Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
> Saone et Loire > SAONE ET LOIRE
20/12/2021 14:00
9041 lectures

Rémy Rebeyrotte : «Je suis résolument pour l’isolement des personnes non vaccinées»

Le Député de Saône-et-Loire a tenu une conférence de presse ce lundi matin. Fidèle à son habitude, il n’a pas fait dans la langue de bois.
«Il faut se faire vacciner ou alors s’isoler»...
«Durci la loi»... 
«Je suis pour une Europe souveraine»...
Candidat à un nouveau mandat ? «Décision fin février»... 
«Madame Dufay est d’abord Présidente de la Franche-Comté»...
«On va être au travail pendant toute les fêtes et jusqu’au 24 février, avant que les travaux parlementaires soient suspendus, comme la loi le prévoit pendant la campagne présidentielle». Député de Saône-et-Loire, élu sur la circonscription Autun – Le Creusot – Chagny, Rémy Rebeyrotte a tenu une conférence de presse, ce lundi matin. La question sanitaire a été l’essentiel de son propos et il a affirmé avec forces ses convictions profondes face à la pandémie.
Rémy Rebeyrotte a aussi évoqué les enjeux de la présidence de l’Europe par la France, son avenir parlementaire, et il n’a pas fait preuve beaucoup de tendresse au sujet de la gouvernance de la Région Bourgogne – Franche-Comté par Marie-Guite Dufay. Enfin, on s’en doute, ainsi qu’il l’a déjà exprimé, il se félicite de l’accord trouvé, avec le Premier Ministre, au sujet de la RCEA. Un accord pour lequel il a beaucoup plaidé auprès de Jean Castex.


«Il faut se faire vacciner ou alors s’isoler»
«J’ai beaucoup apprécié que le Président de la République continue à sensibiliser sur la vaccination. Oui il faut continuer et amplifier. Il faut convaincre les plus réticents, car la vaccination a fait ses preuves. Je suis évidemment pour que l’on passe du «pass sanitaire» au «pass vaccinal», car le vaccin a fait les preuves de son efficacité. En France et dans le monde.
Les soignants vivent de plus en plus mal de voir arriver des patients positifs au COVID et qui sont 9 sur 10 à ne pas être vaccinés. Ils mettent en difficultés nos hôpitaux qui sont obligés, pour certains, de faire des déprogrammations. Et puis on voit très clairement que la tension monte entre les vaccinés d’un côté et les non vaccinés de l’autre. Si on ne veut pas être vacciné alors il faut s’isoler. L’isolement cela peut être un choix, mais il faut l’assumer. Les non vaccinés non seulement se mettent en danger comme le montrent les chiffres des hôpitaux, mais ils mettent en danger les autres».

«Durci la loi»
«Concernant les personnes qui présentent un faux «pass sanitaire», je pense qu’il faut durcir la loi et la répression. Pour les personnes qui font de l’argent avec des faux pass. Mais aussi pour les personnes qui les utilisent. Je pense et je souhaite que ce sera dans la prochaine loi que le Gouvernement va présenter le 5 janvier et qui arrivera au Parlement le 10 janvier pour être votée. La liberté ce n’est pas faire ce que l’on veut, mais faire ce qui ne nuit pas aux autres ! On ne se fait pas vacciner pour soi, mais aussi pour protéger sa famille et les autres».

«Je suis pour une Europe souveraine»
«A partir du mois de janvier, la France va assumer, pour six mois, la Présidence de l’Europe. J’adhère au discours du Président de la République qui souhaite rétablir la souveraineté de l’Europe. Que ce soit sur le plan de l’économie, de l’énergie, de la défense, sur l’industrie, sur l’agriculture, mais aussi sur la sécurité pour ce qui concerne la question migratoire. Rétablir une souveraineté européenne ce serait une réponse forte à la Chine, à l’Inde, aux Etats-Unis.
Concernant l’économie, le poids de l’Europe nous l’avons bien vu. Car l’Europe c’est 40 milliards du plan de relance. Et je suis convaincu qu’au rang des enjeux de la Présidentielle, il y aura la question européenne».

«De vraies valeurs»
«En cette période, je pense qu’il faut retrouver le sens de valeurs simples. Le travail, l’effort et c’est le sens de l’apprentissage, mais aussi l’école et la formation».

Candidat ? Décision fin février
«Le parlement va être au travail jusqu’au 24 février. Me représenter ou pas aux prochaines législatives ? Je prendrai ma décision et je l’annoncerai avant la fin Février. Député, c’est une fonction exigeante et il faut savoir les bonnes questions. Savoir si on a vraiment envie de continuer et de poursuivre l’action. Je n’ai encore rien décidé. Ce qui m’inciterait plutôt à être candidat c’est la capacité du Président de la République à rassembler le centre droit, représenté par Edouard Philippe et le centre gauche avec Territoires de Progrès. Je rappelle jusqu’en 2017 on nous avait expliqué que cette majorité ne tiendrait pas. Non seulement elle a tenu, mais elle est la seule à rassembler. Car à côté, on se divise. A l’extrême droite avec Le Pen et Zemmour, à droite où Madame Précresse est loin de faire l’unité, à gauche où les divisions règnent, et à l’extrême gauche».

«Madame Dufay est d’abord Présidente de la Franche-Comté»
«Au Conseil Régional j’avais exprimé le souhait que l’on travaille pour toute la région. Mais il y a d’un côté la Bourgogne et de l’autre la Franche-Comté. On le voit sur la question de l’Université et malheureusement sur trop de sujet. Très clairement Madame Dufay est d’abord la Présidente de la Franche-Comté. Il faut qu’elle soit la Présidente de la Bourgogne – Franche-Comté».
Recueilli par 
Alain BOLLERY