Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
> Bourgogne Franche comte > BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE
10/10/2022 03:17
16745 lectures

BOURGOGNE : Jamais encore les arbres n’avaient été aussi verts au 10 octobre

Du jamais vu ! A 700 mètres d’altitude, au sommet du Mont Beuvray, dans le Morvan, les arbres et la forêt sont restés verts, alors qu’habituellement, à cette époque, ils sont déjà jaunes et/ou rouges. Nous avons interrogé des spécialistes. Ils avancent plusieurs explications.
Et c’est aussi vrai dans la Région du Creusot.
C’est un truc de fou ! Oh certes, il y a bien quelques arbres, surtout parmi les plus jeunes, qui ont déjà viré au jaune ou à l’orange, comme on peut en trouver en ville, mais en ce début du mois d’octobre, les arbres et les forêts affichent encore leurs habituelles couleurs vertes de la fin du printemps et/ou de l’été.
A bien y regarder, on peut même remarquer que des feuillus ont commencé à remettre des feuilles. Comme si on était au printemps. «C’est complètement dingue, c’est comme si la nature était devenue folle, ou incontrôlable, ou incontrôlée», remarquent, en substance, plusieurs habitués des marches en forêt.

Habituellement à cette saison, les enfants n’ont aucun mal à ramasser des feuilles jaunes ou rouges. Cette année, en ce début du mois d’octobre, ils peuvent trouver quelques feuilles de châtaigner ou de marronniers, mais pas de chênes et de hêtres, bien que ces derniers soient, dans l’ordre de la biodiversité, les premiers à changer de couleur.
 
On est loin de ce qui avait été annoncé à la télé et à la radio…
 
Ce qui est complètement fou, toujours, c’est que le phénomène s’étend jusqu’au sommet de Bibracte, là où Vercingétorix avait réunifié les Gaulois. A 700 mètres d’altitude, là où le Mont Beuvray a été déclaré site national, par le Président François Mitterrand, le 17 septembre 1985, tous les arbres ou presque sont eux aussi toujours verts. Et les sols semblent attendre désespérément les chutes de feuilles pour changer de couleur.
Cette situation renvoie forcément aux images dont les télés nous ont abreuvé en août, nous annonçant un automne parmi les plus précoces en raison de la sécheresse, autant que des épisodes caniculaires.
Dans le Morvan, si des feuilles ont brûlé, ce sont juste celles de la forêt de Saint-Prix à cause d’un feu de forêt dont nous avons rendu compte (voire notre dernier reportage photos).
En fait, comme trop souvent, il s’est trouvé des spécialistes qui ont déroulé des discours entendus sur le thème, puisqu’il a fait chaud et qu’il a manqué d’eau, alors l’automne se précoce. Tout faux !
 
Une double conjonction…
 
La nature n’a pas fini de nous surprendre. Pour preuve, en forme de parenthèse, les épisodes cévenols, avec des pluies diluviennes, qui avaient été annoncés, avant même la fin août, n’ont pas eu lieu. Mais soyons honnêtes, rien ne dit qu’on ne les verra pas dans les semaines à venir !
En attendant, dans notre région et dans le Morvan c’est le vert qui est toujours de mise. Pour les couleurs chaudes il faut encore attendre.
Comment cela peut-il s’expliquer ? Les explications sont multiples. Nous avons interrogé deux agents de l’ONF et un pépiniériste. Ils ont chacun leurs explications. Elles ne sont pas identiques, même si elles peuvent se rejoindre ou se croiser.
Ainsi, Frédéric Naudet, pépiniériste et roi du sapin de Noël dans le Morvan, souligne une double conjonction : D’abord «à la sortie d’un été très sec, le Morvan en particulier et la Bourgogne en général ont bénéficié de gros épisodes de pluie. Une véritable aubaine pour les arbres qui étaient en mode protection. Et puis, surtout, à l’exception d’une semaine un peu fraiche, on n'a encore pas eu de gros froid, ni de grosses gelées. Les arbres n’ont donc pas senti l’automne arriver, pas senti le changement de saison».
 
Il faudra attendre fin octobre ou début novembre…
 
Aussi Frédéric Naudet est catégorique : «Il faudra attendre la fin octobre et peut être même le début novembre pour voir vraiment les couleurs d’automne dans toutes les forêts du Morvan !»
La résistance remarquée à la sécheresse autant qu’à des gros épisodes de chaleur, rapproche finalement la forêt de la vigne qui reste toujours verte. On remarquera d’ailleurs à son sujet qu’habituellement début octobre elle est beaucoup jaune ou rouge qu’elle ne l’est aujourd’hui. Ce qui tenterait à prouver que les conditions météo des derniers trimestre ont perturbé l’horloge biologique des végétaux qui ont des racines bien ancrées dans le sol.
Les constats de ces changements notoires avec des couleurs d’automne qui se font désirer sont aussi constatées par les techniciens de l’ONF, l’Office National des Forêts. Olivier Pigneret, ainsi, avoue n’avoir encore jamais vu des chênes aussi verts, jusque dans le Val de Saône.
 
Comme un alignement de planètes
 
Olivier Béné, également technicien ONF, avance lui une explication : «Des arbres qui avaient perdu des feuilles à cause des conditions météo, ont recommencé à faire des feuilles avec d’une part les précipitations de septembre et les températures très douces». Il ne parle pas de second printemps, mais il ne manque pas de souligner qu’en plein été, «il y avait eu aussi des précipitations aussi fortes que brèves qui avaient permis aux arbres de résister».
En fait c’est comme un alignement de planètes. La conjonction de plusieurs facteurs qui ont été comme un starter, pour que les feuillus restent verts au-delà ce que l’on avait connu de mémoire d’homme. Et si des esprits chagrin, contestant le dérèglement climatique, estiment qu’un automne ce n’est rien à l’échelle du temps, ce n’est quand même pas rien à l’échelle d’une vie, puisque dans le Morvan et en Bourgogne personne n’a le souvenir d’un tel retard dans la visualisation de l’arrivée des couleurs d’automne en forêt. Pas de souvenirs et pas de traces écrites non plus.
En attendant que les couleurs arrivent, il reste maintenant à savoir si ce que l’on constate en ce mois d'octobre 2022 se renouvellera dans les prochaines années…
Alain BOLLERY
(Photos Alain BOLLERY
réalisées entre le 3 et le 9 octobre)
 
 

Sur les flancs du Beuvray :


 


 

A Bibracte et à 700 mètres d’altitude au sommet du Beuvray :




 

Dans la Région du Creusot :


 
 
 

Dans la Région d’Autun :