Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
> Bourgogne Franche comte > BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE
17/10/2022 03:17
6444 lectures

Bernard Cazeneuve : «De plus en plus de Députés et Sénateurs socialistes veulent sortir de la NUPES…»

L’ancien Premier Ministre Bernard Cazeneuve se confie dans une interview. Il répond à nos questions sur le climat à l’Assemblée Nationale, le nucléaire, le PS et la NUPES, l’utilisation du féminines… Et Bernard Cazeneuve ne fait pas dans la langue de bois.

Vous aviez imaginé un chahut aussi fort que celui que l’on peut voir à l’Assemblée Nationale depuis les législatives ?
BERNARD CAZENEUVE : «Il y a toujours eu des vociférations à l’occasion des questions au Gouvernement, mais désormais tout à pris des proportions qui rompent avec la tradition parlementaire, en donnant l’image d’un lamentable abaissement . Cela témoigne d’un irrespect total et absolu à l’égard des Français qui renforce le Rassemblement National et c’est fort regrettable».
 
Que vous disent les députés et sénateurs socialistes qui sont aujourd’hui liés par la NUPES ?
«La plupart disent, «on ne pouvait pas faire autrement». Aujourd’hui, de plus en plus de Députés et Sénateurs socialiste disent, «il faut en sortir»…

 
…C’est la question européenne ?
«Oui. Mais le spectacle donné suffirait à trouver les motifs d’en sortir.
Le féminisme par exemple est un grand et beau combat qui n’a pas vocation à être instrumentalisé pour alimenter des règlements de compte, dans les partis.
De Gisèle Halimi, jusqu’à  Simone Veil, de grandes dames ont porté des causes formidables qui n’ont pas vocation à être abaissées. Certains par irresponsabilité abîment tout ce à quoi ils touchent en portant atteinte à la crédibilité de la gauche»
 
Le nucléaire tient une place importante au Creusot, comme dans la Région dont vous avez été l’élu. Regrettez-vous qu’entre 2012 et 2017 le Président de la République et les Gouvernements ont mis le frein sur le nucléaire civil, quand on voit ce qui se passe aujourd’hui ?
«Le nucléaire tient une place importante au Creusot, comme dans la Région dont vous avez été l’élu. Regrettez-vous qu’entre 2012 et 2017 le Président de la République et les Gouvernements ont mis le frein sur le nucléaire civil, quand on voit ce qui se passe aujourd’hui ?
«Après Fukushima, au plan international et européen – on l’a vu en Allemagne -,  il y a eu un traumatisme qui a conduit un certain nombre de pays à revoir leur position vis-à-vis de l’énergie nucléaire.
Je pense que c’était une erreur. Car face au réchauffement climatique, le bon mix énergétique ne peut pas faire l’impasse sur le nucléaire, qui doit être aujourd’hui combiné  aux énergies renouvelables. Le nucléaire est par ailleurs une énergie décarbonée  qui ne dépend pas du contexte  météorologique, ce qui n’est toujours le cas du renouvelable , alors même qu’on ne peut pas toujours stocker l’énergie. C’est bien là la difficulté au moment des pics de consommation. Pour maîtriser les pics il faut donc avoir des moyens de production sûrs et pilotés.
Enfin face au réchauffement climatique, si on veut développer les véhicules électriques, ce qui est absolument stratégique, il faut réviser très sérieusement nos orientations de politique énergétique».
 
Vous étiez venu soutenir Christophe Sirugue en 2017 à Blanzy. Il a décidé de se retirer de la politique, mais il a été parmi les premiers à signer votre manifeste. Souhaitez-vous qu’il revienne en politique ?
«C’était un homme d’une grande qualité. Il a été un remarquable Ministre de l’industrie. Il était d’une grande fiabilité  sur le plan de son engagement. Il était armé d’une solide rigueur. Moi je ne fais pas d’ostracisme générationnel. Quand un pays est en crise, on utilise toutes les compétences.
Si on avait des approches exclusivement générationnelles, on se serait privé de la compétence du Général de Gaulle, de Mendes France.
Il faut beaucoup de jeunes, c’est ce que j’essaye de faire… De les faire apparaitre, partout sur le territoire. En donnant à la politique de nouvelles figures expérimentées et qui ne sont assez connues. Le Maire du Creusot, David Marti, est une de ces figures. Un élu expérimenté et compétent, qui peut apporter beaucoup au niveau national. Alors oui je souhaite que Christophe Sirugue et d’autres réapparaissent en politique».
Recueilli par Alain BOLLERY