Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
> Opinion > Majorité Présidentielle
28/02/2024 14:50
3862 lectures

OPINION : «Une défense européenne ? Une armée européenne», estime Pierre Brugniau

Communiqué :
Une défense européenne ? Une armée européenne !
Plus jamais la guerre !
Et pourtant elle continue.
Citons Jean Jaurès : « La guerre est faite par des hommes qui ne se connaissent pas et ne se veulent pas de mal, pour le compte de gens qui se connaissent très bien et se veulent du mal ».
Le président Macron dans son discours à la cérémonie d’hommage aux victimes françaises des attaques terroristes du 7 octobre, a réaffirmé les valeurs de la République Française. Quel plaidoyer pour la vie, la tolérance et la paix.

Pour parler de la paix prenons l’exemple de la guerre en Ukraine…
Dans un premier temps, Poutine intoxique, par sa propagande. Prétend que des nazis d’Ukraine et d’autres pays européens menacent la Russie. Mensonge ! Les nazis, ça existe. Même s’il y en a sur le territoire européen, ils ne sont pas de taille à envahir la Russie.  
Ce mensonge ne trompe personne et ne légitime pas sa guerre. Il nie même l’existence d’un peuple et d’un état ukrainiens. En réalité, Poutine veut annexer l’Ukraine pour s’approprier le blé, le charbon, la capacité de production, toutes les ressources. Il pensait l’emporter en quelques jours par des manœuvres d’intimidation. Un autre scénario a eu lieu.
Attaquée, l’Ukraine devenait légitime à mener une guerre « défensive ». Elle a affronté Poutine, l’a surpris, l’a stoppé. Mais elle échoue à le repousser chez lui. Elle n’a ni le nombre, ni la puissance militaire pour l’emporter seule.  Elle a appelé au secours, l’Otan, l’Amérique, l’Europe. Réponse apportée à minima. Biden est hésitant, muselé par l’opposition du congrès. Si Trump redevient président, il n’aidera pas l’Ukraine.
Reste l’Europe. Même si sa volonté politique est là, sa puissance militaire ne l’est pas. Certes des avions Polonais, des chars Anglais et Allemands, des canons « César » Français sont généreusement donnés. Les Américains, les Polonais et les Français forment des pilotes de F16. Il faut du temps. Il passe et permet à Poutine de se renforcer.
Une armée européenne forte l’aurait-elle dissuadé d’attaquer l’Ukraine ? Peut-être, mais en tout cas la faiblesse politique et militaire de l’Europe lui a permis d’envisager une victoire facile.
A quand le retour de la paix ?
On voit bien les manœuvres générales. Poutine a commencé par l’Ukraine. Sa victoire totale lui permettrait d’envisager l’avancée en Pologne. Surréaliste ? Non ! Sa récente interview par un journaliste inconditionnel soutien de Trump le confirme. Il est sûr de sa victoire en Ukraine. Il affirme sur un ton badin, qu’il n’a aucune intention d’attaquer la Pologne, ni la Lettonie. Il prépare tout le contraire. Son industrie tourne à fond pour fabriquer des armements. Ses alliances avec l’Iran et la Corée du Nord, lui permettent de recevoir encore plus d’armes et de munitions.
Parallèlement, il mène à fond une cyber guerre. Si elle ne tue ni civils, ni soldats, c’est une redoutable force qui met nos existences et notre civilisation en péril.
Le rassemblement national et la France insoumise, principaux soutiens de Poutine en France, souhaitent une négociation de paix immédiatement. Cet accord ne pourrait que reconnaître la situation actuelle, à savoir le contrôle d’une partie du territoire ukrainien par Moscou.
Cela ne vous rappelle rien ?
En 1938 les accords de Munich dépeçaient la Tchécoslovaquie au bénéfice d’Hitler. Les gouvernements Anglais et Français donnaient du temps à Hitler pour renforcer son armée et se retourner contre la France deux ans plus tard. Churchill avait vu juste et déclarait :
« Vous avez eu le choix entre le déshonneur et la guerre, vous avez choisi le déshonneur et vous aurez la guerre. »
On ne peut pas accuser le Président de la république française d’être un va-t-en guerre, si l’on se souvient du temps qu’il avait passé à tenter de négocier la paix avec le Président Poutine avant le déclenchement des hostilités. A ce jour nous ne pouvons que craindre la victoire de Poutine en Ukraine, puis en Pologne et dans les Pays Baltes. Pessimisme ? C’est une hypothèse. Un grand nombre de pays la font. L’attaque de la Pologne impliquerait l’OTAN. En vertu des accords signés, les pays membres se rangeraient aux côtés de la défense armée de la Pologne. Et on n’aurait rien vu venir ? Il vaut peut-être mieux s’alarmer à tort et se préparer au pire que d’être écrasés par une armée prête tandis que nous, nous ne le serions pas.
Le chemin vers la paix passe donc par une Europe unie au plan politique, forte économiquement -pour son indépendance- forte militairement -pour sa défense. La France est puissante, au sein d’une Europe unie. Français et Européens peuvent ainsi espérer vivre en paix, en sécurité.
Pierre BRUGNIAU