Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
> Bourgogne Franche comte > BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE
20/12/2022 17:00
20824 lectures

Bourgogne - Franche-Comté : La ligne SNCF sera fermée du 10 juillet 2023 au 16 février 2024 entre Dijon et Nevers

Non, non ce n’était pas une blague. La ligne SNCF Nevers – Dijon, ou plus précisément entre Nevers et Chagny, sera bien fermée pendant 7 mois et 1 semaine. Bonjour la galère pour les usagers qui devront choisir entre les cars de substitution et leur voiture.
Le Préfet de Région, le vice-président du Conseil Régional et le directeur de SNCF Réseau ont annoncé le programme des travaux et répondu aux questions.



Et dire qu’au début des années 80 – oui oui il y a 40 ans - on parlait et on annonçait l’électrification de la ligne SNCF entre Chagny et Nevers. Les journalistes de l’époque qui l’avaient écrit, sauf quelques jeunes qui ont un peu vieilli, sont majoritairement morts ou en retraite. Et on ne parle pas des élus/candidats qui à chaque élection ont annoncé que c’était officiel. Y compris quand ils ont été ministres.

Ce mardi 20 décembre à la salle des fêtes «Le Moderne» à Montchanin, ce n’est pas l’électrification de la ligne Chagny – Nevers qui a été annoncée, mais des travaux de régénération. Très clairement, la ligne va être modernisée à 100% entre Montchanin et Chagny avec changement de toutes les traverses, des rails et des traverses. Entre Montchanin et Nevers ce sera quelques tronçons, disons les plus défectueux.
Il a été clairement expliqué que les travaux qui vont être réalisés de juillet 2023 à février 2024 ne le seront pas pour réduire le temps de parcours à 2 heures entre Nevers et Dijon, mais pour éviter d’allonger les temps de parcours d’aujourd’hui de 20 minutes, comme le Préfet de Région Franck Robine, n’a pas manqué de le souligner.
Avec ces travaux, même si le qualificatif n’a pas été employé, les usagers, quoi qu’on en dise, vont être maltraités. L’interruption de la circulation entre Nevers et Dijon sera en effet de sept mois et une semaine. C’est beaucoup et on peut s’étonner qu’il faille autant de temps pour tout changer entre Chagny et Montchanin, ainsi que cela a été annoncé.
Pour ce qui concerne l’électrification, la perspective aujourd’hui se situe entre 2030 et 2037. On peut toujours l’espérer, à défaut d’y croire.
En tout cas, les échanges ont montré que le sujet ne laisse personne indifférent, c’est le moins que l’on puisse dire.
«Les questions posées montrent des attentes immédiates, avec des inquiétudes légitimes. Le Conseil Régional et la SNCF voyageurs y travaillent. Ces travaux d’importance permettent de fiabiliser la ligne qui se trouve sur un grand axe européen.Quand on sent l’intérêt des habitants de la région pour ce mode de transports, c’est un signal positif», a ainsi jugé le Préfet de Région à l’heure de la conclusion.
Alain BOLLERY

Quelles interruptions de circulation ?

  • Nevers – Le Banlay : Du lundi 10 juillet au 2 septembre 2023
  • Le Banlay – Montchanin : Du lundi 10 juillet au vendredi 22 décembre 2023
  • Montchanin – Chagny : Du lundi 10 juillet 2023 au vendredi 16 février 2024



Jean-Yves VERNOCHET
Maire de Montchanin
«Je veux vous faire remarquer qu’arriver à 9h30 à Dijon et en repartir à 15h30 c’est compliqué pour les gens qui travaillent. Et il faut aussi considérer celles et ceux, notamment les étudiants qui finissent pas prendre leur voiture parce que les trains sont bondés».


Michel Neugnot
Vice président de la Région en charge des transports
«Il y a eu des débats, dont la commission de débat public, qui a défini des priorités pour cette ligne. Au bout du débat public il y a dans l’ordre trois priorités.
1 – Régénération des voies
2 – Electrification
3 – A plus long terme, interconnexion
Avec Jean-Baptiste Djebbari, alors Ministre des Transports il y a eu un accord, pour que des lignes soient à 100% Région, ou 100% Etat.
La 100% Région c’est la ligne des Hirdonelles. Et cette ligne Chagny – Nevers qui passe à 100%.
Toutes les commandes réalisées avant le 1er janvier, sont dans le contrat de plan. Ce qui est présenté c’est une phase de travaux.
Il y a nécessité de réaliser des travaux conséquents, pour que les temps de parcours non pas diminuent, mais demeurent.
Le passage à niveau de Mesvres peut faire gagner 4 minutes. Cela reste un point pour gagner plus de temps.
Concernant la consistance des travaux, on a les mêmes problématiques.
On va être à 350 millions d’euros de travaux par an. Dijon – Venarey on a coupé tous les jours de 9 heures à 17 heures.
Pendant la période qui va concerner la ligne cela sera moins bien. Cela dans un contexte de déficit de chauffeurs de cars scolaires.
Le Maire d’Etang m’a signalé qu’un arrêt a été supprimé au changement le 11 décembre… Il y a eu la volonté d’avoir des TER en cohérence, avec le Paris – Nevers – Clermont. Il a fallu 3 suppressions, mais on a remis celui d’Etang. On nous dit qu’il faut demander notre avis, mais on est en incapacité de les prendre si on veut faire plaisir à tout le monde».


