministre de l'Intérieur a donné un discours ambitieux, traçant la voie qu'il souhaite voir empruntée par le Parti Socialiste, tout en se défendant de vouloir en être le candidat en 2022. Pourtant, le parterre d'élus régionaux venus l'écouter était unanime : Bernard Cazeneuve s'est montré brillant et juste, incarnant ce qu'ils attendent de leur leader.
«La gauche a besoin d'une ambition, elle n'a pas besoin d'ambitieux supplémentaires», a lancé Bernard Cazeneuve.
Sans une note, sans une hésitation, suivant un plan bien construit façonné par des analyses justes et des perspectives ambitieuses, Bernard Cazeneuve a, ce dimanche devant 250 personnes, tenu un discours en forme de meeting présidentiel, établissant un "panorama des problèmes du monde", livrant son analyse, et galvanisant les Socialistes présents.
Et si le stade de Frangy-en-Bresse n'était pas plein à craquer, comme ce fut le cas lors des grandes heures de la Fête de la Rose, les personalités régionales n'ont pas manqué le rendez-vous, affichant ainsi une certaine unité, loin de l'esprit frondeur qui prévalait il y a peu à l'occasion de ce rendez-vous annuel.
Autour de la députée Cécile Untermaier, on notait ainsi la présence de Christophe Sirugue, ancien maire de Chalon et ancien Ministre, du sénateur Jérôme Durain, de la présidente du Conseil Régional, Marie-Guite Dufay, et de son premier vice-président Michel Neugnot. Le maire du Creusot et président de la Communauté Urbaine, David Marti, a lui aussi fait le déplacement, une première.
Dans l'assemblée, on pouvait également voir Patrick Kanner, président du groupe socialiste au Sénat, Guillaume Lacroix, président du Parti Radical de Gauche, les vice-présidents du conseil régional Patrick Molinoz et Laetitia Martinez ainsi que Jean-Yves Ravier, récemment élu maire de Lons-le-Saunier. On pouvait donc réellement parler d'une reconquête de la traditionnelle fête de la rose par les socialistes fidèles à la ligne du parti.
Après quelques interventions introductives, l'ancien premier ministre a donné un discours de près d'une heure et quart qui s'est voulu rassembleur et bienveillant, mais surtout résolument de gauche, de cette gauche sociale-démocrate dont chacun ici se revendique. Ce discours, le futur candidat des socialistes à la présidentielle de 2022 ferait bien de s'en inspirer. Sans compter l'inconnue de l'année à venir, il ou elle pourrait même en faire un copier-coller tant l'ancien ministre de l'Intérieur a su dépeindre sans faux-semblant ce monde aux équilibres changeants "dans lequel le rapport de force fait tout", "marqué par le terrorisme, partout", par "la radicalité des discours et des opinions", mais aussi par un besoin d'écologie et de croissance, "une croissance sobre et juste". Il a su indiquer une voie, "fidèle à l'idéal de Pierre Mendes-Frande et à celui de Jean Jaurès", alliant "transition écologique", "justice sociale", "justice fiscale", "respect des institutions", "Europe forte", etc.
En orateur expérimenté, Bernard Cazeneuve a su galvaniser les troupes "en cette période particulièrement difficile pour [notre] parti". "Notre groupe politique à l'assemblée nationale a été décimé, au sens strict, passant de 300 à 30" rappelait Cécile Untermaier en introduction.
Et c'est bien d'un homme au charisme et à l'expérience de l'ancien Premier Ministre qu'il a besoin, même si celui-ci s'en défend : "Partout où on me demande de me rendre pour aider, je le fais bien volontier" précisait Bernard Cazeneuve : "d'abord parce que j'ai un très grand attachement aux valeurs qui nous poussent à nous battre : justice sociale et conception de l'Europe, solidaire et fraternelle". Se rappelant la foule excitée aux meetings de campagne de François Hollande il y a dix ans, il ajoutait : "c'est quand il y a moins de monde à proximité des estrades qu'il ne faut pas hésiter à y monter pour continuer à convaincre".
"Je le fais sans aucune arrière-pensée pour ce qui me concerne. La gauche a besoin d'une ambition, elle n'a pas besoin d'ambitieux supplémentaires. Donc ne comptez pas sur moi dans les mois et les années qui viennent pour jouer ce rôle que certains aimeraient bien me voir jouer, qui est celui d'une personnalité qui viendrait dire "je pourrais être utile"... Je suis dans une démarche beaucoup plus modeste. Je veux aider à créer les conditions du dépassement et du rassemblement". "Nous devons simplement, même si la période est difficile, dire ce à quoi nous croyons, quelles sont les synthèses utiles et les chemins à emprunter pour, par le truchement des idées, convaincre les Français de cheminer de nouveau à nos cotés".

Réactions :


Jérôme Durain, sénateur de Saône-et-Loire :
"C'était un bon discours, républicain, rassembleur. Bernard Cazeneuve est quelqu'un qui a l'unité de la gauche au coeur, et c'est ce dont on a besoin dans la période. Il faut enjamber les difficultés et les rancoeurs, et travailler sur le fond, c'est le plus important pour délivrer un message d'espoir. C'est ce qui compte pour les Français : avoir des convictions qui s'incarnent dans un projet".

Marie-Guite Dufay, présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté :
"C'était un très grand discours sur la forme comme sur le fond. Un discours sur la République, sur les valeurs de la gauche, sur la pensée qui doit nous guider et non pas sur les histoires d'égos et d'ambitions personnelles. C'était un très très grand discours, vraiment, je suis impressionnée".

David Marti, maire du Creusot et président de la Communauté Urbaine Creusot-Montceau :
"C'est la deuxième fois que j'écoute Bernard Cazeneuve en discours, et c'est toujours impressionnant. On voit qu'il a la stature d'homme d'Etat, avec son expérience, et surtout, c'est quelqu'un qui sait donner une vision à la gauche, au Parti Socialiste particulièrement, et qui est juste dans ce qu'il dit. Il fait souvent référence à Pierre Mendès-France et on y trouve l'origine de ce qui a toujours motivé Bernard Cazeneuve, et de ce qui nous motive nous et que nous voulons incarner : ces valeurs républicaines, de justice sociale, de sécurité pour tous, car il n'a éludé aucun sujet. Il a su pointer du doigt les dérives que nous voyons au fil des mois et des années de cette République qui se délite. Il faut redonner du sens à tout ça et incontestablement, Bernard Cazeneuve sait le faire avec grand talent".