Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
> Saone et Loire > SAONE ET LOIRE
03/06/2021 03:16
2350 lectures

Fabien Roussel : «Le nucléaire est indispensable, car nous sommes dans la dernière décennie où on peut agir pour le climat»

Juste avant sa venue à Gueugnon et au Creusot pour rencontrer et soutenir les salariés d’APERAM, d’Industeel et de Framatome, le Secrétaire Général du Parti Communiste se confie dans une interview à creusot-infos.
Votre venue en Saône-et-Loire, c'est une première ?
«Oui c’est une première. En tant que Député je n’étais jamais venu. Là je viens avec ma casque de Secrétaire Général du PCF et je me déplace pour les intérêts stratégiques du pays, pour l’inox, l’acier et le nucléaire».

Pourquoi avoir choisi Gueugnon ?
«Gueugnon c’est un grand nom de l’inox et aujourd’hui Gueugnon et ses salariés subissent un plan social. Une partie de l’activité pourrait être délocalisée en Belgique. Ce n’est pas acceptable. On est sur des enjeux stratégiques par rapport à un savoir-faire».


Et pour Le Creusot…
«C’est la filière sidérurgique par excellence. Les salariés d’Industeel travaillent pour l’énergie et la défense et il a été annoncé que l’entreprise doit être vendue.  Et quel est le point commun entre Gueugnon et Le Creusot ? C’est Monsieur Mittal. Voilà ce qui se passe quand on a un industriel et une industrie où on n’a pas le pouvoir d’intervenir pour empêcher des délocalisations, alors que ce sont des filières importantes pour notre pays».

Vous militez donc pour le «made in France»…
«C’est bien plus que cela. Ce sont des enjeux pour l’emploi, pour le climat, pour notre souveraineté. Oui il faut conserver les productions sur nos territoires. Mais il faut aussi donner plus de pouvoir aux salariés, aux élus locaux, à l’Etat face aux casses générées par le capitalisme. On ne peut pas se permettre de perdre notre souveraineté dans des secteurs essentiel. On a laissé des pans entiers à la seule économie et c’est dangereux».

Quand elle présidait AREVA, Anne Lauvergeon avait racheté la Forge du Creusot pour sécuriser les approvisionnements en pièces forgées de grande dimension. Elle avait raison ?
«Oui évidemment, mais cela ne suffit pas. Il faut des garanties. Les premiers lanceurs d’alertes, ce sont les salariés. Ce sont eux qui voient les ingénieurs partir, qui remarquent le manque d’investissements. Ils le voient alors que des entreprises bénéficient de l’argent public et versent des dividendes. Face à cela, il faut que les salariés et les élus locaux aient le pouvoir d’intervenir. Il faut garantir la bonne utilisation de l’argent public. C’est stratégique pour notre avenir».

Le Parti Communiste est-il toujours en soutien du nucléaire ?
«Oui et il le restera. Le nucléaire est indispensable, car nous sommes dans la dernière décennie où on peut agir pour le climat. Et cela passe par le nucléaire qui offre une énergie décarbonée et prévisible, car elle ne dépend pas du vent. Je ne dis pas cela par idéologie, mais parce que c’est responsable pour l’environnement. Et donc pour nos concitoyens et pour nos salariés. Je me suis rendu à la fonderie menacée de fermeture. Elle paye 100.000 euros d’électricité par mois. 1,2 million d’euros par an. C’est énorme et c’est pour cela que nous avons besoin d’une énergie décarbonée, et cela passe par le nucléaire. On sait que l’on aura besoin de l’énergie nucléaire pour nos voitures électriques».

Framatome vient de racheter Valinox à Montbard en Côte-d’Or. Vous approuvez ?
«C’est toujours mieux que ce soit racheté que repris par des investisseurs étrangers. Il vaut mieux que ça reste dans les bijoux de famille. Mais la vraie question, c’est de réussir une filière. Il ne faut pas que ce soit une simple opération financière.
Si je dis cela, c’est parce que mardi 1er juin la plus grosse augmentation à la bourse a été pour APERAM qui veut licencier 110 personnes. Et au Creusot Monsieur Mittal veut vendre Industeel…»

Que demandez-vous ?
«Il faut que l’Etat mette le nez dedans. On est sur une filière stratégique pour le nucléaire civil et le nucléaire militaire. Si demain Monsieur Mittal décide de tout délocaliser, on fait quoi ? C’est pour cela que l’Etat doit reprendre la main».
Recueilli par Alain BOLLERY

Communiqué :
Jeudi 3 juin, Fabien Roussel secrétaire général du PCF tiendra un meeting à 14 heures Place des Forges à Gueugnon pour soutenir les salariés d'APERAM et la population, inquiets des menaces sur l'emploi qui planent sur ce territoire à la suite de la décision d'ARCELOR de délocaliser une partie des productions.
Fabien Roussel se rendra ensuite au Creusot à 16 heures pour un meeting de soutien aux personnels d'Industeel qui souhaitent que les compétences, les emplois et l'activité industrielle de ce fleuron du nucléaire français soient garantis par l'intervention de l'Etat et des salariés dans le processus de cession en cours.
Il rencontrera également les salariés de Framatome qui attendent du gouvernement des décisions urgentes pour l'engagement de nouveaux réacteurs nucléaires à même de garantir la conversion indispensable des énergies fossiles vers une électricité décarbonée en France et dans le monde.

Samedi 5 juin, à partir de 10 heures dans la Halle des Sports du Creusot, le PCF de Bourgogne Franche Comté invite les salariés de près de 10 entreprises du secteur nucléaire et de la métallurgie impliqués dans la fabrication des moyens de production d'électricité en BFC. Ceux-ci témoigneront auprès des citoyens et des élus de leurs inquiétudes et de leurs luttes pour garantir l'avenir de cette filière : Industeel, Framatome, Valinox, Neotiss, General Electric, EDF, Auber et Duval, etc.
Des emplois hautement qualifiés, des personnels expérimentés et des compétences uniques au monde ainsi qu’un large tissu de sous-traitants sont au service de l’indépendance énergétique de la France pour construire les installations de production électrique dont notre pays et d’autres vont avoir de plus en plus besoin.
Conscients des graves menaces qui planent sur cette filière dont une partie significative est implantée dans nos territoires,  les communistes de BFC veulent peser sur les orientations politiques et les réalisations de la future Assemblée régionale qui sortira des urnes le 27 juin 2021.



Creusot-infos.com - Mentions légales