Franck Robine
Préfet de la Région Bourgogne – Franche
«C’est ma 3ème venue en Saône-et-Loire et c’est la plus importante.
Nous sommes là sur un axe qui va de Saint-Nazaire, jusqu’au cœur de l’Europe. Nevers – Chagny c’est la dimension locale, mais il y a une dimension internationale.
Il y a une volonté du Gouvernement d’avoir moins d’émissions de carbone. Les Transports c’est 30%. Nous sommes engagés pour baisser de 28% d’ici 2030 et en totalité d’ici 2050.
En maintenant le temps de parcours, sans travaux, cela aurait été sanctionné de 10 à 20 minutes et ensuite sur le maintien de la ligne. Il est indispensable que les travaux soient faits. C’est 137 millions de travaux.
Oui Monsieur le Maire, il y a le quotidien des usagers. Avec le Préfet de la Nièvre, on a pris le temps de prendre le train entre les villes Préfecture. On sera donc très attentifs aux solutions.  La substitution qui ne sera jamais à l’égal, doit être à l’écoute de la population.Ces 137 millions vont profiter à l’économie locale».


Jérôme Grand
SNCF Réseau
«Pour cette régénération, il y a trois co financeurs : 35 millions pour l’Etat, 27 millions pour la Région et 75 millions pour SNF Réseau. Pour 121 kms,
C’est la plus grosse opération de travaux, car il n’y a pas eu d’investissements depuis des décennies. L’âge moyen des composants de la voie, c’est 30 ans entre Nevers et Montchanin et 50 ans entre Montchanin et Chagny.
Pourquoi une fermeture de la ligne pendant les travaux ? On va faire appel à un outil industriel le plus performant, qui fait un kilomètre. Il n’y a pas de solution plus simple et plus rapide et on a besoin des deux voies.
Les travaux de nuit coûtent 30% plus cher.
70% des travaux vont être réalisés des entreprises de la Région, avec 13.000 heures d’insertion»


Cédric Journeau
Président FNAUT BFC
«Le sujet principal, neuf mois de travaux c’est beaucoup, sans doute beaucoup trop. En Franche-Comté, il y a eu une concertation préalable. Pas d’augmentation de la vitesse, c’est pénalisant. Les Neversois ont besoin d’une liaison rapide.
Franck Robinet : En voiture c’est 2h45. En train c’est 2h15»


Christian Delarforge
Maire de Mesvres
«La municipalité de Mesvres n’est pas hostile à des travaux.
Michel Neugnot : «Je me félicite d’une autre perspective.
Jérôme Grand : «C’est la Préfecture qui anime le travail. Mais ça ne fait pas partie de l’opération»


creusot-infos
«Pourquoi 7 mois et une semaine de travaux sur la portion entre Chagny et Montchanin qui représente environ 20à 25% de la ligne concerne ?
Jérôme Grand : «On renouvelle entièrement les deux voies de la ligne entre Cahgny et Montchanin. Et entre Montchanin et Nevers, ce sera par portions».


Sylvain Mathieu
Vice-président du Conseil Régional
«Il ne faut pas perdre de vue Nevers – Dijon en moins de 2 heures. C’est important pour l’agglomération de Nevers
Franck Robine : «Sans les travaux de régénération, ça serait 20 minutes de plus».


Guillaume Grillon
Adjoint au Maire d’Etang
«Quels cars de substitutions pour tous les élèves qui prennent le train, que ce soit pour le collège, le lycée du Velet pour l’EPIDE ?
Michel Neugnot : «Ne paniquez pas. Le service sera assuré. Il y aura d’ailleurs une réunion spécifique sur Nevers.
Un représentant de la SNCF : «On est sur un appel d’offres pour 60 bus par jour»


Carine Beaufils
Représentant Rémy Rebeyrotte
«Les tronçons seront-ils rouverts en fil des travaux ?
Jérôme Grand : «Il y a des études pour le définir»


Daniel Meunier
Vice-président de la Communauté Urbaine Le Creusot - Montceau
«Il y aura un très très gros impact pour les étudiants et les travailleurs. Nos usagers vont être impactés financièrement. Comment allez vous vous adapter aux besoins ?
Michel Neugnot  : Cela sera fait en rapport avec la fréquentation de la ligne. Jusqu’à 1200 voyageurs le lundi, et 1620 le vendredi, contre 452 le samedi ou 926 le dimanche»


Dominiqué Commeau
«La sécurisation de la ligne d’Autun sera-t-elle prise en compte ?
Michel Neugnot : «Un travail est fait dans le cadre d’un appel à projets, pour des trains légers. SNCF circulation est en train de répondre»


Claire Mallard
Conseillère Régionale
«Le développement du fret va-t-il être pris en considération pour l’électrification de la ligne ?»
Réponse «Oui l’électrification est prévue entre 2030 et 2037»

A.B.


Cliquez ici pour en savoir plus