Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
> Faits Divers > Au Creusot
23/05/2023 03:16
4313 lectures

Le Breuil - Le Creusot : Le refus d'obtempérer lui coûte 15 mois en prison

Les Policiers connaissent le conducteur... Son permis est annulé depuis 2020...
Le prévenu est speed. Remonté, fatigué. Le 16 mai, soit mardi dernier, il s’est fait arrêter au Creusot après une course poursuite. Il est jugé ce lundi 22 mai pour trois infractions.
Il est 20h40, mardi dernier, quand la police est avisée qu’un homme portant des lunettes de soleil fait des allers-retours entre le parc du Morambeau et la salle des fêtes, au Breuil.  Il est au volant d’une Modus verte. Un équipage repère le véhicule sur le parking de la pharmacie. Les policiers connaissent le conducteur, ils se postent pour le contrôler mais la Modus leur passe sous le nez et enchaîne un circuit qui les mènent jusqu’à la promenade du midi. Les policiers mettent fin à la poursuite au niveau du cimetière Saint-Laurent.


« Ils m’ont mis par terre et m’ont cassé deux dents »
Le conducteur est finalement arrêté. « Et là qu’est-ce qui se passe ? » lui demande le président Morelière. La réponse fuse : « Rien. Ils m’ont mis par terre et m’ont cassé deux dents (il montre le côté droit de sa mâchoire) d’un coup de rangers. » Il ne s’était pas débattu ?
« Non ! Ils avaient sorti leurs armes, alors moi... »

Il avait balancé un sac dans le parc de la Verrerie. On l’a trouvé, il contenait des boîtes de Zopiclone, « un médicament pour dormir, c’est pas illégal mais on me l’avait donné, alors… » Alors décidément tout se trafique. Il avait pris du cannabis deux ou trois jours avant les faits, il y avait des traces en lui, et aussi des traces d’opiacées : il prend de la méthadone. Son permis est annulé depuis 2020.

Évidemment, des souffrances enfouies ne sont pas loin
A son casier 7 condamnations, toutes en lien de près ou de plus loin avec la question des stupéfiants. « Que faire pour que vous sortiez de la drogue ? 
– Vous croyez que ça m’amuse d’avoir une vie de merde comme ça ? Il faudrait une machine à remonter le temps, pour que je fasse autrement.
– Vous avez des soins en addictologie.
– On me prescrit de la drogue pour arrêter la drogue… »
C’est pas faux, certains sont sous méthadone depuis si longtemps, 10 ans, 15 ans, davantage. Le président donne quelques éléments de sa vie : célibataire (il a environ 35 ans), sans enfants, votre mère vit dans le nord… Le prévenu écrase une larme : « On peut revenir au sujet, là ? – Ne manquez pas de respect au tribunal ! » répond le président. L'homme a quitté le quartier des Charmilles il y a peu.  « J’ai rendu mon appartement, c’était urgent que je m’en aille. »

Réquisitions 
« Monsieur a commis trois faits délictuels, dont un refus d’obtempérer dangereux punissable de 5 ans. » A cela s’ajoutent la conduite sous stupéfiants (cannabis quelques jours avant, et une réaction en réalité à la méthadone), et la conduite malgré la perte totale de points du permis. Charles Prost, vice-procureur, rappelle les 7 mentions au casier et requiert la peine de 15 mois ainsi que la révocation de 1 mois de sursis, le tout avec maintien en détention.

L’avocate propose le recours au dispositif AIR
Maître Faure-Révillet plaide essentiellement la peine : « il a besoin de soins et d’accompagnement. Faire ne serait-ce qu’une formation n’est pas si simple, aujourd’hui.
C’est toute la difficulté de se sortir de ce milieu, et pourtant il a quitté les Charmilles. » L’avocate propose au tribunal le recours au dispositif AIR (accompagnement individuel renforcé, piloté par l’association AEM). Le prévenu a la parole en dernier : « Moi, j’ai envie de bouger, de montrer que je peux bouger. »

15 mois avec maintien en détention puis un suivi renforcé
Le tribunal le condamne à la peine de 24 mois de prison dont 12 mois sont assortis d’un sursis probatoire renforcé pendant 2 ans : obligations de travailler et/ou de se former, suivre des soins, intégrer le dispositif AIR. Le tribunal révoque en outre 3 mois d’un sursis antérieur, avec incarcération immédiate, et maintien en détention pour les 12 mois ferme.

« L’objectif est vraiment que vous vous réinsériez »
Ça fait 15 mois à passer en prison, avant la période de probation avec un suivi sur tous les fronts.
« Monsieur, lui dit le président. L’objectif est vraiment que vous vous réinsériez dans la société. – C’est ce que je veux ! – Ça vous demandera un engagement très important et il faut commencer à préparer tout ça en détention. – Fffff. »
Florence Saint-Arroman