> Bourgogne Franche comte > BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE
20/07/2022 03:16
15157 lectures

Rémy Rebeyrotte : «Dès que Marine Le Pen a le dos tourné, les fachos dansent…»

Le Député de Saône-et-Loire, Rémy Rebeyrotte a répondu par un salut nazi à un salut nazi d’un Député du RN. Marine Le Pen, lors de la conférence des Présidents a réclamé des sanctions. Rémy Rebeyrotte s’explique et dénonce.
Rém Rebeyrotte, député de Saône-et-Loire, élu sur la circonscription Autun – Le Creusot – Chagny, va-t-il être sanctionné par le bureau de l’Assemblée Nationale ? C’est ce que Marine Le Pen, la Députée et numéro un du Rassemblement Nationale, a demandé au bureau de l’Assemblée.
Elle accuse le Député de Saône-et-Loire d’avoir fait un «salut nazi», en direction d’un Député de son groupe. Ce que Rémy Rebeyrotte ne conteste pas. Joint par téléphone, par creusot-infos, il s’en explique : «Lors de l’un des deux votes sur le Pass Sanitaire, un élu du Rassemblement National, qui est en haut de l'hémicycle et qui doit être du Nord de la France, a fait un salut nazi. Je lui ai alors fait le même signe pour très clairement lui signifier que ce n’est pas possible. Et j’ai dit que j’allais saisir le bureau de l’Assemblée Nationale».
Selon Le Parisien, «l’élu de la majorité a été vu notamment par Marc Le Fur (LR), qui l’a interpellé au micro : « Ne recommencez plus (…) c’était pas beau M. Rebeyrotte »
Le Député de Saône-et-Loire relève qu’il a ensuite subi des pressions physique de trois parlementaires du Rassemblement National».
Marine Le Pen a demandé, mardi, des sanctions contre Rémy Rebeyrotte. «Je pense surtout qu’elle a voulu allumer un contre feu», réagit le Député qui poursuit : «J’ai déjà été reçu par la Présidente de l’Assemblée Nationale qui voulait avoir ma version après avoir reçu mon courrier».
Rémy Rebeyrotte, peu habitué à manier la langue de bois, lance encore : «Dès que Madamde Le Pen a le dos tourné, les fachos dansent ! Chassez le naturel, il revient au galop». Et de dénoncer encore : «Monsieur Chenu, dans un couloir, a cherché à m’intimider. Mais il va avoir du mal…»
Alain BOLLERY