Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
> Bourgogne Franche comte > BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE
14/02/2024 18:45
42630 lectures

Le Creusot TGV : 100 millions d’euros d’investissement, 300 emplois, pour fabriquer et assembler des micro réacteurs nucléaires pour l’industrie

Le projet, porté par la start-up Jimmy, soutenu à hauteur de 32 millions par l’Etat, a été officiellement dévoilé. C’est le plus gros investissement jamais lancé sur la zone CORIOLIS, la Communauté Urbaine et en Saône et Loire. Il va générer 300 créations d’emplois. Les explications de creusot-infos sur un projet d’envergure nationale.
«Pendant le confinement je m’étais installé chez des amis à Saint-Léger sous Beuvray… Et depuis je me suis toujours dit que notre investissement et notre installation, ce serait très bien à côté de la gare de Creusot TGV qui est très bien placée. C’est chose faite !» C’est Antoine Guyot qui parle. Il est le jeune PDG de Jimmy qui a donc choisi la zone CORIOLIS devant la gare de Creusot TGV pour développer, fabriquer et assembler des générateurs thermiques nucléaires, pour fournir de la chaleur décarbonée à des sites industriels et notamment aux géants de l’agroalimentaire.

Antoine Guyot, de ses mots, considère le territoire communautaire , comme «un site industriel remarquable».
Antoine Guyot, Mathilde Grivet, la directrice générale de Jimmy et François Petetin, son directeur industriel, étaient mardi matin au Creusot pour dévoiler le projet, au cours d’une conférence de presse qui s’est tenue au Château de la Verrerie.
Ils ont été accueillis par David Marti, maire du Creusot et Président de la Communauté Urbaine Le Creusot – Montceau, en présence d’Yves Séguy, préfet de Saône et Loire, de Rémy Rebeyrotte, député de Saône et Loire, de Jean-Claude Lagrange, qui représentait le Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté.
L’investissement, d’un montant total de 100 millions d’euros, est soutenu à hauteur de 32 millions d’euros par l’Etat, dans le cadre de France 2030. Un soutien énorme et inédit qui montre combien l’Etat croit en ce projet.
La révolution verte industrielle est en marche et elle va donc avoir un peu plus la Communauté Urbaine Le Creusot – Montceau pour épicentre. Framatome, on le sait, relance la filière nucléaire à la vitesse du TGV et Industeel groupe ArcelorMittal se met au diapason, avec la récente pose de la première pierre de la coulée continue verticale (cliquez ici pour lire notre article).
L’investissement porté par Jimmy est à la fois révolutionnaire et stratégique. Jimmy va en effet remplacer les brûleurs à gaz, très largement utilisés dans l’industrie, par des micro-réacteurs nucléaire, que l’on appelle SMR. Il n’émettent pas de CO2 et se branchent directement aux installations industrielles.
C’est un peu, pour prendre des images, comme si on branchait une entreprise directement sur une centrale hydroélectrique, ou sur un parc éolien dédié. A une différence près avec ce dernier exemple : L’entreprise ne serait pas en panne quand il n’y a pas de vent. CQFD.
L’intérêt est double : D’abord de participer à la décarbonation, ensuite en proposant une chaleur moins chère «grâce au savoir-faire du nucléaire français. Le tout se fera sous le contrôle de l’ASN, l’Autorité de Sûreté du Nucléaire.
Il est important de préciser qu’il n’y aura pas de fission nucléaire sur la zone CORIOLIS, devant la gare de Creusot TGV. Jimmy va fabriquer et assembler les micro-réacteurs. L’information est importante à souligner pour éviter toute mauvaise interprétation ou désinformation de la part des opposants de toujours au nucléaire.
Les choses vont aller vite avec dès ce 15 février le vote de la Communauté Urbaine pour vendre le terrain à Coriolis, puis un début des travaux de construction, très rapide, de l’un des trois bâtiments. A court terme, Jimmy, dont le siège est à Paris, emploiera 300 personnes sur la zone CORIOLIS.
Alain BOLLERY
 

1500 créations d’emplois à venir sur le territoire

L’information a été donnée par David Marti lors de la conférence de presse : Entre les nouvelles implantations et les développements industriels à venir, ce sont 1500 emplois qui vont être créés sur le territoire communautaire. Le Président de la Communauté Urbaine a donné rendez-vous au 6 Mars pour une autre annonce.
 
