Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
> Saone et Loire > SAONE ET LOIRE
29/02/2024 13:36
4959 lectures

SALON DE L'AGRICULTURE : «Nous sommes fiers de notre agriculture de Saône-et-Loire»

Lors de son inauguration, ce lundi 26 février, à Paris, le stand du Département de Saône-et-Loire a ambiancé le Pavillon 3. «On vient mettre en avant nos producteurs du territoire», a déclaré André Accary.
L'inauguration officielle du stand du Département de Saône-et-Loire, ce lundi 26 février 2024, a rayonné bien au-delà de l'espace dédié à l'agriculture ainsi qu'au tourisme.

Pour la deuxième année, le Département a réservé un espace spécifique sur le Salon. Un stand agrandi d'environ 10% par rapport à 2023 pour atteindre 122,50 m² très précisément.

L'événement a attiré un préfet, un député européen, des parlementaires, des élus départementaux, des habitants venus en bus et de très nombreux badauds grâce à la notoriété de la viande charolaise et des vins de la Bourgogne viticole ainsi qu'au show du brass brand La Rôtisserie.


Deux chefs cuisiniers de collèges s'activent en cuisine


Ce lundi, dès l'ouverture des portes du Salon de l'agriculture, le Pavillon 3, celui des «produits et saveurs de France», est déjà bien rempli. Sur le stand du Département de Saône-et-Loire, les ventes de la boutique tenue par la Maison du Charolais commencent et des visiteurs s'informent sur les propositions touristiques.

Parallèlement, les équipes s'affairent pour préparer l'inauguration officielle prévue en fin de matinée afin de pouvoir accueillir plusieurs dizaines de personnes en même temps. Deux chefs cuisiniers de collèges sont aux fourneaux, une cuisine ayant été implémentée sur le stand.

En écho au slogan «On marche sur la tête» du mouvement social des agriculteurs, un panneau d'entrée d'agglomération imprimé du nom du département a été positionné retourné sur le stand.

Une importante délégation mais des discours au «temps réduit»


L'inauguration est conduite par André Accary, président du conseil départemental de la Saône-et-Loire. Elle se déroule en présence notamment des députés de la Saône-et-Loire Benjamin Dirx, Louis Margueritte, Rémy Rebeyrotte, du député européen Jérémy Decerle, du président de la chambre régionale d'agriculture de Bourgogne-Franche-Comté Christian Decerle, et de la conseillère départementale présidant la commission chargée du tourisme Aline Gruet.

Après le dévoilement d'un «picto 71», débutent les discours officiels au «temps réduit» par respect pour les animations respectives des stands environnants.

«Vous retrouvez toutes les productions nationales en Saône-et-Loire»


«On vient honorer et mettre en avant nos producteurs du territoire», déclare André Accary devant une cinquantaine d'habitants ayant gagné le déplacement en bus après un concours sur les médias sociaux.

«La Saône-et-Loire est un des départements les plus importants en termes de production agricole», enchaîne le président de la collectivité. «C'est la petite France : vous retrouvez toutes les productions nationales en Saône-et-Loire.»

Par ce stand, le Département vise à «accompagner le monde agricole» et à «soutenir» les agriculteurs. «Nous avons des gens extrêmement talentueux», souligne-t-il en évoquant le recours aux produits de la Saône-et-Loire dans la gastronomie française.
 
Concernant l'attractivité du territoire, André Accary rappelle les grands événements sportifs et populaires à venir en 2024 : Paris-Nice, le Tour de France et le French VW Bus Meeting – ou «festival des Combis» à Cherizet – sans oublier Les Étoiles au Château de Digoine faisant la part belle à la danse et au chant lyrique.

Sur le plan institutionnel, le 130ème Congrès national des sapeurs-pompiers se tiendra à Mâcon, du 25 au 28 septembre prochains. 50.000 visiteurs sont attendus.

«Une politique agricole de proximité»


«On est là pour faire passer un message positif», lance à son tour Frédéric Brochot. «Notre agriculture est riche sur notre département.»

Le vice-président du Département chargé de l'agriculture met en avant «une politique agricole de proximité» en citant les exemples l'approvisionnement de la restauration collective ou encore le financement de récupérateurs d'eau.

