> Saone et Loire > SAONE ET LOIRE
20/01/2022 09:45
6209 lectures

Présidentielles : Eric Zemmour invité à venir faire campagne en Saône-et-Loire, sur les thème de la ruralité et de l’industrie

Ses représentants dans le département ont tenu une conférence de presse ce mercredi matin. Le mouvement revendique 800 adhérents en Saône et Loire. Mais seulement 15 signatures de maires en Bourgogne - Franche-Comté.
Jean-Philippe Raffa, cadre départemental pour la campagne d’Eric Zemmour à la Présidence de la République et Patrick Goubeault, en charge de la communication ont tenu une conférence de presse, ce mercredi matin, au Murphy’s à Chalon sur Saône-et-Loire, pour officiellement lancer la campagne d’Eric Zemmour dans le département de Saône-et-Loire, où les affiches de leur favori ont fleuri depuis plusieurs semaines.
Le parti «Reconquête» se structure, avec des délégués par circonscriptions : Denis Goubeault, pour celle de Chalon sur Saône et Montceau, Mickaël Mirabeau pour celle du Creusot et d’Autun, Alain Taulin, ancien de Debout la France pour la Bresse, Norbert Renault pour Mâcon et Laurence Albert pour le Chalonnais.
Jean-Philippe Raffa est par ailleurs délégué départemental de la Voie du Peuple. «Je travaille au Cameroun. Dans les exportations de vins et la construction d’établissements sanitaires et médicaux. J’ai dirigé la Clinique Sainte-Marie de 2010 à 2012»
«On a un mouvement d’adhésions. 85.000 au niveau de la France. 800 en Saône-et-Loire. Avec des adhésions à 10 euros pour les étudiants, 30 pour une personne seule et 50 euros pour un couple», souligne-t-il.
Et il est catégorique ; «On a quelqu’un qui nous propose un programme. C’est le destin de la France et pas les sujets technocratiques. On va plus loin.
Moi c’est la dimension de reconquête de ce qu’est la France trop diluée dans l’Europe. On doit garder notre indépendance», s’enthousiasme Jean-Philippe Raffa. Et d’ajouter : «Il y a une désaffection de la politique, car les gens se sentent dépossédés. Par exemple, les agriculteurs ont de plus en plus d’administratif. Heureusement que l’on a des gens qui entretiennent les espaces. On a besoin des agriculteurs, des chasseurs.
Moi mon premier sujet ce n’est pas l’immigration. Le Maire de Chalon avait parlé d’épuration ethnique. Il manque une politique de reprise en main des territoires. Il faut appliquer la loi dans toute sa rigueur. On demande aux Policiers de ne pas intervenir dans les quartiers. Eric Zemmour le dit depuis très longtemps. C’est un phénomène que l’on voit partout, y compris dans notre région».
Concernant Gilles Platret, le Maire de Chalon, dont le nom est avancé par certains politiques et certains médis, le délégué départemental d’Eric Zemmour se limite à dire : «Il faut lui poser le question». Pour ajouter : «Tous les jeunes qui nous rejoignent, ce sont des jeunes qui démarrent e politique. Les femmes pareil. Des gens qui ne s’étaient jamais engagés ! C’est une lame de fond».
Le parti d’Eric Zemmour aura cinq candidats aux législatives, dans toutes les circonscriptions. «Le résultat des législatives est indexé sur la Présidentiell».
Le candidat viendra-t-il en Bourgogne du Sud ? «On l’a invité. Il viendra en Saône-et-Loire nous l’espérons. En Bourgogne – Franche-Comté sûrement. S’il vient chez nous ce sera pour parler de la ruralité et de l’industrie».
En attendant, la campagne va se vouloir active  «On va beaucoup insister sur le porte à porte, avec «Mes voisins avec Zemmour».
Reste la question des 500 parrainages : «On est à 350 signatures au niveau national. On a quinze promesses en Bourgogne – Franche-Comté».
Les représentants d’Eric Zemmour dénoncent les pressions : «Le chantage vient des intercommunalités et du conseil départemental. Les Maires sont menacés de ne plus avoir de crédits».
Pour Jean-Philippe Raffa, «il ne serait pas normal que Mélenchon comme Zemmour ne soient pas candidats faute de signatures. On lance un appel aux Maires de Saône-et-Loire».
Et d’annoncer qu’une réunion publique aura lieu à Dijon, avec Jean-Frédéric Poisson, dans la deuxième quinzaine de février.
Alain BOLLERY

Patrick Goubeault et Jean-Philippe Raffa