Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
> Opinion > De gauche
23/02/2024 03:10
1919 lectures

OPINION : Missak et Mélinée Manouchian au Panthéon, la LDH salue la reconnaissance de la contribution des étrangers à la résistance

Communiqué de la Ligue des Droits de l'Homme :
Missak et Mélinée Manouchian au Panthéon : la LDH salue la reconnaissance de la contribution des étrangers à la résistance
La LDH (Ligue des droits de l’Homme) se félicite de la décision du président de la République, Emmanuel Macron, de procéder, ce 21 février 2024, au transfert au Panthéon des cendres du résistant Missak Manouchian, en compagnie de celles de sa femme Mélinée.
Cette « panthéonisation », demandée depuis plusieurs années par de nombreuses et nombreux citoyens et historiens, dont des membres de la LDH, sera un symbole de la participation de femmes et d’hommes de diverses nationalités à la Résistance française.

Si cette décision est bienvenue, il ne peut être occulté qu’en parfaite contradiction vient d’intervenir l’adoption d’une loi sur l’asile et l’immigration, qui stigmatise les personnes étrangères vivant dans notre pays, réduit leurs droits et précarise nombre d’entre elles comme jamais depuis la Seconde Guerre mondiale
Le poème Strophes pour se souvenir que Louis Aragon a écrit en 1955 se termine par ces vers :
« Ils étaient vingt et trois quand les fusils fleurirent
Vingt et trois qui donnaient leur cœur avant le temps
Vingt et trois étrangers et nos frères pourtant
Vingt et trois amoureux de vivre à en mourir
Vingt et trois qui criaient la France en s’abattant ».
Avant lui, Paul Eluard, en 1949, a consacré son poème Légion à l’ensemble de ces vingt-trois résistants étrangers torturés et fusillés par les nazis, sans mettre l’un d’entre eux en exergue.
La LDH considère qu’il est important que, lors de la cérémonie, soient nommés par le président de la République les vingt-trois Francs-tireurs et partisans – main-d’œuvre immigrée (FTP-MOI) assassinés par les nazis avec lui : l’Arménien Armenak Arpen Manoukian, l’Espagnol Celestino Alfonso, les Italiens Rino Della Negra, Spartaco Fontanot, Cesare Luccarini, Antoine Salvadori et Amedeo Usseglio, les Français Georges Cloarec, Roger Rouxel et Robert Witchitz, les Hongrois Joseph Boczov, Thomas Elek et Emeric Glasz, les Polonais Maurice Fingercwaig, Jonas Geduldig, Léon Goldberg, Szlama Grzywacz, Stanislas Kubacki, Marcel Rajman, Willy Schapiro et Wolf Wajsbrot ; ainsi que la Roumaine Olga Bancic et le Polonais Joseph Epstein, responsable des FTP parisiens, ces deux derniers ayant été assassinés peu après.
La LDH tient à saluer la mémoire des femmes et des hommes membres de ce groupe de résistance composé de militants communistes, pour l’essentiel étrangers ou apatrides, dont la plupart étaient juifs, et avec eux la mémoire de toutes celles et tous ceux qui ont donné leur vie pour une certaine idée de la France et de ses valeurs.