Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
> Saone et Loire > SAONE ET LOIRE
01/07/2021 11:55
1437 lectures

André Accary, réélu Président du conseil départemental : «On devra faire de la politique de terrain, de proximité. Il n’y aura pas de place pour la politique politicienne»

Tout juste réélu, le Président André Accary a prononcé un discours qu’il a voulu rassembleur pour relever les défis à relever de la nouvelle mandature. A commencer par l’autonomie des personnes âgées.
Jean-Luc Fonteray pour Gauche 71 a lancé : «Nous continuerons de nous différencier quand cela sera nécessaire».
Dominique Lotte, pour Saône-et-Loire unie : «Notre choix, c’est une honnêteté intellectuelle».
Sébastien Martin, pour le groupe de la majorité : «Les élus de la majorité seront au rendez-vous des enjeux».
C’est d’abord avec des mots pour René Beaumont, qui avait présidé le conseil général, qu’André Accary a débuté son discours de nouveau Président : «Vous venez de de me renouveler votre confiance pour les 6 ou 7 années prochaine, pour ce beau département de Saône-et-Loire, une petite France à lui tout seul.
Nous avons des défis pour sortir de la crise. Le département a fait beaucoup et il reste beaucoup à faire.
Cette session, c’est un peu comme une rentrée au Collège. Je souhaite la bienvenue aux nouveaux élus. Nous avons tous connu une campagne atypique.
L’Etat n’a pas été au rendez-vous. On ne peut pas accepter que des élections se déroulent dans ces circonstances. Les Maires ont démontré qu’ils ont le sens du devoir et de l’engagement.

Avec 20 cantons gagnés, dont 4 dès le premier tour, on peut être fier de la confiance accordée. Nous sommes restés sur notre ligne et cela a été reconnu. Je salue ceux qui ont été battus, aucun d’eux n’a à rougir. Je salue les binômes de Saône-et-Loire unie. Je sais pouvoir compter sur vous. Je salue les candidats de Gauche 71 qui l’ont emporté et j’ai une pensée pour les autres.
La campagne s’est déroulée dans de bonnes conditions. Tous les candidats ont fait vivre la démocratie. On devra faire de la politique de terrain, de proximité. Il n’y aura pas de place pour la politique politicienne. Nous continuerons d’agir avec notre ligne : Faire ce que nous promettons avec une règle budgétaire. On doit continuer avec notre majorité renforcée.
Aujourd’hui de nombreux chantiers sont lancés. La mise à 2x2 voies de la RCEA, que nous avons impulsée avec 58 millions d’euros. Le déploiement du très haut débit. La Saône-et-Loire est le département le plus avancé. Nos avancées environnementales, avec le plan arbre et le plan vélo. Le plan santé, évidemment.
Le gros sujet concerne la création du parc ECLAT à Tournus. Demain nous allons poursuivre les chantiers et relever de nouveaux défis. Nous devrons pallier les demandes. Un des gros chantiers sera l’autonomie. Il faudra réfléchir à revaloriser le travail à domicile.
Trouver des solutions pertinentes. Accompagner les clubs sportifs sera une priorité. Nous devons préparer Saône-et-Loire Terres de Jeux. On continuera d’aider les communes. Les communes peuvent déposer deux dossiers. Les familles, les agriculteurs, les collégiens ne seront pas oubliés, en maîtrisant le fonctionnement. On a encore beaucoup de travail.
Je m’engage à être à l’écoute de toutes et de tous, pour mener ensemble un vrai travail d’équipe. Pour être utile tout au long de ce mandat. Vive la Saône-et-Loire»


