Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
> Bourgogne Franche comte > BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE
30/07/2021 03:17
3545 lectures

Conseil Régional : Julien Odoul répond à notre article le jugeant comme «copie conforme de Sophie Montel»

Le leader du Rassemblement National en Bourgogne – Franche-Comté conteste nos propos. Nous mettons en ligne sa réponse, avec nos commentaires.
Le 24 juillet, nous avons mis en ligne sur infos-dijon, creusot-infos et autun-infos un article de forme éditoriale pour commenter la session de la veille au Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté. Nous avions alors souligné les provocations de Monsieur Odoul et du Rassemblement National, en assurant qu’elles n’avaient rien à envier à celles de Sophie Montel, en début de la précédente mandature (lire notre article).

De toute évidence, Monsieur Odoul n’a pas apprécié et nous a adressé ce qu’il qualifie de «droit de réponse» (lire ci-dessous). Il s’agit plus d’un énième communiqué dans lequel il justifie ses propos tenus le 23 juillet en nous accusant de ne pas avoir tout retranscrit. Il s’élève également contre le fait que nous avons employé le terme de «garçon», le concernant, sans pour autant que cela ait été péjoratif de notre part.
Il faut croire que Monsieur Odoul considère que la campagne des élections n’est pas terminée. Elle l’est pourtant. Et nous sommes en la matière bien placés pour en parler puisque nous avons suivi cette campagne au jour le jour pendant plusieurs mois.
Monsieur Odoul, comme Madame Dufay, comme Monsieur Platret, comme Monsieur Thuriot, comme Madame Modde, comme Monsieur Faudot, comme Madame Rocher, n’a pas eu spécialement à se plaindre du traitement qu’infos-dijon, creusot-infos et autun-infos ont réservé à sa campagne. Nos médias ont fait leur travail, au nom de la démocratie, au nom du pluralisme, comme ils le font à chaque campagne électorale, ce qui nous est unanimement reconnu, même si, on le sait, les perdants ont toujours tendance à considérer qu’on n'en fait jamais assez. Mais il y a des limites à tout.

En la matière, nous précisons à Monsieur Odoul que ce n’est pas parce que lui et son groupe produisent 5, 10, 15 ou 30 vœux, motions et autres déclarations, que nous sommes tenus de tout mettre en lumière. Notre travail est aussi de faire des choix. Car si à chaque session un groupe politique se distingue par 100 vœux, ce n’est pas pour autant que nous serons tenus de relayer l’ensemble.

Venons en maintenant au contenu du texte qu’il nous a envoyé.
1 -  Monsieur Odoul, dans la réponse qu’il nous a adressée, se garde bien de contester notre première affirmation qui était d’expliquer qu’il n’avait pas participé, lui et/ou ses représentants, aux réunions préparatoires, aux désignations des élus dans différents organismes, créant ainsi les conditions du désordre, pour mieux l’instrumentaliser.  Il pointe un accord entre Madame Dufay et Monsieur Platret, pour justifier son comportement du 23 juillet.
2 – Monsieur Odoul assure que notre article ne mentionne pas les propositions de son parti de l’ouverture de la commission permanente au public et à la presse. Tout comme la question des voyages/missions à l’étranger. C’est doublement faux comme le prouve notre compte-rendu publié la veille à 12h50 (lire l’article).
3 – Monsieur Odoul nous accuse également de ne pas avoir fait état du soutien du RN aux éleveurs face au loup. C’est doublement faux. Nous avons en effet publié son opinion sur le sujet (cliquez ici), tout comme nous en avons fait état dans notre compte-rendu de séance (lire à nouveau notre article).
4 – Monsieur Odoul considère qu’il est irrespectueux de l’avoir qualifié de «garçon», ce qui, nous l’affirmons, n’avait rien de péjoratif. Il n’admet pas également que l’on ait qualifié les élus de son groupe de «godillots». Nous lui rappelons donc qu’au cours de la séance, après avoir souhaité que des sessions et commissions permanentes puissent être décentralisées, et après que Madame Dufay lui ait fait remarqué que les membres du RN ne s’étaient pas rendus à la réunion décentralisée à Nevers, Monsieur Odoul a expliqué que le groupe était alors présidé par Madame Montel. Si on comprend bien, il n’était pas d’accord pour ne pas se rendre à Nevers, mais il ne s’y était pas rendu, pas plus que d’autres élus qui sont aujourd’hui toujours élus avec lui à la Région. CQFD.

En résumé, nous voulons bien comprendre que le RN soit déjà dans la campagne de la Présidentielle et des Législatives de 2022 – ce qui n’est d’ailleurs pas contesté – mais évidemment pas question pour nous de ne pas l’écrire, ni de ne pas le mettre en perspective.
Alain BOLLERY avec 
Jean-Christophe TARDIVON

Le courrier que Julien Odoul nous a adressé :