Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
> Communauté le Creusot Montceau > COMMUNAUTE URBAINE
24/01/2022 03:17
16084 lectures

TORCY : Mais pourquoi donc avoir mis les conteneurs des «ordures ménagères» derrière le fourgon d’une prostituée ?

Sauf à vouloir faire partir la péripatéticienne - ce qui n’est pas gagné -, il faut reconnaître que le choix opéré, par la Communauté Urbaine, n’est pas particulièrement judicieux. C’est le moins que l’on puisse dire. Des fidèles de creusot-infos s’en sont émus.
Avoir installé les conteneurs d’ordures ménagères derrière le fourgon d’une prostituée ne ravit pas tout le monde, comme en témoignent plusieurs interpellations dont creusot-infos a été destinataire, avec étonnement, ironie et/ou colère…
Le lieu est visuellement connu. Sur la RD680 entre le rond-point du Vieux Saule et Montcenis, il y a le parking dit du «Bois de Brion» connu et identifié, depuis un demi si ècle au moins, comme un lieu de rendez-vous pour les personnes du même sexe.
Et de l’autre côté, depuis quelques années, est stationné le fourgon d’une prostituée sur, ça ne s’invente pas, le «Chemin des Bourreliers» !

On ne rentrera pas dans le débat de savoir quel est le lieu de rendez-vous le plus prisé. Par contre ce que l’on sait c’est que les conteneurs d’apports volontaires pour les ordures ménagères, récemment installés, juste derrière le fourgon de la prostituée, n’ont pas déclenché des coups de cœur.
«Qu’on nous supprime le ramassage des ordures ménagères, pourquoi pas même si c’est contestable… Qu’on nous demande d’emmener nos déchets dans des points de collecte, ok… Mais franchement au cul du fourgon d’une prostituée, il y avait certainement un endroit mieux à trouver».

«Il faut dire quoi à nos enfants ?»

C’est le cri du cœur lancé par un fidèle de creusot-infos. Et il n’est pas le seul à avoir réagi rapidement et vertement. «Il faut dire quoi à nos enfants s’ils voient la dame dans le camion où s’ils voient un Monsieur monter dans le camion ? Que c’est une prostituée ? Que c’est un client ? Que le conteneur jaune les emballages c’est aussi pour les préservatifs ?», demande une maman…
D’autres fidèles se demandent pourquoi un autre lieu n’a pas été choisi dans le même secteur ? «Le point de collecte aurait quand même pu être installé plus loin que le fourgon de cette dame. Je n’ai aucun commentaire à faire sur ses activités. Mais la Communauté Urbaine aurait pu se dispenser d’installer les conteneurs à cet endroit précis. Il suffit d’un peu de bon sens».
La réponse est peut-être tout simplement que la personne qui a décidé de l’implantation du point de collecte ne connaît absolument pas les habitudes du secteur. «Ca peut quand même prêter à confusion de s’arrêter en plein jour pour jeter ses ordures ménagères et ses emballages ici. J’ose espérer que les élus de la commune ont identifié le problème».

Si vous avez beaucoup à décharger…

Comme il n’est jamais trop tard pour revenir sur une mauvaise décision, on veut bien croire que ce qui cause problème à beaucoup d’usagers – et on peut le comprendre – sera rapidement qu’un mauvais souvenir.
A moins que la dame soit invitée à aller voir ailleurs. Et en l’occurrence il n’est même pas possible d’installer un panneau d’interdiction d’arrêt ou de stationnement, car alors les usagers, avec les déchets, eux aussi ne pourraient plus venir faire leurs donations pour préserver l’environnement.
Et on ne parle même pas, pour terminer avec le sourire, de la question qui n’a toujours pas été tranchée, de savoir si les préservatifs doivent aller dans les contenants ou dans les fermentescibles. Car même les élus verts n’ont jamais répondu à la question. On remarquera juste que les personnes qui amènent leurs fermentescibles et qui ont beaucoup à décharger – ce qui est quand même dans l’ordre des choses pour les apports volontaires des habitants privés de ramassage à leur domicile - doivent se garer entre le fourgon et le conteneur noir. Ce qui n’induit aucune déduction !
Alain BOLLERY