Jean-Luc Fonteray

Président du groupe Gauche 71
«Je vous remercie de me donner la parole au nom de notre Groupe Gauche 71.
Les habitants de nos 29 cantons ont renforcé la majorité de droite sortante.
Ainsi, M le Président, vous voilà renouvelé dans vos responsabilités pour lesquelles, au nom des élus du groupe Gauche 71, je vous présente toutes mes félicitations et mes vœux de réussite.
A ce titre, j’adresse également toutes mes félicitations aux collègues réélus ainsi qu’aux nouveaux élus de cette assemblée.
J’ai une pensée pour nos collègues qui ont arrêté leurs fonctions, volontairement ou non, pour ce qu’ils ont apporté à la collectivité et à leurs concitoyens. Ce mandat est riche d’engagements, de décisions, d’échanges et génère forcément à minima une forte émotion quand on l’adopte comme quand on le quitte.
L’abstention a été une nouvelle alarme lors de ces élections départementales avec un taux de 67 %, c’est-à-dire bien supérieur à 2015 où elle était à un taux déjà en hausse à 50%.
Cela force à la réflexion sur les moyens de lutter contre cette désertion politique.
Cela doit conduire à une certaine forme d’humilité sur ce que représente notre mandat. Mais surtout, cela nous oblige encore plus à être des élus de terrain, à rendre compte de notre mandat, et à expliquer, tous les jours, ce qu’apporte le département aux habitants et aux territoires. Quel paradoxe : le Département, cette collectivité qui a pour missions de prendre en charge tous les âges de la vie de nos concitoyens, devrait être une source de mobilisation électorale. Or, y compris dans les débats nationaux, il a été relégué au second plan.
Nous ne pouvons que constater que la communication pourtant abondante que vous avez pratiquée durant les six dernières années ne génère visiblement pas non plus davantage d’intérêt des habitants.
Le détachement pour les urnes a toutefois été accentué, il faut le déplorer et s’en étonner, par la décision de l’Etat de confier à une société la distribution des plis électoraux comme s’il s’agissait de publicités, oubliant ainsi la spécificité de la distribution adressée qu’accomplit au quotidien La Poste chargée du service public. L’Etat porte ainsi une responsabilité dans le désintérêt constaté et dans un fonctionnement saboté de notre démocratie.
Durant le mandat écoulé, nous avons siégé dans une opposition qui se voulait constructive. Au même titre que vous, de 2004 à 2015, nous avons voté une très large majorité des rapports, la plupart des décisions étant d’intérêt général. En revanche, quoi de plus normal que notre groupe ait contesté certaines décisions, notamment budgétaires et déploré l’absence d’orientations plus affirmées sur des enjeux qui nous paraissent primordiaux, notamment au regard des défis sociaux ou environnementaux qui ne peuvent plus être ignorés.
La diversité d’une telle assemblée est une richesse qu’il ne faut pas vouloir gommée à tout prix pour un record d’unanimité. C’est pourquoi, nous continuerons de nous différencier quand cela sera nécessaire, en espérant être davantage entendus. Dans la mesure où vous souhaiteriez une plus forte contribution, il conviendrait également que vous vous décidiez enfin pour une transparence sur des éléments sollicités. L’expérience sur la présidence de la commission des finances nous a fait, hélas, constater cette rétention d’information.
Enfin, durant le mandat écoulé, les élus de notre groupe ont démontré une implication et une assiduité fortes. C’est pour nous, un élément essentiel dans la façon d’exercer notre mandat.
Nos populations et nos territoires nécessitent à nos yeux une approche différente pour répondre aux exigences d’aujourd’hui et de demain. Vous l’avez d’ailleurs vous aussi consenti durant la campagne électorale sur quelques points. Nous formulons le vœu que la Saône et Loire soit plus solidaire notamment après cette crise qui si elle a fait l’objet d’un plan de soutien unanime nécessite un plan de relance notamment pour notre jeunesse, pour le monde associatif et culturel.
D’ores et déjà, nous sommes assurés qu’il y aura des sujets sur lesquels nous serons en désaccord, et c’est bien logique, car ce ne sera que le reflet d’orientations politiques pour nos populations ou nos territoires  qui nous différencient.
Nous avons constaté des insuffisances qui, espérons-le, trouverons des améliorations dans cette mandature, nous y veillerons.
A titre d’exemples, le constat du traitement de la dépendance, compétence du Département qui doit davantage mobiliser, que ce soit pour la professionnalisation des aides à domicile, les moyens insuffisants des EHPADs, comme la proposition de solutions alternatives pour nos personnes âgées.
La crise sociale amplifiée par la crise sanitaire exige des réponses structurelles adaptées.
Les exigences climatiques réclament urgemment des orientations plus offensives et de l’anticipation.
La solidarité aux communes proposée par l’ATD, devenue sous dimensionnée sous votre mandat, doit être de nouveau opérationnelle et réactive ; les communes ont un besoin impérieux de cette ingénierie.
Le Département devra aussi travailler en meilleure concertation quant au soutien aux territoires avec la Région Bourgogne Franche-Comté, dont la majorité de gauche sortante a été largement reconduite.
Nous attendons enfin une consultation effective sur les grands projets, comme Eclat qui, jusqu’à présent, a avancé en catimini.
Nous engageons donc ce mandat dans un climat constructif pour autant que vous voudrez bien nous associer. Nous sommes déterminés à devoir répondre aux attentes de nos concitoyens et aux exigences sociales, climatiques et territoriales dans notre département».


