Recherche
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
POUR JOINDRE CREUSOT-INFOS
alain.bollery@orange.fr (à privilégier)
SMS et MMS au 06 98 82 18 88
> Saone et Loire > SAONE ET LOIRE
15/09/2020 01:00
15460 lectures

SAONE-ET-LOIRE : 1000 euros d’aide pour les particuliers et jusqu’à 48.000 euros pour les agriculteurs

Face à la sécheresse et au manque d’eau à certaines période de l’année, comme actuellement, André Accary a annoncé des aides pour aider les particuliers comme les professionnels de l’agriculture à constituer des réserves d’eau.
ACTUALISE 
André Accary : «Ca sera voté jeudi pour que les acquisitions puissent s’effectuer avant la fin de l’année et ainsi permettre une bonne récupération et un bon stockage des eaux de pluie de l’hiver»
«Il n’y a seulement que 2% de l’eau de pluie qui est récupérée». C’est à partir de ce constat qu’André Accary, président du conseil départemental, a décidé d’une politique très incitative pour encourager chacune et chacun à constituer des réserves d’eau pour l’arrosage ou pour le maraichage, ou encore abreuver le bétail.
Pour les particuliers, l’aide pour acquérir de quoi constituer des réserves était jusqu’alors de 500 euros. Elle va être doublée pour être portée à 1000 euros. Une aide importante pour encourager les particuliers qui ont un jardin, mais pas que, car cela peut aussi concerner les fleurs, en récupérant l’eau de pluie.
Pour les agriculteurs, à savoir les éleveurs, les maraichers, les pépiniéristes, les viticulteurs, bref tous les professionnels, l’aide pourra grimper à 48.000 euros par éleveur, soit 80% d’un investissement «subventionnable» de maximum 60.000 euros.
C’est dans l’exploitation de Benoit Bernigaud, à Vaudebarrier, près de Charolles, qu’André Accary a effectué cette annonce, ce lundi après-midi, avec à ses côtés la Députée Josiane Corneloup, mais aussi Frédéric Brochot et Pierre Berthier, vice-présidents du conseil départemental. Jean-Jacques Lahaye, représentait la chambre d’agriculture.
Alain BOLLERY
(Photos Manon BOLLERY)

André Accary

«Tous les ans on retrouve une situation similaire. On a donc décidé de financer à 80% des réserves d’eau, dans la limite de 48.000 euros, soit un investissement de 60.000 euros. Au total, nous allons mobiliser 1 million d’euros et cela bénéficiera aussi aux particuliers, puisque nous allons doubler l’aide qui était de 500 euros, pour la porter à 1000 euros.
Il s’agit de permettre aux professionnels comme aux particuliers de récupérer les eaux de pluie pour arroser ou abreuver les animaux. Ca sera voté jeudi pour que les acquisitions puissent s’effectuer avant la fin de l’année et ainsi permettre une bonne récupération et un bon stockage des eaux de pluie de l’hiver.
Je salue la décision de la Communauté Urbaine Le Creusot – Montceau qui elle aussi a décidé d’aider les agriculteurs qui souhaitent constituer des stocks d’eau face aux sécheresses. Il serait bien que d’autres intercommunalités fassent de même.
Concernant les avances de 10.000 euros que nous avions votées en 2018, qui ont profité à 1300 agriculteurs, et dont les remboursements avaient été repoussés d’un an à cause de la sécheresse de 2019, on acceptera de repousser d’une année pour les agriculteurs qui sont en situation difficile»


Frédéric Brochot

«Il est important de permettre de la flexibilité pour avoir de l’eau sur les exploitations. Quand on remarque que seulement 2% de l’eau de pluie est récupérée, c’est juste un état d’esprit qu’il faut changer.
Cette sécurisation des besoins en eau est aussi très importante pour le maraichage et encore plus si on veut développer les filières courtes pour nos collèges».


Jean-Luc Lahaye

«On veut vraiment remercier le conseil départemental de travail avec la chambre d’agriculture. Il est nécessaire et indispensable de se poser la question d’avoir de l’eau toute l’année. Il va falloir penser à l’autonomie alimentaire des exploitations des éleveurs. Car aujourd’hui la paille est introuvable. Il faudra donc se poser la question de pouvoir produire l'alimentation de nos animaux sur les exploitations».


Josiane Corneloup

«L’impact de la récupération de l’eau est un véritable enjeu de société et pas seulement pour les agriculteurs».