Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
> Saone et Loire > SAONE ET LOIRE
11/06/2024 03:17
8155 lectures

Législatives : Le sprint est lancé en Saône-et-Loire entre certitudes, rumeurs, et négociations dans une gauche qui menace de se craqueler

Il y a celles et ceux qui sont déjà candidates ou candidats… Celles et ceux qui veulent y croire… Celles et ceux qui sont à la croisée des chemins. Celles et ceux à qui l’on parle de courage.
Certains les rangent au rang des tontons flingueurs… Il est vrai que Gilles Platret, le Maire de Chalon sur Saône et le Député Rémy Rebeyrotte, ont souvent le doigt sur la détente. Ils ont même une faculté à tirer très vite..Les deux ne reposent pas toute communication sur leur entourage.
Dès lors, ils n’ont pas attendu la journée de lundi pour annoncer leur candidature aux législatives. Ils l’ont fait dans les heures qui ont suivi l’annonce de la dissolution de l’Assemblée Nationale.
 
Platret retourne au charbon
Gilles Platret sur la 5ème circonscription qu’il espère ravir au sortant Louis Margueritte qui va à nouveau faire équipe avec Marie-Claude Jarrot, maire de Montceau les Mines. Mais selon nos informations sans forcément trop faire référence au Président de la République.

 
Abondance de candidats au RN
Qui sera le candidat du Rassemblement National ? Pas forcément Sauvert qui l’avait été en 2022. Joint, lundi soir, par téléphone, Aurélien Dutremble, le patron du RN en Saône-et-Loire, s’est montré catégorique : «Les investitures tomberont mardi soir ou mercredi matin. Nos candidates et nos candidats ne seront pas forcément celles et ceux qui ont porté nos couleurs en 2022».
Aurélien Dutremble l’assure : «Le siège à Paris reçoit de nombreuses candidatures spontanées, de partour en France y compris de Saône et Loire. On veut gagner, ce sont donc les meilleurs profils qui seront choisis !»
 
Valérie Deloge a les yeux sur Paris
Seules quasi certitudes : Aurélien Dutremble devrait être investi dans la 1ère circonscription, celle de Mâcon ; Et Valérie Deloge, tout juste élue Députée Européenne, devrait défier la socialiste Cécile Untermaier. Si elle devait gagner la circonscription, probable qu’elle laisserait tomber son mandat européen pour aller au Palais Bourbon.
 
Coucou revoilà Eric Michoux
A droite, il n’y a pas encore de candidature officielle. Eric Michoux y pense, comme toujours depuis 2007. Anthony Vadot, vice-président du conseil départemental de Saône et Loire aussi. Côté majorité présidentielle, Elisabeth Roblot, vice-présidente aussi du conseil départemental, envisagerait aussi de se présenter.
 
2 vice-présidents face à face ?
Soutenue par Edouard Philippe, cela ne poserait pas de problèmes face à Eric Michoux. Mais un peu plus face à Anthony Vadot. Car voix deux vice-présidents du conseil départemental s’affronter dans la même circo, ferait quand même un peu désordre.
 
Belville osera-t-il défier Benjamin Dirx ?
Dans la circonscription de Mâcon, où Benjamin Dirx est évidemment candidat à sa réélection, il est acquis que Jean-Patrick Courtois soutiendra le député sortant qu’il a intégré dans son équipe municipale en 2022. Ce qui à l’époque n’avait pas posé de problèmes à Jean-Philppe Belville, élu récemment secrétaire Les Républicains de la circonscription. Comme Christophe Juvanon, qui avait fait moins de 10% en 2022, a fait savoir qu’il n’y retourne pas, Jean-Philippe Belville a la voie ouverte. Mais le scrutin peut s’avérer «casse gueule». Tout sera question de courage.
Dans la 2ème circonscription, celle du Charolais, les candidats ne se bousculent pas au portillon pour défier Josiane Corneloup qui n’a pas encore annoncé si elle se représente ou pas
 
Charles Landre y pense fort
Dans la 3ème circonscription, Rémy Rebeyrotte  a donc dégainé le plus vite. Qui sera face à lui ? Sandrine Baroin, qui avait porté les couleurs du Rassemblement National en 2020 en se qualifiant pour le second tour, sera-t-elle investie, alors qu’elle a fait beaucoup de terrain ces derniers mois ?  Réponse d’ici mercredi. Du côté des Républicains, le Creusotin Charles Landre devrait faire connaitre sa décision ce mardi. Il est probable qu’il soit candidat.
 
Et la gauche ?
Du côté du PS la fracture est proche entre les partisans d’un accord à la sauce NUPES, et celles et ceux qui ne veulent plus entendre parler de LFI et de Jean-Luc Mélenchon. En Côte d’Or, Pierre Pribetich, proche de François Rebsamen, a d’ailleurs déjà annoncé sa candidature…
 
Richard Béninger et/ou Sébastien Gautheron
En Saône et Loire, Richard Béninger, l’homme fort de LFI, proche de Jean-Luc Mélenchon, devrait s’attaquer à la 3èlme circonscription. S’il le veut, Paris le voudra ! Trouvera-t-il le communiste Sébastien Gautheron sur son chemin ? Ce n’est pas impossible. Car le Creusotin n’est pas vraiment sur la ligne LFI canal historique !
Du côté des Verts, dans l’attente d’un accord de gauche plurielle, avec ou sans LFI, on cherche des pigeons. Claire Mallard, ou encore Dominique Cornet, ou Samuel Bon, sont prêts à partir sur le feu vert leur est donné.
En attendant, les tractations continuent.
Alain BOLLERY