«Les agriculteurs aujourd'hui n'attendent pas réellement de subventions», déclare celui qui est agriculteur de profession, «ils veulent du revenu (…) et de la reconnaissance».

«Il n'y a pas de gastronomie s'il n'y a pas des produits de qualité»


Président de la chambre d'agriculture de la Saône-et-Loire, Bernard Lacour salue la qualité des relations avec le Département pour «accompagner l'agriculture au quotidien».

«Pour prendre les dernières décennies, l'évolution de l'agriculture a été phénoménale», analyse Bernard Lacour, «nous sommes passés d'une traction animale à une technique qui fait que l'agriculture, comme le reste de la société, a considérablement évolué dans toutes les productions, au service des consommateurs et de la ferme France».

«Il n'y a pas de gastronomie s'il n'y a pas des produits de qualité, s'il n'y a pas des agriculteurs qui, au quotidien, dans toutes les productions, travaillent et cultivent cette diversité», complète-t-il. «Quand on prend les 67 plus gros pays agricoles au monde, l'agriculture française est la première en termes d'agriculture durable.»

«La notion de revenus passe par le partage des marges»


Le président de la chambre départementale d'agriculture appellent à faire en sorte que «les pouvoirs publics redonnent à cette agriculture et à ces agriculteurs une vraie ligne en termes de production et d'accompagnement». «La notion de revenu passe par le partage des marges. (…) On travaille sur ce sujet-là avec le préfet de Saône-et-Loire. (…) faisons en sorte aussi que des jeunes aient envie de nous rejoindre (…) par les perspectives qu'on leur donnera.»

«Nous sommes fiers de notre agriculture de Saône-et-Loire, de sa diversité», conclut Bernard Lacour. «Tous les jours, elle sera au rendez-vous avec des produits de qualité.»

«Nous avons un certain nombre de difficultés à résoudre ensemble»


«Il est important de venir partager ce moment», déclare Yves Séguy, préfet de la Saône-et-Loire, interrogé par Creusot Infos à l'issue des discours officiels. «Il s'agit de communiquer sur ce magnifique savoir-faire qui reflète très largement l'image du département, son image agricole avec d'autres éléments de fierté économique.»

«Nous avons un certain nombre de difficultés à résoudre ensemble», concède le représentant de l’État alors que les syndicats agricoles rappellent régulièrement leurs revendications. «Nous nous y attachons au niveau départemental pour la partie qui nous occupe ; il y a des choses qui sont de compétences européennes, d'autres nationales mais il y a de vrais chantiers à mener au niveau départemental.»

Le préfet conclut en signalant sa «totale coordination» avec les organisations professionnelles et la chambre d'agriculture.

Le brass band La Rôtisserie ambiance une large part du Pavillon 3


L'effervescence de l'inauguration se poursuit alors autour de l'espace restauration où les participants acquièrent des planches proposant des rillettes, du saucisson, des dés de viande charolaise cuits à la plancha, du fromage et des pâtes de fruits. Le bar à vins ne désemplit pas, proposant des dégustations des appellations phare de la Saône-et-Loire.

Parallèlement, le brass band La Rôtisserie ambiance le stand et même un bon quart du Pavillon 3. Nombreux sont les badauds qui s'arrêtent au passage et filme ces musiciens coiffés de casquettes avec l'emblème de la volaille de Bresse.

De véritables rideaux de smartphones se forment pour capter leurs reprises instrumentales, comme «Sur la planche» de La Femme ou encore «Les Yeux d’Émilie» de Joe Dassin, véritable succès à l'applaudimètre parmi les visiteurs du Salon de l'agriculture.

Jean-Christophe Tardivon

Bilan de l'édition 2024 du Salon de l'agriculture


Lidl présente son «contrat tripartite» au préfet Yves Séguy


Pascal Chaponneau sensibilise le préfet Yves Séguy aux problèmes des éleveurs de moutons


«Le lien des Départements avec nos agriculteurs est indéfectible», assure François Sauvadet


«Pourquoi importer des produits que l'on peut produire en France ?» demandent des éleveurs laitiers