Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
> Saone et Loire > SAONE ET LOIRE
28/02/2024 03:16
3307 lectures

SALON DE L'AGRICULTURE : Lidl présente son «contrat tripartite» au préfet Yves Séguy

L'enseigne de la grande distribution s'engage auprès de producteurs locaux pour approvisionner ses rayons. Ce lundi 26 février, à Paris, le préfet de la Saône-et-Loire et le président de la chambre départementale d'agriculture ont échangé avec des représentants de Lidl.
Le Salon de l'agriculture facilite les échanges bilatéraux entre des acteurs institutionnels territoriaux et des acteurs économiques nationaux. Ainsi, ce lundi 26 février 2024, Yves Séguy, préfet de la Saône-et-Loire, et Bernard Lacour, président de la chambre d'agriculture de la Saône-et-Loire, ont échangés avec des représentants de Lidl.

Les discussions ont porté sur les contrats tripartites que le discounter allemand signe avec des coopératives et des agriculteurs de façon à envisager la nature des relations commerciales proposées aux producteurs locaux.

«Il faut qu'il y ait une vraie transparence», demande Bernard Lacour



Après avoir rencontré d'autres opérateurs de la grande distribution précédemment en Saône-et-Loire, le préfet poursuivait sa démarche d'examen «des courants d'affaire privilégiant à la fois la qualité pour le consommateur et des justes prix de rémunération pour les producteurs».

«La discussion avec Lidl est très intéressante», a commenté Bernard Lacour, «on se rend compte qu'on a besoin de voir clair dans le schéma de distribution, entre le producteur et le consommateur». «Pour qu'on puisse un volume et une qualité – ce qui est le cas en France –, il faut qu'il y ait un partage de la plus-value, il faut qu'il y ait une vraie transparence. Quelque part, entre des systèmes franchisés et d'autres qui ne le sont pas, c'est intéressant que l'on rencontre l'ensemble pour faire en sorte, à travers des lois Egalim, à travers un certain nombre de leviers qui nous permettent que des agriculteurs puissent avoir un revenu décent et que l'image positive de notre agriculture et de nos agriculteurs soit un élément de traçabilité visuelle avec les consommateurs.»

Des contrats entre Lidl, une coopérative et un agriculteur


«Le but de l'échange était de pouvoir illustrer notre slogan qui est ''l'Avenir ça se cultive''», a expliqué Clément Gracyk, responsable du développement immobilier de Lidl dans la Côte-d'Or et la Saône-et-Loire. «On est là pour créer de la valeur, pour la partager, pour les accompagner et améliorer leurs relations avec [Lidl], avec les commerçants, avec les acteurs locaux pour mettre en avant leurs produits.»

Dans ce contexte, les représentants de Lidl ont présenté le principe du «contrat tripartite» proposés aux coopératives et aux producteurs. «On est capable de faire quelque chose qui est simple et fonctionnel où l'on peut quantifier les résultats, ça peut bénéficier au plus grand nombre.»

«Lidl est un circuit intégré où on a les mêmes prix partout en France», a précisé Clément Gracyk, «l'idée est de pouvoir générer du volume au bon prix pour l'agriculteur».

Ainsi, des contrats ont été signés avec la SICAREV, coopérative à dimension européenne qui est née dans le bassin charolais, ou encore avec la coopérative Cirhyo Bourgogne, pour des approvisionnements de supermarchés Lidl respectivement en viande de bœuf et de porc.

Le préfet souhaite «proposer des choses très concrètes au local»


«En relation étroite avec la chambre d'agriculture et les organisations professionnelles, nous allons rencontrer d'autres opérateurs de la grande distribution mais également les différentes représentants de l'industrie agroalimentaire», a conclu le préfet, «de telle façon que l'on soit en capacité de proposer des choses très concrètes au local en sus des discussions menées au niveau national voire européen».

Jean-Christophe Tardivon

Bilan de l'édition 2024 du Salon de l'agriculture


Pascal Chaponneau sensibilise le préfet Yves Séguy aux problèmes des éleveurs de moutons


«Nous sommes fiers de notre agriculture de Saône-et-Loire»


«Le lien des Départements avec nos agriculteurs est indéfectible», assure François Sauvadet


«Pourquoi importer des produits que l'on peut produire en France ?» demandent des éleveurs laitiers