Recherche
Pour nous joindre
alain.bollery@orange.fr
SMS au 06.98.82.18.88
Pour votre publicité sur
Creusot-infos, un seul numéro
06 62 80 46 68
> Bourgogne Franche comte > BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE
04/03/2023 03:17
8261 lectures

Agnès Pannier Runacher : «Au Creusot, avec Framatome, la France renoue avec son destin industriel nucléaire»

La Ministre de la transition énergétique mise sur le nucléaire et Framatome au Creusot pour redresser la barre de la production d’électricité en France, avec un objectif de +30%. Au nom de la souveraineté, c’est le sens des 100 millions d’euros d’investissements portés par Framatome.
On le sait, ce ne sont pas les Ministres qui, en règle générale, gèrent leurs expressions sur les réseaux sociaux. Heureusement ou malheureusement serait-on tenté de dire. Car les abonnés au compte twitter d’Agnès Pannier-Runacher, la ministre de la transition énergétique, ont pu lire, vendredi 3 mars au soir, l’information suivante : «Ici au Creusot, la France renoue avec son destin industriel #nucléaire. La construction d’un nouvel atelier industriel chez Framatome permettra la relocalisation de pièces indispensables pour nos futurs EPR».
Il n’y a qu’un détail : Framatome n’a absolument pas prévu la construction d’un nouvel atelier industriel. Non, ainsi que les fidèles de creusot-infos le savent depuis un an, Framatome a racheté, au groupe Matière, l’atelier historique qui avait servi d’écrin au programme nucléaire français, voulu par le Général de Gaulle. Et c’est donc cet atelier qui a été racheté pour accueillir le «façonnage» des internes de cuves, c’est-à-dire des composants internes des cuves nucléaires, ainsi que Laurent Gless l’a expliqué dans une interview à creusot-infos (cliquez ici).

Et la mise en état de production de cet atelier va nécessiter la mobilisation de 64 des 100 millions que Framatome va investir au Creusot en trois ans.

Encore plus énergie d'avenir

L’histoire dira si dans les jours à venir les médias vont surfer sur le tweet ministériel, pour annoncer la construction d’un nouvel atelier au Creusot. Ce serait dommage. Certes il va bien y avoir un nouvel atelier, mais pour le groupe Matière, pas pour Framatome…
Ces petites précisions apportées, depuis qu’Arnaud Montebourg fin août 2012, avait déclaré sur un plateau de télévision, que le nucléaire était une énergie d’avenir. Et qu’Emmanuel Macron, devenu ministre de l’économie, avait dit la même chose en Mai 2016, à l’occasion d’une visite au Creusot, on ne peut pas dire que le nucléaire civil avait souvent été à la fête depuis.
«C’est bien simple je n’ai pas le souvenir d’une annonce aussi importante, avec 100 millions d’investissements», a commenté David Marti à la fin de la visite d’Agnès Pannier Runacher.
Le soleil brille à nouveau sur le nucléaire français et c’est bien sur ce registre que la Ministre de la Transition Energétique a déroulé son discours, dans l’atelier d’usinage situé dans le prolongement de la Forge, où elle avait assisté à une très séduisante opération de forgeage d’un lingot creux et long. «C’est une pièce qui entre dans un modèle de strandardisation de nos productions», explique Laurent Gless.

Du bien au coeur et à l'âme des salariés

Après avoir salué les alternants de Framatome, ainsi que d’autres équipes. Après avoir salué des élèves du Lycée Léon Blum qui avaient été invités à la visite ministérielle, Agnès Pannier Runacher a tenu un discours résolument positif et optimiste. Un discours qui a fait du bien au cœur et à l’âme des salariés de Framatome qui n’ont pas oublié la maltraitance qu’ils ont subie il y a quelques années». Avec même pour certains des auditions devant des enquêteurs, ce qu’ils avaient très douloureusement vécu !
Les nuages noirs sont donc partis et Agnès Pannier – Runacher a fait briller le soleil dans le cœur des salariés. Avec un objectif d’atteindre la neutralité carbone en 2050. Pour que la France soit le premier grands pays.
Remarquant que cet hiver les Français ont réduit leur consommation électrique de 8%, la Ministre annonce : «On va travailler à plus de sobriété», pour «aller plus vite, plus loin et plus fort.

«Pour longtemps encore le nucléaire va être indispensable»

Elle parla ensuite du sujet du jour avec enthousiasme : «Pour longtemps encore le nucléaire va être indispensable». C’est pour cela que le Président de la République a annoncé un nouveau programme nucléaire avec déjà 6 EPR. Mais la Ministre ne veut rien éluder et pose les questions : «Quelles technologies, quelles finances, quelle gestion des déchets, quelle sécurité». Avec un objectif clairement avoué : «Augmenter la puissance nucléaire de 30% en 5 ans. Car le nucléaire est adapté à notre objectif climatique, si on veut être au rendez-vous, pour l’intérêt des générations futures».
En ce sens, Agnès Pannier Runacher est catégorique : «C’est un enjeu d’indépendance énergétique et de souveraineté».
Le retour du nucléaire au premier plan est acté. «Au Creusot, avec Framatome, la France renoue avec son destin industriel nucléaire». Et en ce sens, elle a particulièrement apprécié l’opération de forgeage qui lui a été présentée. Au Creusot, plus que jamais les clignotants sont au vert pour l’industrie nucléaire et sidérurgique, puisque les perspectives à l’horizon de plusieurs décennies de Framatome vont de pair avec celle d’Industeel groupe ArcelorMittal, car il faut bien que l’acier coule pour réaliser des viroles et les composants des EPR.
Alain BOLLERY
(Photos Manon BOLLERY 
et Alain BOLLERY)
 

Bernard Fontana : «Vous pouvez compter 

sur l’engagement des salariés de Framatome»

Le soleil brille pour Framatome et ce n’est pas Bernard Fontana, son Président qui a dit le contraire. Juste avant la Ministre il a indiqué qu’en Bourgogne – Franche-Comté, le groupe Framatome emploie 3000 personnes, depuis qu’il a repris les activités de Vallourec à Montbard. Avec un objectif constant : Sureté, sécurité et qualité. «Nous avons développé quatre centres d’excellence autour de la robotique, des calculs, du soudage et de l’usinage». Annuellement Framatome investit 200 millions dans l’ensemble de ses établissements. «Et au Creusot on travaille à la standardisation des productions». Et Bernard Fontana de lancer à la Ministre : «Vous pouvez compter sur l’engagement des salariés de Framatome». 96% se sont déclarés engagés et 88% fiers d’être à Framatome.
A.B.