Creusot-infos.com > SAONE ET LOIRE > Saône-et-Loire

SAONE-ET-LOIRE : Les «secours à personnes» assurés par les pompiers ont augmenté de 78% en moins de 10 ans

14/03/2019 11:22Lu 2010 fois
Les pompiers de Saône-et-Loire vont intervenir différemment pour secourir les personnes appelant les secours.
Ce ne sont plus toujours les pompiers les plus proches qui interviendront. En journée les ambulances privées vont aussi être sollicitées «un peu plus souvent» à partir du 1er avril.
C'est un chiffre très très fort qui doit interpeller chacun d'entre nous : Entre 2011 et 2018, les secours à personnes ont augmenté de 78% dans le département de Saône-et-Loire. C'est ce qui a été annoncé, ce jeudi matin, aux élus du conseil départemental par le Colonel Pieri et son adjoint le Lieutenant Colonel Didier Pelisse, chef du groupement opérations prévention prévision.
Le schéma départemental d'analyse et de couverture des risques (SDACR) de 2019 à 2024 va donc mettre en oeuvre une nouvelle approche pour le traitement de ces secours à personnes. «Ils augmentaient de 5% par an, cela a été de 10% l'année dernière», a précisé le directement du SDIS (service départemental d'incendie et de secours».
Le SDIS va évidemment s'adapter et se recentrer sur son coeur de métier, le secours d'urgence, en adaptant sa ressource humaine.
Ainsi désormais, pour un secours à personne, suivant sa gravité, un choix sera fait. Pour un secours à personne vital, ce sont les pompiers pouvant intervenir le plus rapidement possible, qui seront mobilisés. C'est à dire, le plus souvent du temps, venant d'un centre avec des professionnels, mobilisables immédiatement. Pour un secours à personne sans urgence vitale, ce sont les pompiers d'un centre avec des volontaires qui seront mobilisés, ce qui induira compte tenu des temps de parcours entre travail et caserne et ensuite entre caserne et lieu d'intervention, un temps d'intervention plus long.
De même il a été annoncé qu'en accord avec l'ARS, à partir du 1er avril, en journée, le recours aux ambulanciers privés sera plus important. Pourquoi ? Tout simplement parce que les entreprises qui ont des pompiers volontaires ne peuvent pas se permettre de les voir quitter leur travail de plus en plus souvent, avec l'augmentation du nombre d'interventions. Etant entendu que même si de nombreux volontaires ont été recrutés grâce à un plan très volontaristes, les recrutements restent fragiles...
Tous ces aménagements visent à une chose essentielle : Qu'on n'arrive pas à des situations où les pompiers ne soient pas mobilisables, mais surtout que les pompiers puissent intervenir au plus vite quand c'est urgent. Cela en sachant qu'après des années de vaches maigres, ce sont 28 pompiers professionnels qui ont été recrutés, en Saône-et-Loire, en deux ans.
Alain BOLLERY

La contribution de la gauche par courrier :
Dans le cadre de la concertation engagée pour l’élaboration du Schéma départemental d’analyse et de couverture des risques 2019-2014, nous tenons à vous faire part de la position des 26 élu(e)s du groupe Gauche 71 sur le projet présenté à ce jour. Soucieux, pour les habitants de notre département, des enjeux et des priorités développés dans ce document en matière de sécurité civile et de couverture des risques de toute nature, nous voulons vous faire partager nos préoccupations et nos exigences.
Nous partageons tout d’abord les principales analyses du contexte d’intervention du SDIS telles que développées dans la partie 1 de ce document, qui mettent en évidence un environnement institutionnel et social devenus de plus en plus complexe pour le SDIS. A ce titre, nous tenons à vous faire part de notre attention à accompagner le SDIS pour lui permettre de réduire la tension opérationnelle qui caractérise son cadre d’action, mise en lumière notamment par l’augmentation du nombre d’interventions. Par ailleurs, les diverses évolutions réglementaires en matière de définition du temps travail, aussi bien pour les sapeurs-pompiers professionnels que volontaires, et notamment  les modalités d’application de la Directive Européenne 2003/88/CE, retiennent toute notre vigilance quant à son impact potentiel sur le déploiement des moyens humains du SDIS de Saône et Loire.
En ce qui concerne les priorités opérationnelles définies dans la partie prospective de ce SDACR et déclinées sous formes de 11 fiches projets, nous partageons les axes de travail envisagés pour la période 2019/ 2024.
Il nous parait en effet essentiel que le SDIS engage une stratégie lui permettant de se recentrer sur ses missions premières, en confortant la qualité et l’équité d’accès du secours d’urgence aux personnes en tout lieu de notre département, tout en préservant ses missions propres (incendies, secours routier, interventions face à des situations de détresse vitale…). Ce service public de proximité est un maillon indispensable de l’organisation territoriale des secours dont il convient de préserver et de conforter pleinement les conditions d’exercice, y compris dans les logiques de régionalisation et de
mutualisation qui se déploient. Nous tenons d’ailleurs à réaffirmer que la régionalisation de l’offre de soins, matérialisée notamment par l’extension prochaine du C.R.R.A. 15 Franche-Comté à la Bourgogne ne peut s’opérer au détriment de la préservation de la proximité de ce service pour les populations. 
Conscients que cet objectif requiert aussi une mobilisation partagée avec les autres opérateurs du secours d’urgence (SAMU, ARS, Etat), il nous semble indispensable que le SDIS se dote d’une organisation opérationnelle qui préserve sa capacité d’intervention en la matière.
Concernant la couverture territoriale du SDIS et sa présence auprès des populations tant en milieu rural qu’urbain, les principes envisagés de coopération et de mutualisation des moyens humains et d’équipement, ainsi que la pérennité des centres d’interventions requièrent toute notre attention. Les mutations nécessaires de la gestion et de l’organisation des risques, et notamment la prise en compte des enjeux climatiques, doivent mobiliser une stratégie territoriale qui engage le SDIS dans une complémentarité accrue des interventions des sapeurs-pompiers professionnels et volontaires. Une coopération opérationnelle optimale entre les centres, les corps communaux et intercommunaux  et les unités territoriales du SDIS est à rechercher par une concertation assise sur des objectifs et une démarche partagés. 
Nous voulons enfin rappeler le rôle indispensable conféré à l’accompagnement des personnels professionnels et volontaires engagés quotidiennement pour le secours des populations, qui agissent dans un contexte de tensions et de charge d’interventions accrues.
Là aussi, pour préserver la disponibilité de ces personnels, adapter le cadre d’intervention dans un objectif qui mobilise pleinement un appui fonctionnel et managérial adapté de la part du SDIS est primordial. 
Telles sont pour l’essentiel les attentes que nous voulons exprimer vis-à-vis du projet de SDACR 2019/2024.
Dans l’attente, Monsieur le Président, nous vous prions de croire à l’assurance de nos respectueuses salutations.
Evelyne COUILLEROT,
Présidente du groupe Gauche 71 
Violaine Gillet
Coprésidente
Et l’ensemble des élu(e)s du groupe