Dominique Lotte

Président de Saône-et-Loire unie
«Chacune et chacun a fait une analyse du cycle qui s’est terminé. Chacune et chacun a évoqué l’abstention qui est un drame démocratique, pour des politiques du quotidien. On peut regretter cette situation. Nous devons nous poser la question de savoir la part de responsabilité que nous portons tous, à côté de la mascarade de la distribution des prix électoraux.
Nous devons trouver des solutions et y travailler collectivement. Avant même le 1er tour, beaucoup craignaient la présence du Rassemblement National dans cette assemblée. Personne n’avait vu venir son effondrement. Ne baissons pas la garde.
Enfin, sur un même jour pour deux élections différentes, nous avons dans notre département, des résultats diamétralement opposés, pour deux majorités différentes. Quels enseignements tirer ? C’est une démonstration. Ce qui a compté c’est un bilan, un projet et des personnalités pour les porter. Finalement au travers de ces résultats, l’envie des électeurs de se dépasser avec l’intérêt public. Le groupe Saône-et-Loire uni est un groupe qui se dit autonome. On a dit notre choix. Cela nous a été reproché. Mais c’est une honnêteté intellectuelle. Cette volonté de dire politiquement les choses, sur quatre binômes trois ont été élus. Notre volonté est de trouver le consensus, pas le compromis.
Consensus, car nous serons libres de notre parole. En matière de santé, si l’horizon s’éclaircit, des nuages sombres restent sur l’écononomie mais pas seulement. On a besoin de moyens. Le vieillissement est une priorité. On devra innover. Priorité aussi pour l’inclusion des personnes âgées. Tourisme, agriculture doivent être accompagnée.
La question de la santé doit rester une priorité dans le mandat qui s’ouvre. Concernant la jeunesse, on avait tous salué la volonté d’accompagner les jeunes financièrement.
Il faudra lui donner le sens des priorités et le moral. A nous de nous mettre au travail et d’être innovants.


Sébastien Martin

Président du groupe de l’Union pour l’Avenir de la Saône-et-Loire
«Notre groupe a été renforcé, renouvelé, étoffé. Il aura une responsabilité particulière. Il aura Monsieur le Président la volonté de vous accompagner. Je vous félicite pour votre réélection. C’est le signe d’une méthode approuvée.
C’était une élection sur notre nom, pour représenter les habitants de notre territoire.
Je veux citer Alphonse de Lamartine «Un travail est fini et un nouveau commence».
Cette abstention doit être remettre en cause notre légitimité. Ce serait insultant pour ceux qui sont allés voter. Cette abstention doit nous inciter à agir encore plus.
Monsieur le Président, le département à vos côtés a été au rendez vous des crises et des enjeux majeurs : La santé, la RCEA, l’attractivité du territoire et la manière dont nous avons répondu aux enjeux de sortie de la crise.
Pour ce nouveau mandat, les élus du groupe de la majorité seront au rendez-vous des enjeux que vous avez fixés : Infrastructures, santé, vie associative et sportive. Et évidemment les sujets liés à l’aménagement des communes.
Cela passera par une action volontariste».
Alain BOLLERY