Recherche
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
POUR JOINDRE CREUSOT-INFOS
alain.bollery@orange.fr (à privilégier)
SMS et MMS au 06 98 82 18 88
> Opinion > De droite
13/08/2020 10:15
4295 lectures

OPINION : Charles Landre et l'avenir de la Place Schneider

Communiqué :
Je découvre avec consternation que le maire du Creusot choisit un nouvelle fois de dénigrer les propositions que j’émets plutôt que dire quelles sont les siennes. Il se place seulement, face à la menace que représenteraient des idées nouvelles, en ardent défenseur du parking ! Quelle programme !
En 1982 déjà la place Schneider était le malheureux cobaye de cette vision de l’urbanisme de la majorité alors de gauche. Exit la statue d’Eugène Schneider placée dans un coin de place pour faire place à un parking. Comme exit ensuite, pour des obsessions idéologiques d’un autre temps, tout ce qui pourrait rappeler « les Schneider ». On abandonna ainsi la préservation de l’unité architecturale de l’Hôtel-Dieu, la réhabilitation de l’essentiel des batiments industriels de la plaine des Riaux et du plateau des Hauts Fourneaux ou un eco-musée vivant et avec des moyens au sein du Château de la Verrerie.
Mais toujours le même discours : nous défendons les parkings !
Le Creusot, avec ses immenses atouts méritait et mérite toujours qu’on définisse un grand projet urbain pour mieux y vivre et attirer de nouveaux habitants. Ce doit être l’ambition de tout espace urbain.
Au lieu de ça, nourris par des tendances glanées au gré du vent, les rénovations comme le quartier des maisons en bois près d’Harfleur, les projets surimensionnés du CD1 ou du pont de la direction, l’esplanade de la Molette, l’aménagement à la découpe de la plaine des Riaux, le choix de l’architecture bunker de la Nef ont créé autant d’espaces sans identités ni esthétique commune au cœur du Creusot.
La Place Schneider, déjà 2 fois rénovée à grands frais a subi les affres de ces tattonements successifs.
Mais soyez rassurés, on protège vos parkings.
Qu’importe d’ailleurs si l’on fait payer 2 fois (par l’impôt et par le ticket) les parkings de la gare TGV. Qu’importe si la ville a perdu 17000 habitants ce qui rend absurde le discours qui prétent protéger le stationnement dans une ville qui perd donc en moyenne 100 voitures par an. Qu’importe si l’on a vidé les rues du Creusot en pratiquant un étalement urbain déraisonné par la construction frénétique de logements et par l’octroi continu d’autorisation à la création de zones commerciales nouvelles. Qu’importe si la population municipale est passé de presque 40000 à presque 20000 habitants…
On a protegé les parkings…
La place et le quartier Shneider doivent  évidemment constituer, avec le Parc de la Verrerie, le centre d’animation de la ville. Tous les atouts sont réunis pour le faire dans ce superbe espace qui rassemble des éléments forts du patrimoine et de l’identité creusotine. J’ai proposé depuis longtemps qu’on l’organise autour d’une place piétonne, d’un jardin des terrasses entretenu, d’un Château ouvert aux événements culturels, étudiants et d’entreprise. La Place serait ce lieu de rassemblement où l’on organise des événements culturels et festifs toute l’année.
Il est même tout à fait possible d’organiser cette rénovation ambitieuse en préservant le nombre de places de stationnements sur le quartier avant et après rénovation. Mais pour cela il faut faire preuve d’audace et d’imagination. Les rues adjacentes, la rue Marcel Sembat par exemple, offrent des possibilités évidentes. C’est ce que je proposais. C’était clair.
En se plaçant délibérément au ras des parkings, c’est à dire en croyant préserver de petites clientèles éléctorales en prétendant ne toucher à presque rien de ce qui est établi et en croyant pouvoir servir à l’infini des phrases si creuses et des ambitions si désuetes, on se moque des Creusotins.
Ce faisant la majorité évite surtout de définir une nouvelle fois quelle vision de la ville ils défendent pour les décennies à venir. Force est de constater qu’à ce jour il n’y en a pas.
Elevez enfin le débat, l’aménagement urbain du Creusot et particulièrement du quartier Schneider mérite bien mieux.
Charles Landre
Leader de l'opposition au Creusot