Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
> Bourgogne Franche comte > BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE
13/07/2022 03:18
5662 lectures

EDITO : Ecologistes et preneurs d’otages

Il y a assurément d’autres moyens d’action que celui d’arrêter la plus grande course cycliste au monde…
Plus écolo qu’un cycliste… deux cyclistes. En choisissant de se mettre en travers de la route pour stopper le Tour de France et perturber grandement la 10ème étape qui se déroulait entre Morzine et Megève, des militants écologistes, sont finalement allés contre les intérêts de leurs revendications. Car on ne peut pas vraiment dire qu’il y a eu une majorité pour approuver leur action coup de poing qui s’est apparentée à prendre les coureurs en otage.
Ne leur en déplaisent c’est au travail des coureurs qu’ils ont attenté. Car les coureurs sont professionnels et ils étaient dans l’exercice de leur travail.

Ces écologistes de l’extrême – qui ne sont certainement pas venus à pied sur la route du Tour - ont voulu tout simplement profiter de l’exposition médiatique de la grande boucle, puisque finalement il n’y avait que cela qui les intéressait. Ils ont pourtant d’autres moyens d’action que celui de prendre des coureurs en otage.
Ainsi, par exemple, parce que personne n’est dupe, pourquoi ne bloquent-ils pas les camions qui remontent toute l’Europe depuis le Sud de l’Espagne, de l’Italie ou du Portugal, pour servir des marchés et des supermarchés en légumes et en fruits bio ? 
Car il faudra que l’on nous explique ce qu’il y a d’écologique à faire rouler des camions, sur des milliers de kilomètres, pour faire plaisir à quelques consommateurs qui, pour certains, ne se soucient guère de l’origine de ce qu’ils achètent et de leur empreinte écologique pour le climat.
Car ce sont les mêmes qui dénoncent le raisin à Noël qui arrive par avion… Mais quelle est la différence ?
Si nous écrivons cela, c’est juste pour souligner que les coureurs du Tour de France méritent juste que l’on respecte leur travail. Mais il est vrai que le Tour est devenu un symbole, autant qu’un totem, depuis que le Maire de Lyon l’a déclaré indésirable dans sa ville.
Heureusement en Saône-et-Loire comme au Creusot ils n’est pas indésirable. Car ici, chez nous, on apprécie à leur juste valeur les efforts consentis à la force du mollet.
Alain BOLLERY