Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
> Bourgogne Franche comte > BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE
21/09/2023 03:16
5961 lectures

Fermeture de ligne Dijon – Nevers : Les cars de substitution s’approchent enfin de la gare de Chalon sur Saône

Et ce n’est pas du luxe pour les usagers qui voyagent entre Le Creusot et Dijon, via Chalon sur Saône.
N’allez pas demander qui avait pris la décision, car l’essentiel c’est que depuis lundi, les usagers des cars de substitution sont enfin un peu mieux considérés du côté de la gare de Chalon sur Saône.
Explications : Depuis la fermeture de la ligne, les cars de substitution, en arrivant, ou avant de repartir de Chalon sur Saône, étaient stationnés au plus loin dans la gare routière qui est dans la prolongement de la gare SNCF.
Ce qui à l’arrivée à Chalon sur Saône, depuis Le Creusot et Montchanin, obligeait les usagers / voyageurs à courir pour attraper leur train en direction de Dijon.

Ce n’est désormais plus le cas, ou alors de façon très exceptionnelle ; Après des remontées de plusieurs voyageurs qui dénonçaient et s’élevaient contre cette situation désobligeante, la SNCF a corrigé les choses.
«Les cars de substitution s’arrêtaient au repère numéro 6 qui est le plus loin de la gare», explique Nabil Djaafer, directeur de la communication à la SNCF Bourgogne – Franche – Comté. Et d’annoncer la bonne nouvelle : «Depuis le 18 septembre, il est demandé aux chauffeurs des cars, en fonction des places disponibles, de s’arrêter au plus proche de la gare, c’est-à-dire aux repères 7, 8 ou 9 et même éventuellement 10 si il est disponible». Les repères les plus proches correspondants aux chiffres les plus élevées.
Si la consigne est appliquée, les usagers allant sur Dijon ou venant de Dijon ne sont donc plus forcément dans l’obligation de courir, ce qui est quand même bien plus pratique avec des bagage. Plus cohérent et plus logique. Une adaptation évidemment saluée par les usagers, car en cette période très compliquées, on ne peut pas dire que pour eux les bonnes nouvelles sont légion.
Alain BOLLERY