Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
> Saone et Loire > SAONE ET LOIRE
04/07/2022 03:16
3143 lectures

Louis Margueritte, député de Saône-et-Loire : «A côté de la loi sur le pouvoir d’achat, je veux porter la simplification pour tous»

Il veut être le plus présent possible en Saône-et-Loire et plus influent possible, également, à Paris. Louis Margueritte, le seul nouveau député de Saône-et-Loire, était présent samedi à Marmagne. Deux semaines après son élection, il a répondu à nos questions.
Il est arrivé en tenue décontractée. Fraichement élu député de Saône-et-Loire, sur la cinquième circonscription de Saône-et-Loire, Chalon sur Saône – Montceau les Mines, qui s’étend jusqu’à Marmagne, Louis Margueritte, qui est membre du groupe de la majorité présidentielle, s’est confié à creusot-infos. Pour affirmer ses convictions.
 
Qu’est-ce qui vous a marqué au cours de votre 1er quinzaine de Député ?
LOUIS MARGUERITTE : «Je ne vais pas le cacher : Je suis rentré dans l’hémicycle avec beaucoup d’émotion. J’ai vécu avec la même émotion le vote très solennel de la Présidente de l’Assemblée Nationale. C’est là qu’une partie de la politique de la nation est conduite, avec le vote des lois. Ce qui m’a beaucoup ému, aussi, c’est que j’ai pensé aux 17.000 personnes qui m’ont élu et que je représente, au même titre que tous les habitants de la circonscription».


Quelle appréciation portez-vous sur l’opposition telle qu'elle est portée par la NUPES et le Rassemblement National ?
«Il ne faut pas juger avant d’avoir vu, mais j’ai toujours combattu les extrêmes et leurs représentants quels qu’ils soient… J’ai bien noté que Monsieur Coquerel a annoncé qu’ils ne voteront pas la loi sur le pouvoir d’achat. Les gens vont apprécier.
Face à cette opposition extrême, j’appelle les Républicains raisonnable et modérés à travailler, à proposer, à amender».
 
Vous placez tous les Députés de la NUPES sur le même plan ?
«Non ! Très clairement les élus de la France Insoumise sont les plus extrêmes. Mais je ne mets pas tout le monde dans le même sac. On va bien voir comment se comportent les Députés des autres composantes.
Ce qui est inquiétant ce sont les déclarations de Monsieur Mélenchon qui n’est plus élu. Ce sont des déclarations inquiétantes pour la démocratie, pour notre démocratie et notre pays».
 
Comment allez-vous vous organiser ?
«Je vais avoir une double règle : Etre le plus présent possible sur le territoire pour prendre son pouls, le connaitre, faire remonter ce que je ressens ; et en parallèle être le plus influent possible à Paris au Palais Bourbon. Localement j’ai lancé mes recherches pour trouver les locaux pour avoir deux permanences. L’une à Chalon sur Saône et l’autre à Montceau les Mines, dans la ville de ma suppléante Madame Jarrot. Je vais aussi m’installer dans la circonscription, avec ma famille. Je recherche une maison. Il est important de vivre sur le territoire où on a été élu. Moi je veux mener un travail de terrain».
 
Vous êtes venu à Marmagne pour le Trail du Mesvrin. C’est dans le sens de l’élu que vous voulez être ?
«J’ai répondu à l’invitation du Maire Didier Laubérat comme à d’autres invitations déjà. Dès le 1er jeudi après mon élection je me suis rendu à l’assemblée générale du MEDEF. Je me suis aussi rendu à la fête de l’école du RPI de Jully lès Buxy, Montagny et Saint-Valerin. Le Député est là pour tous».
 
Quels sujets voulez-vous porter, en priorité, à l’Assemblée Nationale ?
«Le plus important déjà, cela n’étonnera personne, c’est la loi sur le pouvoir d’achat. Tout le monde l’attend.
A côté de cela, je veux pousser le sujet de la simplification. Beaucoup de choses ont été faites lors de la précédente mandature. Mais il faut aller plus loin. Pendant la campagne, j’ai entendu et pu mesurer les difficultés des élus locaux, et notamment les maires des petites communes, sans grosse administration derrière eux. Les élus m’ont beaucoup parlé de leur difficultés. Ils m’ont expliqué leurs relations avec l’administration. C’est pour cela que je pense qu’il faut aller beaucoup plus loin dans la simplification. Pour les particuliers, pour les collectivités et pour les entreprise».
 
Autre sujet qui vous tient à cœur ?
«Celui de la santé, car c’est un sujet qui concerne tout le monde. J’attends le rapport de l’IGAS, l’inspection générale des affaires sociales qui doit déboucher sur des préconisations et des contractualisations. Ce qui me semble important, c’est qu’une fois qu’une feuille de route aura été donnée, que des décisions et des orientations auront été prises, alors il faudra que tout le monde s’y tienne. Il faudra que les décisions prises soient pérennes. Il faudra aussi traiter de la dette. Elle est de 18 millions pour l’Hôpital de Chalon sur Saône et de 28 millions pour l’Hôpital de Montceau».
 
Votre troisième priorité ?
«Je suis très attaché à la question de la réindustrialisation et du développement économique. Il faut poursuivre le travail engagé, y compris sur le territoire. Je veux porter les projets qui vont émerger. Sébastien Martin sur le Grand Chalon, comme Marie-Claude Jarrot sur le secteur de Montceau, ont le souci du développement économique».
Recueilli par 
Alain BOLLERY

Louis Margueritte et Didier Laubérat