 
David Marti : «On est vraiment dans
un secteur stratégique national»
Maire du Creusot Président de la Communauté Urbaine
«C’est un projet d’envergure nationale et en prime nous accueillons une entreprise innovante, au service de la transition énergétique. C’est à la fois innovant et vertueux. Jimmy imagine, crée et réalise.
Nous sommes ici dans la réindustrialisation. Cela fait 40 ans que l’on dit, alors que pendant des années avait été imaginé que l’on pouvait ne pas produire ici en France. Non il faut produire ici. Il faut implanter et développer. Très clairement la transition énergétique va dans le sens de la performance et cela de façon stratégique. On est vraiment dans un secteur stratégique national.
En ce sens, il y a nécessité à aider les territoires qui participent à la réindustrialisation. Les aider financièrement pour la mise en place d’un écosystème comme c’est le cas dans la communauté urbaine».


Yves Séguy : «Une terre d’industrie et du futur»
Préfet de Saône et Loire
«Ici, c’est plus qu’un territoire d’industrie, c’est une terre d’industrie. Le projet c’est à la fois la maîtrise énergétique et économique. Nous avons le devoir d’accompagner, d’encourager le phénomène de réindustrialisation.  Quel beau symbole de se détacher, ici, sur ce territoire, du charbon, du pétrole et du gaz. Les 32 millions d’euros que l’Etat apporte à ce projet, c’est le crédit confiance qui est placé en vous. C’est un projet national. Il faut ici que l’écosystème soit à la hauteur des enjeux, avec des milliers de recrutements, sur ce territoire d’industrie et du futur. Avec les sites clés en main voulus par le gouvernement, tout sera simplifié. Pour le mieux possible et le plus vite possible. Cette partie de la Saône et Loire est reconnue par ses valeurs industrieuses, car on y trouve la culture de l’industrie».


Antoine Guyot : «20 à 30 micro-réacteurs par an»
PDG de Jimmy
«Nous avons été très bien accompagné pour notre implantation ici. Notre objectif c’est la production de chaleur décarbonée et compétitive, avec des générateurs thermiques. Les premiers utilisateurs seront dans l’agroalimentaire, la papeterie, ou encore la chimie. Nous visons une production en série de, 20 à 30 micro-réacteurs par an. Nous allons construire trois bâtiments. Le premier sera un atelier de fabrication et d’assemblage avec 80 personnes. Le second concernera une quinzaine de salariés avec le stockage des cuves qui composent le générateur. Le troisième, en 2028, sera un atelier de préparation des combustibles, avec la poudre d’uranium, sous le contrôle de l’ASN. Au total, notre objectif est d’avoir 300 salariés. Et nous savons qu’il y a des compétences et des ressources sur le secteur».


Jean-François Debost : «Jimmy
va tirer la filière vers le haut»
Directeur de Nuclear Valley
«C’est un projet que nous accompagnons depuis plus de 2 ans. Et très vite s’est imposé un site dédié. Il était au rang des beaux projets qui ont été déposés. Dix sont accompagnés par France 2030. Au total, 260 entreprises travaillent dans la filière.  Un emploi créé, en génère à côté deux et demi… Le développement de Jimmy va tirer la filière vers le haut».


Jean-Claude Lagrange : «Un secteur d’avenir»
Conseiller régional de Bourgogne en charge de l’économie
«Si Le Creusot a gagné cette implantation par rapport à d’autres régions, c’est aussi grâce à sa situation et sa gare TGV qui est un atout. Il y a ici de la valeur ajoutée pour les emplois industriel. On est vraiment dans l’enjeu de la décarbonation de l’industrie. C’est un secteur d’avenir».


Rémy Rebeyrotte : «La question des SMR est stratégique»
Député de Saône et Loire
«Je me souviens de l’amendement de novembre 2021, dont on m’avait dit qu’il était l’amendement le plus cher de la 5ème  République, avec 34 milliards d’euros pour France 2030.
On est ici au cœur de la croissance industrielle. Le travail est fait par la Communauté Urbaine. Ici c’est la Saint-Valentin tous les jours pour l’industrie et l’économie. Car ici on aime l’entreprise et l’industrie avec des grands projets innovants. La question des SMR est stratégique. C’est un enjeu majeur, pour une décarbonation efficace. Le nucléaire est incomparable et indispensable pour celle-ci».

Lire aussi notre Edito :
Le Creusot encore plus capitale de l’industrie verte et vertueuse