Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
> Bourgogne Franche comte > BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE
11/07/2023 03:16
4079 lectures

SAONE ET LOIRE : Les élus de la majorité régionale de gauche sont contents des millions qui arrosent le territoire

La gauche, sans verser dans l’euphorie, met en avant les concrétisations de sa politique à l’échelle des territoires.
Heureux ! Pas de sujet qui fâche ce lundi au Creusot, à l’occasion de la conférence de presse que les élus de la majorité régionale ont tenue. Ils ont parlé des engagements financiers de la région, «bien souvent premier contributeur», comme le souligne Jérôme Durain, le chef du groupe PS, mais ils n’ont pas parlé de la réhabilitation de la ligne SNCF entre Chagny et Nevers, avec l’essentiel des travaux en Saône-et-Loire.
Sans doute un oubli. Mais comme le vice-président en charge des transports n’est pas élu en Saône-et-Loire c’est sans doute sa chasse gardée… A moins qu’il ne faille pas remuer le couteau dans la plaie des usagers. Pas question donc de parler de la réouverture de la ligne en décembre, plutôt qu’en février. Mais chut, pas de sujets qui fâchent ou vous l’a écrit.

Mais de ce sujet il faudra bien en reparler un jour… Et plus souvent s’il le faut.
En attendant, les élus rassemblés au Creusot avaient tous le sourire. La verte EELV Claire Mallard, et les socialistes Nathalie Leblanc, Laëtitia Martinez, Jean-Claude Lagrange, Franck Charlier et donc le chef Jérôme Durain.

«Des pépites sur tout le territoire»

Avant de tenir une conférence de presse ils avaient fait un peu plus connaissance avec la start up (lire par ailleurs).
Comme les prochaines élections régionales auront lieu en 2028, on ne peut pas que ce lundi les élus de la majorité étaient en campagne. Ils n’empêchent c’est un vrai un inventaire à la Prévert qui a été le fil rouge de leur expression territorialisée dans une ville du Creusot où la Présidente Marie-Guite Dufay n’est pas revenue depuis qu’elle a été réélue.
Faute de Présidente au front, c’est donc les autres membres de l’exécutif qui font le job et le service après-vente.
«Le Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté fait beaucoup pour le département de Saône-et-Loire dans tous les champs de ses compétences», assène Jérôme Durain.
Jean-Claude Lagrange en veut pour preuve les 15 millions d’euros de financement dont la Communauté Urbaine va bénéficier et environ le même montant pour le Grand Chalon.
Le Maire de Sanvignes évoquant l’écosystème industriel du territoire, souligne combien une aide de 50.000 euros pour une petite entreprise peut être vitale.
«C’est pour cela que l’on a des pépites sur tout le territoire», renchérit Laëtitia Martinez, soulignant combien les investissements réalisés par la communauté urbaine et subventionnés par la Région sont importants, par exemple pour le développement de l’école d’ingénieurs l’ESIREM au Creusot.

Sur tous les territoires

Claire Mallard veut y voir les fruits de «la politique de développement territorial». Dans les grandes agglomérations de Saône-et-Loire, mais aussi sur treize autres territoires de la Saône-et-Loire qui bénéficient de l’appui de la Région. «C’est quand même 40 millions d’euros» souffle-t-elle, évoquant encore les 13 millions mobilisés pour 26 centralités rurales. «Et je rappelle qu’a été mise en place l’éco conditionnalité pour les constructions de bâtiments».
La chef du groupe des Verts évoque encore les 160 projets soutenus en Saône-et-Loire, la reconquête de la biodiversité, les 60 vergers de sauvegarde, les 35 projets de continuité écologique, avec des replantations de haies, l’accompagnement de l’évolution des pratiques agricoles, ou les aides pour l’agriculture biologique, pour produire et consommer local.

Faire baisser les prix de l'accès à la culture

C’est au tour de Nathalie Leblanc de parler culture, avec un maître mot : L’équité. Avec aussi de la concertation avec les acteurs culturels. Car si la Saône et Loire est forte de trois scènes nationales, la Région ne veut oublier personne. . C’est le sens d’un projet qui associe 29 communes dans le Brionnais, avec un artiste plasticien. Avec un fil : «Faire baisser les prix, car c’est aussi l’accès à la culture.
Franck Charlier parle lui formation. Déjà pour souligner que la Bourgogne – Franche-Comté a le taux le plus élevé de m2 par lycée, avec 2,6 millions de mètres carré. Et que cette année elle aura consacré 24,9 millions d’euros pour l’ensemble de ses lycées. Et si le Conseil Régional a décidé d’augmenter le prix des repas, c’est «avec la volonté de ne pas réduire les portions ni perdre en qualité. Avec aussi une tarification sociale».
Toujours sur le sujet de la formation, Laëtitia Martinez met en avant les 1,7 million d’euros consacrés à la vie étudiant.
Alain BOLLERY
 

Cliquez ici pour en savoir plus